Menu ENN Search

Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises

Par Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT

Read an English version of this article here

Andi Kendle est la gestionnaire du programme Équipe technique d’intervention rapide en nutrition (Tech RRT), qui travaille pour Corps médical international (IMC). Elle possède plus de 15 ans d’expérience dans les domaines d’aide humanitaire et de développement, entre autres en Sierra Leone, Sri Lanka, Malawi, Zimbabwe, Soudan (Darfour), Bangladesh, Colombie, Équateur, Liberia et la Somalie. Andi est une professionnelle de santé publique, elle détient une maîtrise en santé publique de l’École de santé publique et de médecine tropicale de Tulane.

L’auteur tient à remercier Scott Longue, conseiller en évaluation Tech RRT, pour sa contribution à l’élaboration de cet article et pour avoir galvanisé les autres conseillers afin qu’ils contribuent à un effort collectif pour documenter les expériences. Cet article a été rendu possible grâce au généreux soutien du peuple américain par l’entremise de l’Agence américaine pour le développement international (USAID). Le contenu est la responsabilité de l’équipe Tech RRT et ne reflète pas nécessairement les vues de l’USAID ou du gouvernement des États-Unis.

Les résultats, interprétations et conclusions de cet article sont ceux des auteurs et ne représentent pas nécessairement les points de vue de l’USAID/OFDA, de l’UNICEF ou d’autres.

Lieu : Mondiale

Ce que nous savons : Lors d’urgences, les premiers intervenants ont souvent du mal à trouver immédiatement des ressources humaines adéquates pour répondre aux besoins techniques urgents.

Qu'apporte cet article : En août 2015, Corps médical international, Sauver les enfants (Save the Children) et Action contre la faim (Action Against Hunger) ont créé Équipe technique d’intervention rapide en nutrition (Nutrition Technical Rapid Response Team) - un mécanisme de réponse rapide pour fournir une expertise technique immédiate et flexible sur la gestion communautaire de la malnutrition aigüe, de la nutrition du nourrisson et du jeune enfant dans les situations d’urgence (IYCF-E), des évaluations nutritionnelles en situation d’urgence et sur le changement de comportement social. Le déploiement ou le support à distance doit bénéficier au collectif. Les déploiements sont courts (environ six semaines) et dans les 72 heures si nécessaire. À ce jour, il y a eu 30 déploiements, la plupart concernant IYCE-E, et principalement dans les pays dotés de mécanismes de coordination en groupe/sectorielle. Les défis comprennent le déploiement précoce lors d’interventions d’urgence et la négociation de termes de référence clairs et réalisables. Les nouveaux développements comprennent l’accroissement du soutien aux agences individuelles et aux séminaires éducatifs en ligne. Les priorités futures sont d’accroître la base de financement, de fournir un soutien spécialisé au programme intersectoriel de la nutrition ainsi qu’aux acteurs nationaux et de s’engager dans la préparation aux situations d’urgence.

La situation

En août 2015, Corps médical international, Sauver les enfants et Action contre la faim ont uni leurs forces pour mettre en place Équipe technique d’intervention rapide en nutrition (Tech EET) - un mécanisme de réponse rapide pour fournir une expertise technique nutritionnelle immédiate en cas d’urgence. Ce besoin a été identifié, discuté et débattu pendant plusieurs années par les membres du Groupe mondial de la nutrition (GNC), qui ont observé à plusieurs reprises des lacunes techniques lorsque les capacités nationales étaient trop sollicitées et incapables d’aborder et/ou d’intensifier les services en nutrition. La capacité de réaction des gouvernements, des agences des Nations Unies (ONU) et des organisations non gouvernementales (ONG) internationales et locales est souvent compromise, car elles luttent pour trouver des ressources humaines adéquates pour répondre aux besoins techniques urgents. Compte tenu de l’accent mis par GNC sur la coordination et la gestion de l’information, y compris le soutien aux personnes dans ces rôles, il a été convenu que les partenaires du GNC ont la responsabilité de garantir une réponse en nutrition en cas d’urgence (NiE) et que l’UNICEF, en tant qu’agence-chef de file (CLA) et « fournisseur de dernier recours », couvrirait alors les déficits de capacité. Tandis que l’UNICEF explorait les moyens de fournir ce soutien, le Tech RRT a été intégré pour permettre aux pays d’accéder rapidement à un soutien pour la programmation technique en matière de nutrition dans des situations d’urgence. Les demandes dans les domaines de la prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë (CMAM), de l’alimentation des nourrissons et des jeunes enfants en situation d’urgence (IYCF-E) et des évaluations nutritionnelles ont été identifiées (Richardon et Ververs, 2015). La complexité technique des nouvelles situations d’urgence n’a fait qu’exacerber ce besoin.

