Menu ENN Search

Mouvement SUN: Expériences en Indonésie

Par Nina Sardjunani et Endang L. Achadi

Nina Sardjunani est leader du groupe SUN et était auparavant ministre adjoint du ministère du développement national/Agence nationale de planification du développement national.

Endang L. Achadi est professeur à la Faculté de santé publique, Universitas Indonesia.

Emplacement : Indonésie

Ce que nous savons :  l'Indonésie a rejoint le Mouvement Scaling Up Nutrition (SUN) (développer la nutrition) en 2011.

Qu'est-ce que cet article ajoute: Rejoindre le Mouvement SUN a renforcé l'engagement politique et celui de la politique à la nutrition à travers de multiples secteurs en Indonésie. Les politiques stratégiques existantes et le plan d'action pour l'alimentation et la nutrition suivent le cadre de résultats courants de SUN, par une défense proactive et un engagement à travers plusieurs ministères. Chiffrer les composants de la sensibilisation et  de la spécificité nutritionnelles des plans de nutrition est déjà bien avancé, malgré quelques difficultés. Des réseaux et des groupes de travail de type SUN (adaptés aux besoins indonésiens) ont été développés. Alors que l'Indonésie demeure fermement résolue à renforcer la nutrition, les défis à mettre en œuvre les plans comprennent des contraintes nationales dans la production alimentaire et la variété ; le double fardeau émergent de la malnutrition ; maintenir l'intérêt et obtenir l'engagement des parties prenantes ; capacité régionale (liées à la décentralisation) et la disponibilité des ressources.

Contexte

Lorsque Scaling Up Nutrition a été présenté par le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon en 2010, l'approche SUN était très pertinente dans le contexte nutritionnel en vigueur en Indonésie. Alors que les taux de dénutrition étaient encore élevés, reflétés notamment par le retard de croissance répandu chez les enfants de moins de cinq ans, la surnutrition devenait une préoccupation de plus en plus importante. Le 22 Décembre 2011, la République d'Indonésie a rejoint le Mouvement mondial SUN avec une lettre d'engagement de son excellence Endang Rahayu Sedyaningsih, l'ancien ministre de la Santé, au Secrétaire Général de l'ONU. À l'époque, avec le soutien du Ministère de la santé et le Ministère de coordination du bien-être du peuple, l'Indonésie a commencé les 1000 premiers jours du mouvement pour la vie et Bappenas (le ministère indonésien de la planification nationale de développement) a commencé à élaborer un cadre stratégique SUN pour créer la politique et l'engagement politique. Le cadre politique résultant comprend des objectifs adoptés à partir des 2025 objectifs de l'Assemblée Mondiale de la Santé sur la nutrition, les stratégies et les phases d'implémentation du mouvement, ainsi qu'un partenariat dans le Mouvement. Le cadre réglemente également le suivi et l'évaluation des 1000 premiers jours de la vie du Mouvement. Conformément au cadre stratégique SUN, des lignes directrices pour la planification des programmes ont également été formulés pour l'administration locale, car les interventions spécifiques à la nutrition et à sa sensibilisation sont déjà décentralisées en Indonésie.

Le Mouvement SUN en Indonésie

Pour obtenir une politique et un engagement politique des ministères concernés, le ministère de coordination de la protection sociale, Bappenas, et le ministère de la santé ont rédigé le décret présidentiel sur le mouvement national pour accélérer l'amélioration de la nutrition dans le cadre des 1000 premiers jours de la vie du Mouvement, finalement approuvé par le Président en 2013. Décret présidentiel n° 42/2013 a été lancé par le Président au moment de la commémoration de la Journée mondiale de l'alimentation dans l'ouest de Sumatra en Octobre 2013.

Le gouvernement indonésien élabore un plan quinquennal national de développement à moyen terme (RPJMN), dans lequel chaque secteur propose son programme de planification et budgétaire. Pour le RPJMN 2015-2019, tous les principes SUN sont inclus en tant que questions intersectorielles. Actuellement, le plan national d'action pour l'alimentation et la nutrition (RANPG), avec son approche multi-sectorielle, est en phase avec le RPJMN 2015-2019 et est en cours de finalisation. Pour 2015-2019, le RANPG a été rebaptisé politique stratégique nationale et plan d'action pour l'alimentation et la nutrition (KSRANPG). Le RANPG a été développé tous les cinq ans depuis 2001. Le dernier RANPG, KSRANPG, est conforme avec le cadre commun de résultats SUN(FRC). Dans le KS-RAPG, les 1000 premiers jours des politiques de Vie et des programmes sont considérés comme des domaines prioritaires.

D'emblée, nous étions conscients que la nutrition allait au-delà des secteurs de la santé et de l'agriculture. Par conséquent, l'approche multi-sectorielle de l'RANPG a engagé 13 ministères et deux conseils / organismes nationaux, à savoir le Ministère de l'intérieur, Ministère de la santé, Ministère de l'agriculture, Ministère de la marine et de la pêche, Ministère de l'éducation et des affaires culturelles, Ministère de l'industrie , Ministère du commerce, Ministère de la jeunesse et des sports, Ministère de la communication et de l'information, Ministère de l'autonomisation des femmes et de protection de l'enfance, Ministère des travaux publics et du logement public, Ministère de la main d'oeuvre, Ministère du village et du développement régional, le conseil de la coordination nationale de la planification familiale, et l'Agence nationale des médicaments et de l'alimentation. Deux ministères coordonnent également le plan d'action. Ce sont le ministère de coordination pour le développement humain, de la société et des affaires culturelles et le Ministère de coordination de l'économie et des affaires maritimes.

La différence entre le RANPG actuel et les précédents est que le RANPG actuel encourage tous les secteurs concernés à travailler ensemble pour traiter spécifiquement les questions d'alimentation et de nutrition. Cette approche multi-sectorielle, de la sensibilisation à la nutrition a été préconisée avant le développement du RANPG. Les réunions et ateliers ont été organisés par le ministre adjoint aux ressources humaines et aux affaires culturelles de Bappenas, en tant que président de l'équipe technique. Des réunions de sensibilisation ont eu lieu au moins cinq fois en raison des difficultés à convoquer les bonnes personnes de tous les secteurs en même temps. Les séries de réunions ont commencé avec des présentations et visaient à « faire connaissance avec tout le monde ». Elles ont été suivies par des réunions avec des grappes de secteurs afin d'établir des processus efficaces et se sont terminées par une réunion finale réunissant tous les secteurs. Le processus a élargi la compréhension des secteurs sur les causes multi-factoriels de la malnutrition et des rôles de tous les acteurs dans l'amélioration de la nutrition.

En général dans le RPJMN 2015-2019, chacun des 15 secteurs / agences engagés avaient déjà des programmes de sensibilisation à la nutrition, mais n'étaient pas reconnus comme tels par les secteurs jusqu'à la tenue des réunions de sensibilisation. Par exemple, le Ministère des travaux publics et du logement public a un programme pour construire des installations d'eau et d'assainissement ; le Ministère de l'industrie et le Ministère du commerce est en charge des programmes d'enrichissement des aliments ; le Ministère de l'agriculture et le ministère de la marine et de la pêche ont des programmes pour assurer la disponibilité et l'accès aux produits agricoles et de la mer, tandis que le Ministère du commerce est en charge de la stabilisation des prix des denrées alimentaires. Dans ces cas, les ministères ne sont pas tenus de changer le programme, mais reconnaissent maintenant l'aspect de la sensibilisation à la nutrition. Par exemple, un programme de riz subventionné pour les ménages pauvres est en place depuis 1998 et est maintenant reconnu comme une sensibilisation à la nutrition. Les secteurs travaillent ensemble pour identifier les indicateurs liés à la nutrition et se mettent d'accord sur des indicateurs clés de performance à surveiller. Par exemple, le Ministère de l'agriculture a la diversité alimentaire et l'accès à la nourriture pour indicateurs ; le Ministère de la protection sociale a la couverture de la sécurité sociale nationale ; le Ministère des travaux publics et du logement public a l'amélioration de l'assainissement et l'accès à l'eau potable pour indicateurs ; et le Ministère de l'éducation a l'éducation des femmes pour indicateur.

Des réseaux d'acteurs du mouvement SUN Indonésie sont déjà mis en place sous l'équipe technique SUN. Le réseau des pays des Nations Unies, en particulier l'UNICEF, a été impliqué dans le développement du KSRANPG (CRF). Autres réseaux - le réseau SUN affaires, l'Alliance de la société civile, et le donateur et réseau des pays des Nations Unies sur la nutrition - ont été informés du KSRANPG de 2015-2019.