Comment fonctionne Tech RRT

Les agences du consortium Tech RRT ont travaillé en étroite collaboration avec le GNC et l’UNICEF, financé par le Bureau de l’aide américaine en cas de catastrophe à l’étranger (OFDA) du USAID jusqu’à la fin de 2017. Tech RRT nutrition vise à améliorer la qualité de la réponse humanitaire en matière de nutrition en déployant une assistance technique, en fournissant un soutien à distance et en renforçant les capacités des partenaires impliqués dans la nutrition lorsque les capacités nationales sont trop sollicitées ou inexpérimentées lors de situations d’urgence.

Tech RRT fonctionne presque comme un organisme indépendant, hébergé au sein de IMC, avec des conseillers techniques selon le domaine d’expertise technique de chaque partenaire du consortium. L’équipe se compose de quatre ou cinq professionnels spécialisés en nutrition ayant une expertise dans l’évaluation, lIYCF-E, la CMAM et le changement de comportement social (SBC). Action contre la faim fournit le conseiller d’évaluation, Sauver les enfants le conseiller de IYCF-E, et IMC emploie le gestionnaire de programme ainsi que deux conseillers avec des spécialités flexibles (évaluations IYCF-E/CMAM and SBC/CMAM/). Le gestionnaire du programme reçoit et traite toutes les demandes, suit toutes les étapes de chaque déploiement, communique avec le comité directeur et le donateur et gère l’équipe pour s’assurer que le plus grand nombre possible de demandes sont traitées. Les partenaires du consortium se rencontrent tous les mois, et un comité directeur du déploiement est constitué des représentants de chaque membre du consortium ainsi que de l’équipe de coordination du GNC et de l’UNICEF.

Il existe un ensemble de critères et de priorités convenues pour le déploiement et le soutien à distance, basés sur, et adaptés en fonction des critères et priorités du mécanisme GNC RRT, garantissant l’harmonie de l’approche entre les deux mécanismes (voir encadré 1) À ce jour, un critère primordial est que le travail identifié devrait améliorer la qualité technique ou l’échelle ainsi que la portée de la réponse d’urgence et devrait bénéficier aux intérêts/besoins collectifs plutôt qu’individuels d’une agence. Le personnel Tech RRT peut être déployé dans les 72 heures (selon les procédures de visa) et les déploiements durent normalement jusqu’à six semaines, avec une répartition du temps de 50 % sur le terrain et 50 % à distance.

Toute agence dans le pays (Groupe de nutrition/Groupe sectoriel/Gouvernement/Ministère de la Santé/responsabilité provincial/Chef de district/ONG) peut faire une demande au nom du collectif suite à une consultation appropriée sur les besoins avec les partenaires dans le pays, en s’assurant spécifiquement que l’UNICEF, les bureaux nationaux et régionaux et les autres agences des Nations Unies et les ONG sont au courant de la demande et y participent. La demande est envoyée au responsable du programme Tech RRT, après quoi un document de termes de référence détaillé (TOR) devrait être finalisé dans un délai de trois semaines. Le comité de direction du déploiement examine les demandes et décide dans les 48 heures En général, le TOR pour un déploiement est accepté par Tech RRT et le demandeur avant l’arrivée dans le pays, mais n’est considéré comme définitif qu’après discussion en personne entre le conseiller et son superviseur dans le pays. Cela met en relation la vision du conseiller et la connaissance de la situation du superviseur pour établir les priorités pour la courte durée du déploiement.

Tous les coûts liés aux affectations, tels que les frais de déplacement, les frais de personnel, les indemnités journalières et les frais d’hébergement, sont couverts par la subvention Tech RRT. Normalement, les coûts des activités dans le pays, telles que la réalisation d’une évaluation ou d’une formation, sont couverts par l’organisme demandeur ou en collaboration avec d’autres partenaires, cependant Tech RRT peut soutenir ou partager certains de ces coûts, car ils ne devraient pas constituer un obstacle aux activités en cours. Lorsque c’est le cas, un budget est préparé et discuté avec le gestionnaire du programme.