Processus budgétaire

Basé sur le décret présidentiel, le secrétariat du Mouvement SUN a été créé et est basé à Bappenas. Le Secrétariat a travaillé avec les ministères et organismes afin d’analyser les coûts des plans nationaux sur la nutrition. Le coûts des deux interventions spécifiques à la nutrition et à la sensibilisation dans le plan alimentaire et de nutrition est chiffré. Tout d'abord, le secrétariat a travaillé avec les ministères pour identifier les programmes et les activités de nutrition spécifiques et de sensibilisation pertinents. Pour s'assurer de l'exactitude des budgets des programmes, la vérification des données a été réalisée grâce à des réunions multi-sectorielles en utilisant la liste SUN de mots clés pour déterminer les catégories de programmes spécifiques et sensibles et les coûts associés identifiés. Les programmes en question ont été discutés avec chaque secteur et une échelle de pondération a été décidée, sur la base de l'importance du programme d'amélioration de la nutrition et de l'aide de l'orientation SUN à cet égard. L'échelle de pondération a été utilisée pour régler le coût du programme (voir : www.scalingupnutrition.org pour les détails de la méthodologie). Deuxièmement, la matrice de développement du secteur des RPJMN 2015-2019 a été formulée comprenant chaque allocation budgétaire du programme. Enfin, la matrice de développement du secteur de RPJMN 2015-2019 a été intégrée dans le plan d'action national. Les activités relatives à la nutrition non indiquées dans le document national annuel du plan de travail (RKP) et RPJMN sont un défi commun. Dans de tels cas, l'allocation budgétaire relative aux interventions liées à la nutrition se retrouve dans les documents budgétaires, et la répartition du programme et du budget ajustée si nécessaire.

Intéresser les autres ministères à la planification de la sensibilisation à la nutrition

Décret présidentiel n° 42/2013 a mandaté la mise en place d'un mécanisme de coordination pour un groupe de travail multiparti de haut niveau dirigée par le ministère de l'aide sociale. Ce groupe de travail se compose de plusieurs parties prenantes et de 13 ministères sectoriels au niveau national. Le décret a conduit à la publication du Décret n° 11/2014 du Ministère à l'aide sociale sur la mise en place d'une équipe technique pour faciliter la coordination au niveau national. Ce décret mandait comme président de l'équipe technique, le ministre adjoint aux ressources humaines et aux affaires culturelles de Bappenas. Le décret du ministre adjoint aux ressources humaines et aux affaires culturelles Bappenas n° 37/2014 a mandaté la création de six groupes de travail (campagne, plaidoyer, formation, planification et budgétisation, partenariat et étude des facteurs de risques environnementaux), soutenu par une équipe d'experts multipartis du gouvernement, des secteurs des affaires, agences onusiennes, partenaires internationaux de développement, organisations communautaires et sociales, organisations professionnelles, universités et médias. Chaque groupe de travail organise des réunions pour discuter de ses stratégies et programmes. Bappenas convoque également des réunions de coordination pour assurer que les activités proposées soient en conformité avec le cadre stratégique SUN. Le président de l'équipe technique à Bappenas est responsable de rendre un rapport annuel au président du groupe de travail. Les deux réseaux et groupes de travail existent en Indonésie. Les réseaux reflètent l'approche SUN : le gouvernement, l'ONU, les organismes donateurs et les organismes internationaux forment un seul réseau ; les organisations de la société civile comprenant des milieux universitaires, des organisations professionnelles et des ONG forment une seconde ; et les entreprises sont un troisième réseau. Les groupes de travail s'adressent au contexte indonésien et fonctionnent avec l'appui des réseaux.

Certains secteurs d'activités, comme l'agriculture et les travaux publics, sont considérés comme étant importants pour la sensibilisation à la nutrition. Cependant, les défis pour intéresser d'autres secteurs à la nutrition peuvent se présenter lorsque le Mouvement SUN est vu comme un nouveau projet avec une allocation budgétaire nouvelle ou supplémentaire. Il peut être difficile de faire passer l'idée que le Mouvement SUN vise à la fois à améliorer la coordination de ce qui existe, ainsi que le lancement et le développement de nouvelles interventions nutritionnelles ou de programmes de nutrition sensible existants modifiés, en vue de lutter contre toutes les formes de malnutrition . Un autre défi considérable est que les problèmes nutritionnels sont souvent invisibles. Par conséquent, pour obtenir plus de soutien pour les programmes de nutrition, de solides stratégies de plaidoyer sont nécessaires, en particulier pour convaincre les secteurs de la nutrition sensible de la nécessité du changement.

Difficultés de mise en œuvre

Mettre les plans en oeuvre

Bien que le RANPG soit un document exhaustif, plusieurs défis restent à relever dans la mise en œuvre du plan, y compris :

Alors que le dialogue avec d'autres réseaux a progressé, les activités que ces réseaux entendent promouvoir et dynamiser ne sont pas encore connues. Cela est particulièrement vrai pour le réseau d'affaires SUN et pour l'alliance de la société civile. Il faut accélérer les efforts de networking.

En 2016, le Ministère de la santé prévoit de procéder à la quatrième enquête de santé de base (Riskesdas), qui comprendra un certain nombre d'indicateurs de nutrition, à savoir le retard de croissance, l'émaciation, la surcharge pondérale des enfants de moins de cinq ans, la malnutrition, l'anémie, un faible poids à la naissance et la prévalence exclusive de l'allaitement maternel . Les résultats de l'enquête seront utilisés pour informer et aider à améliorer la mise en œuvre du programme.

Décentralisation

L'engagement pour le plan d'action national sur l'alimentation et la nutrition au niveau central n'a pas été intégralement reproduit dans tous les districts ; il devrait être refléchi dans le plan d'action régional sur l'alimentation et la nutrition. Bappenas continue à développer les lignes directrices pour le développement du plan d'action régional sur l'alimentation et la nutrition afin d'aider les collectivités locales à développer leur propre plan d'action, fondé sur une approche multi-sectorielle. C'est un défi important en soi, parce que :

Conclusions et recommandations

Le gouvernement Indonésien a pris le Mouvement SUN au sérieux. Le lancement du Mouvement correspondait à la reconnaissance du double fardeau de la situation de la malnutrition en Indonésie. Cette réponse est attestée par la publication du décret présidentiel, le lancement du programme SUN par le Président lui-même, le développement de documents nationaux pertinents et d'autres actions. L'approche multipartie a augmenté la prise de conscience de tous les secteurs liés à leur rôle potentiel dans l'amélioration de la situation nutritionnelle en Indonésie. Cependant, d'importants défis subsistent, y compris le maintien des intérêts (certaines formes de malnutrition sont effectivement invisibles), l'engagement de toutes les parties prenantes, la capacité régionale et la disponibilité des ressources.

Aborder la malnutrition en Indonésie exige l'engagement de nombreux intervenants, un championnat fort au niveau national est donc nécessaire. Le rôle du Parlement devrait donc être renforcé, en particulier son rôle dans l'élaboration des lois sur la nutrition et les questions liées à la nutrition et les décisions budgétaires. L'engagement et la coordination de différents réseaux intéressés doivent être intensifiés, en particulier le réseau d'affaires SUN et l'alliance de la société civile, ainsi que les donateurs et les réseaux contre la malnutrition des pays des Nations Unies.

Pour plus d'informations, veuillez contacter : Endang L. Achadi : endang.achadi@gmail.com

More like this

FEX: La malnutrition aiguë : ce qu'il reste à faire dans les pays d'Asie de l'Est et du Pacifique

Par Cecilia De Bustos, Cécile Basquin et Christiane Rudert Cecilia De Bustos est spécialiste en nutrition et santé publique, elle travaille actuellement...

FEX: Nutrition au Soudan du Sud : surmonter les défis des systèmes d’information nutritionnelle

Le secteur de la santé au Soudan du Sud, la plus jeune nation d'Afrique, a connu une forte croissance malgré les insécurités et les crises qui ont...

FEX: Renforcement et maintien des services de nutrition pendant les conflits au Yémen : enseignements tirés du sous-groupe national pour la nutrition de Hodeidah

Par Dr Saja Abdullah, Dr Rasha Al Ardi et Dr Rajia Sharhan Dr Saja Abdullah est le chef de la section de la nutrition de l'UNICEF au Yémen Dr Rasha Al Ardi est le...

FEX: Renforcer la capacité des services de santé à gérer la malnutrition aiguë sévère au Mali

Par le Dr Malam Kanta Issa Le Dr Malam Kanta Issa a travaillé comme chef de mission pour ALIMA Mali depuis 2015. Après avoir obtenu son doctorat en...

FEX: Un voyage vers la programmation nutritionnelle multisectorielle au Népal : évolution, processus et perspectives

Par Pradiumna Dahal, Anirudra Sharma et Stanley Chitekwe Pradiumna Dahal est un spécialiste en nutrition avec l'UNICEF au Népal et a plus de 15 ans...