Le conseiller Tech RRT peut-être hébergé par l’organisme demandeur, une autre agence sur le terrain qui pourrait être l’un des partenaires du consortium Tech RRT. L’agence d’accueil fournit au conseiller un soutien administratif et logistique, dont l’aspect le plus important est la sécurité. Lorsque l’agence d’accueil n’est pas l’agence contractante, une lettre d’entente est signée avec l’agence d’accueil dans le pays (à l’exception de l’UNICEF ou l’accord de partenariat en attente couvre cette responsabilité). Le scénario le plus courant est que le Groupe de la nutrition en fasse la demande par l’intermédiaire de l’UNICEF, et que l’UNICEF ou un partenaire du consortium héberge le conseiller Tech RRT et qu’ils siègent avec l’équipe de coordination du groupe ou l’un des groupes de travail techniques du groupe, si celui-ci existe.

À l’occasion, lorsque la demande pour le soutien Tech RRT dépasse la capacité, ou lorsqu’une demande dépasse les compétences actuelles de l’équipe, les agences du partenariat (telles que l’équipe de secours humanitaire de Sauver les enfants ou IMC) peuvent détacher du personnel possédant les compétences, l’expérience et la langue appropriées auprès de cette Tech RRT pour soutenir un déploiement. Cela ajoute beaucoup de flexibilité au système. 

Encadré 1 : Critères et priorité pour le déploiement du Tech RRT et le support à distance

Critères de déploiement (adapté du mécanisme GNC RRT) :

1. Catégorisation de niveau 2/3 ou des mécanismes de coordination en groupe ou sectorielle sont mis en place.

2. Crise humanitaire, y compris les situations d’urgence soudaine telle qu’une catastrophe naturelle ou une urgence à évolution lente telle que définie par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) telle qu’une sécheresse, une crise politique/économique et des défis mondiaux (changement climatique, etc.).

3. Pays ayant des capacités techniques limitées en matière de nutrition lors de situations d’urgence.

4. Ne duplique pas d’autre support existant sur le terrain ou prévu.

Priorité :

1. Déclaration d’une urgence de niveau 3.

2. Situation d’urgence soudaine OU détérioration rapide d’une situation préexistante.

3. Menace ou prévision d’urgence de niveau 2/3.

Conditions générales pour recevoir le support à distance Tech RRT

1. Le travail fera progresser ou promouvoir l’ordre du jour mondial, régional ou national dans l’un des domaines techniques du Tech RRT.

2. Le travail se fait en continuité avec le travail effectué par le conseiller dans le pays, avec pour objectif de voir le pays assumer ces responsabilités, et utiliser des techniques pour renfoncer sa capacité à le faire.

3. Un support technique qui va au-delà du rôle d’assistance du GNC, nécessitant généralement du temps et de l’attention, mais ne nécessitant pas de présence dans un pays.

4. Le travail est soit suffisamment court pour s’assurer qu’il sera achevé avant tout déploiement potentiel ou peut être mis de côté si le conseiller doit être déployé.

Déploiements du Tech RRT dans le pays

Les activités typiques des conseillers Tech RRT dans chacun des quatre domaines d’expertise (évaluation, CMAM, IYCF-E and SBC et SBC) sont résumées dans l’encadré 2. Ceux-ci sont adaptés selon les besoins de chaque pays et ne sont pas exhaustifs. Depuis août 2015, il y a eu 30 déploiements du Tech RRT, résumés dans le Tableau 1. La plupart ont été victimes d’urgences chroniques, car il y a eu peu de situations d’urgence soudaine et à évolution rapide au cours des deux dernières années par rapport aux années précédentes. Presque tous les déploiements ont été effectués dans des pays dotés d’un mécanisme actif de coordination en groupe/sectorielle de la nutrition (à l’exception du Mozambique qui a en fait adopté la même structure de coordination que la NiE pour le secteur), ce qui reflète probablement les racines du Tech RRT. Étant donné que le mécanisme est encore jeune et que Tech RRT est moins connu dans les pays dépourvus de coordination en groupe/sectorielle, la plupart des demandes de déploiement proviennent d’un engagement proactif avec les acteurs nationaux. Chaque déploiement est unique en ce qui concerne qui fait la demande, qui héberge le conseiller et qui supervise son travail. Il dépend de la situation et est conçu pour une efficacité maximale et l’appropriation des intervenants dans le pays. Le déploiement dans les 72 heures a rarement été nécessaire, car les pays ont besoin de temps pour formuler des demandes, élaborer des TOR et assurer les consultations et l’assentiment nécessaires.

La graphique 1 présente une répartition des déploiements par domaine technique, ce qui reflète probablement la maturité relative de chacun dans le secteur de la nutrition. IYCF-E est maintenant considérée comme importante, mais l’expertise technique fait défaut et, par conséquent, les demandes de soutien technique sont les plus courantes. CMAM est une intervention établie et possède un plus grand bassin d’expertise technique, le soutien n’est requis que lorsque l’ampleur du problème est vaste. En cas d’urgence les SBS restent mal compris ce qui explique probablement pourquoi les demandes pour une Tech RRT pour des SBS sont moins courantes. De nombreux types d’évaluation nécessitent un soutien, mais pour le plus typique (SMART et SQUEAC), un soutien de longue durée a été disponible grâce à l’équipe SMART ACF-Canada et le Réseau de surveillance de la couverture. Par conséquent, les demandes d’aide pour l’évaluation sont également rares.

Tech RRT fournit également un soutien à distance lors des périodes de non-déploiement. Ceci est actuellement guidé par les partenaires du consortium et leur connaissance des lacunes et par la participation au forum mondial dans chaque domaine technique. Ceux-ci ont inclus des contributions aux initiatives mondiales, telles que la révision des orientations opérationnelles IYCF-E (section alimentation artificielle) et la révision de la boîte à outils MCAM (dirigée par Sauver les enfants). Un appui à distance est également fourni aux pays liés à des déploiements antérieurs, comme au Yémen pour aider le Groupe de travail sur l’évaluation à examiner et valider les protocoles d’enquête et les résultats des évaluations, au Nigeria pour réviser le plan d’intervention de 2017/2018, et en Turquie/Syrie pour rédiger les composantes IYCF du Rapport d’évaluation de la sécurité alimentaire. L’équipe peut également répondre aux demandes autonomes de soutien à distance des pays, mais pas si courantes, comme en Afghanistan pour soutenir la normalisation des indicateurs nutritionnels dans les évaluations multisectorielles et à Porto Rico pour soutenir la priorisation des activités IYCF-E pendant la première phase de la réponse aux ouragans (2017).  Ceux-ci sont venus directement au Tech RRT ou par l’intermédiaire du service d’assistance GNC et, en accordant la priorité aux besoins au niveau des pays, Tech RRT s’efforce de répondre et de les soutenir.

Encadré 2 : Activités typiques des conseillers Tech RRT

Les conseillers Tech RRT travaillent généralement en étroite collaboration avec des groupes de travail techniques ou un groupe consultatif stratégique (SAG) lorsqu’ils sont présents dans le cadre du Groupe nutrition, soit en étant sous leur direction, soit en renforçant leurs capacités.

Évaluation : L’expertise permettant d’évaluer la situation rapidement peut manquer au début des programmes d’intervention d’urgence. Les conseillers Tech RRT peuvent mener, planifier et réaliser des évaluations nutritionnelles en étroite collaboration avec des partenaires en nutrition et potentiellement avec d’autres secteurs ; identifier et concevoir des activités d’évaluation en fonction des besoins (cela peut inclure la planification initiale, la sélection d’outils et de méthodes, l’échantillonnage et la rédaction de lignes directrices) ; recueillir des informations sur les antécédents/la situation pertinents pour l’évaluation/l’enquête ; identifier les besoins d’apprentissage et renforcer les capacités des différents intervenants dans la réalisation d’évaluations et de méthodologies nutritionnelles, ; planifier et faciliter le renforcement des capacités techniques/de formation pour les ministères et les organismes partenaires.

Voir dans ce numéro « Field Exchange » l’article de Scott Logue sur les expériences de soutien à l’évaluation Tech RRT au Soudan du Sud, au Mozambique, en Irak et au Yémen.

CMAM : Là où la malnutrition aiguë est une priorité urgente, l’expertise technique au sein des agences individuelles ainsi que pour la réponse collective est nécessaire pour mettre en place ou intensifier rapidement la CMAM. Les conseillers Tech RRT peuvent fournir une formation technique, des conseils stratégiques et un soutien opérationnel sur le déploiement CMAM (ou sur une composante spécifique, comme les soins hospitaliers, où l’expertise est nécessaire), évaluer les besoins de renforcement des capacités de CMAM entre les partenaires, procéder à la formation des éducateurs (TOT) et les orientations pour les intervenants, apporter un soutien au Ministère de la Santé et au groupe/secteur dans l’élaboration d’une stratégie, de lignes directrices ou d’une cartographie CMAM, mener des évaluations pour la mise en place ou l’intensification de CMAM et promouvoir l’inclusion de CMAM dans les évaluations rapides multisectorielles, surveiller et fournir des recommandations/mesures correctives pour améliorer la qualité de du programme CMAM.