FEX: L'accès à des recherches de qualité pour l'élaboration de politiques nationales basée sur des données probantes : les expériences du Zimbabwe

Par Willie Ganda Willie Ganda est le Directeur des Recherches, du Développement et de l'Innovation, au Ministère de l'Enseignement Supérieur et du...

FEX: Expériences SUN: leçons du Pakistan

Muhammad Aslam Shaheen est le chef de la section Nutrition au Ministère de la Planification du développement et de la réforme du Pakistan, ainsi que le...

Blog post: Notes de Myanmar – une visite conjointe d’ENN and de Nutrition International

READ THIS BLOG IN ENGLISH J'ai débuté en avril avec une visite d'une semaine au Myanmar; il s'agissait de ma première visite en tant que...

FEX: Extension PCMA : expérience de la réponse El Niño de l'Éthiopie en 2016

Par Christoph Andert, Zeine Muzeiyn, Hatty Barthorp et Sinead O'Mahony Christoph Andert est conseiller en nutrition au siège de GOAL. Durant les 12 dernières...

FEX: Programme de subventions pour le développement de l'enfance (CDGP) dans le nord du Nigeria : influencer les programmes de politiques sociales sensibles à la nutrition dans l'État de Jigawa

Par Fatima Adamu, Maureen Gallagher et Paul Xavier Thangarasa Fatima Adamu est chargée de communication pour Action Contre la Faim au Nigeria Programme de subventions...

FEX: Une analyse qualitative rétrospective d'une intervention d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants (ANJE) chez les réfugiés en Europe

Résumé d'une thèse de maîtrise1 Par Alexandra Svoboda Alexandra est étudiante de maîtrise en Nutrition pour la santé...

FEX: Rôle du plaidoyer et de la communication dans le renforcement de la nutrition : leçons et planifications tirées de l’expérience zambienne

Par Eneya Phiri Eneya Phiri est un défenseur chevronné disposant de quatre ans et demi d'expérience en matière de communication et de plaidoyer...

FEX: Gestion de la MAS aux Philippines : d'un modèle d'urgence à l'adoption de politiques nationales et gouvernementales

Par Aashima Garg, Anthony Calibo, Rene Galera, Andrew Bucu, Rosalia Paje et Willibald Zeck Aashima Garg est une spécialiste de la nutrition travaillant pour...

FEX: Les leçons tirées du projet Porridge Mums dans le nord-est du Nigéria

Par Ellyn Yakowenko et Silke Pietzsch Ellyn Yakowenko est directrice associée de recherche à Action Against Hunger USA, soutenant un portefeuille de projets de...

FEX: Programme intégré de sécurité alimentaire et de prévention de la malnutrition aiguë en République centrafricaine

Par Amanda Lewis, directrice du département de la Sécurité Alimentaire et des Moyens d'Existence, ACF en République centrafricaine Amanda Lewis est...

FEX: Intégrer la nutrition dans un programme d'alimentation scolaire pour les personnes déplacées à l'interne de leur pays et les enfants des rues vulnérables dans le nord-est du Nigéria

Par Greg Sclama Gregory Sclama est professeur adjoint du développement international et d'économie à l'Université Américaine du...

FEX: Transformer la couverture médiatique de la nutrition au Kenya

Au moment de la rédaction du présent article, Titus Mung'ou était le Directeur du plaidoyer et de la Communication auprès de Action Contre la Faim...

FEX: Interventions pour renforcer la résilience du système de santé suite à la sécheresse d'El Niño en Éthiopie

Par Amal Tucker Brown et Eric Alain Ategbo Amal Tucker Brown travaille pour l'UNICEF depuis 2007 et a rejoint le bureau de UNICEF Éthiopie en février 2015 en...

FEX: WASHplus au Mali : Intégration WASH et nutrition, pour des communautés en bonne santé

Par Renuka Bery, Sahada Traore et Lonna Shafritz Renuka Bery est gestionnaire du programme d'intégration du projet WASHplus géré par FHI 360. Elle...

FEX: Alerte et réponse rapide à la crise nutritionnelle en RDC

Par Alain Georges Tchamba Alain Georges Tchamba est le coordonnateur pour la nutrition à Cooperazione Internazionale (COOPI) en République Démocratique du...

Close

Reference this page

Mouvement SUN: Expériences en Indonésie. Field Exchange 51, January 2016. p20. www.ennonline.net/fex/51/mouvementsunexpriencesenindonsie