Voir dans ce numéro l’article de Simon Koranja sur ses expériences en tant que conseiller Tech RRT CMAM au Nigeria et au Yémen et l’article de Michele Goergen sur ses expériences au Nigeria.

IYCF-E : L’expertise en IYCF-E dans le pays est souvent insuffisante et il y a un besoin de soutien techniquement solide et réaliste pour le programme. Les conseillers Tech RRT IYCF-E peuvent mener les évaluations IYCF-E et promouvoir l’inclusion de IYCF-E dans les évaluations rapides multisectorielles, soutenir l’élaboration d’une stratégie ou d’un plan d’intervention IYCF-E, procéder à des exercices de modélisation, guider la mise en place de systèmes de surveillance du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, évaluer les besoins de renforcement des capacités entre les partenaires et élaborer un plan pour les atteindre, mener des TOT et des orientations pour les intervenants, conseiller sur l’intégration avec d’autres secteurs et fournir des recommandations ou des actions correctives pour améliorer la qualité du programme IYCF-E.

Voir dans ce numéro les articles des conseillers Tech RRT IYCF-E décrivant leurs expériences de déploiement, y compris ceux de Michele Goergen (Niger et Haïti), Sebsibie Teshome (Irak) et d’Isabelle Modigell (Gaziantep, Turquie, soutien aux opérations transfrontalières en Syrie du Nord).

SBC : Un SBC efficace est un outil essentiel, mais souvent non reconnu pour réduire les décès, les maladies et la détérioration de l’état nutritionnel en cas d’urgence. Il peut également contribuer à améliorer l’adoption du programme en aidant les communautés à comprendre la valeur de ces programmes. Les conseillers Tech RRT SBC peuvent fournir une formation en SBC, des conseils stratégiques et un soutien opérationnel en matière de nutrition (ainsi qu’en matière sanitaire et d’hygiène), mener des évaluations en SBC (telles que l’analyse des barrières), concevoir des directives nationales, un plan d’intervention et une stratégie appropriée fondés sur des données factuelles, conseiller sur l’intégration des SBS en matière de nutrition et d’hygiène avec d’autres secteurs, adapter et concevoir des outils et des indicateurs de suivi et d’évaluation, évaluer les besoins de renforcement des capacités du SBC parmi les partenaires, et élaborer un plan pour les atteindre, mener les TOT et l’orientation pour les intervenants et le suivi, et fournir des recommandations/actions correctives pour améliorer la qualité de la programmation des SBC.

Voir dans ce numéro l’article de Daniel Takea qui a été déployé en tant que conseiller Tech RRT SBC pour soutenir le programme IYCF-E en Irak.

Tableau 1 : Déploiements Tech RRT  

* Déploiement en cours

** Déploiement couvert par des fonds privés membres du consortium

Graphique 1 : Répartition des déploiements par domaine technique

en traduction - Version française bientôt disponible

Enseignements tirés

Au cours des deux dernières années, des efforts importants ont été déployés pour observer les points forts du mécanisme Tech RRT et pour apprendre des défis. Le tableau 2 résume certains des points forts et des défis observés à ce jour. Plusieurs leçons importantes ont été apprises à travers les déploiements du Tech RRT, dont certaines sont mises en évidence dans les études de cas du Tech RRT présentées dans ce numéro.

Premièrement, les termes de référence (TOR) doivent être bien définis, idéalement avant l’arrivée du conseiller dans le pays pour éviter les retards au début du déploiement et permettre la mise en place préalable d’activités telles que la formation. Lorsque les activités risquent de prendre plus de temps que la période de déploiement, comme lors de l’élaboration de stratégies et de lignes directrices nécessitant l’adhésion des intervenants, le rôle du Tech RRT doit être soigneusement pris en compte, clairement défini et intégré dans un processus plus large dirigé par le groupe, un partenaire ou un groupe de travail technique.

Il y a eu très peu de demandes de déploiements dans des situations d’urgence à déclenchement rapide (autres qu’Haïti en 2016 et les Caraïbes en 2017). Dans ces situations, la capacité de comprendre le besoin d’aide nutritionnelle est souvent limitée. La demande, le processus de développement et d’approbation des TOR doit être reconsidéré pour ces situations afin que Tech RRT puisse fournir un soutien dès le début de la situation critique.

Jusqu’à présent, le travail du Tech RRT s’est concentré sur les politiques, en particulier sur l’élaboration de stratégies et de directives, des tâches qui soutiennent largement le rôle de l’UNICEF dans la collaboration avec les gouvernements. Ces tâches sont essentielles pour assurer un environnement favorable à une réponse humanitaire appropriée - à savoir, si une directive n’est pas en place et approuvée par le Ministère de la Santé, il est peu probable que les agents de santé soient autorisés à la mettre en œuvre. Cependant, Tech RRT veut être plus disponible et accessible aux ONG pour soutenir leur programme et a donc étendu la portée des déploiements potentiels aux agences individuelles ainsi qu’au collectif. Cela permettra au Tech RRT de faire une différence plus grande et plus immédiate quant à la qualité et à l’étendue du programme technique sur le terrain.

Alors que travailler pour le collectif a été l’objectif des déploiements du Tech RRT, la gestion des attentes des agences hôtes et de leurs besoins individuels a été une partie importante de la négociation des déploiements. En principe, si toutes les agences ont une chance de contribuer au développement du TOR, les besoins de soutien des agences individuelles (que ce soit l’agence hôte ou d’autres) seront probablement reflétés par d’autres, et devraient être pris en compte dans les TOR. Cependant, dans la pratique, cela ne s’est pas toujours produit, créant une pression sur le conseiller Tech RRT lorsque l’agence hôte demande au conseiller de prendre en charge une activité supplémentaire non prise en compte dans le plan de travail de déploiement.

Tech RRT, définit comme un « projet » avec un financement bilatéral, a connu des problèmes de capacité à répondre à tout type de demande d’urgence, ainsi que de fiabilité et de durabilité du mécanisme. Actuellement, par exemple, si une demande arrive vers la fin du cycle de financement ou pour une situation concernant des réfugiés, le Tech RRT est incapable de répondre (les situations des réfugiés ne sont pas couvertes par le financement de l’OFDA, mais par une autre branche de l’USAID). Pour surmonter ces difficultés de financement, d’autres modalités de financement sont explorées, comme des modèles de recouvrement des coûts et/ou de partage des coûts pour payer les coûts de déploiement, des formations périodiques pour générer des salaires de conseillers et des possibilités de financement commun.

Une grande partie du travail que les conseillers Tech RRT ont entrepris serait, en fait, effectuée de façon plus appropriée comme pour la préparation à la nutrition en cas d’urgence. Onze déploiements sur 14 au cours de l’année écoulée ont eu des activités marquantes telles que la mise à jour des lignes directrices, l’élaboration de stratégies ou la réalisation de certaines évaluations. Une grande partie des situations d’urgence étant de nature chronique, il est difficile d’établir quand ces types d’activités doivent avoir lieu, mais sans elles, il devient difficile de programmer de manière appropriée. La récente saison des ouragans a également démontré que les urgences à évolution rapide nécessitent des initiatives de préparation nutritionnelle - la protection, la promotion et le soutien de l’alimentation infantile étaient à peine envisageables dans les Caraïbes, entraînant probablement une augmentation de la morbidité et de la mortalité des nourrissons les plus vulnérables. Il existe également de nouvelles initiatives telles que l’approche « CMAM surge »(www.concern.net/resources/cmam-surge-toolkit) qui se concentrent également sur la préparation mais à ce jour il y a peu de ressources humaines avec les compétences nécessaires pour soutenir sa mise en œuvre Ce sont des domaines clés auxquels les conseillers du Tech RRT pourraient apporter leur soutien pendant les périodes « calmes ». Bien que l’on puisse soutenir que c’est un rôle pour les acteurs qui œuvrent dans le domaine du développement, c’est un travail qui doit être fait de concert, en apportant la connaissance et la compréhension des spécificités des situations d’urgence.

Tableau 2 : Points forts et défis du mécanisme Tech RRT

Nouveaux développements

Depuis sa création Tech RRT a appris et a évolué. Il a récemment élargi son champ d’action pour fournir un soutien non seulement au collectif, mais aussi aux agences individuelles, afin d’améliorer la qualité technique et/ou l’échelle et la portée de la réponse de l’agence. Fait important, Tech RRT n’est pas un service de consultation et, dans le cadre de sa nouvelle initiative, il sera essentiel que le comité directeur du déploiement ait une idée claire de la responsabilité d’un programme et de la façon dont un déploiement particulier améliore réellement la réponse d’urgence. Un autre nouveau développement a été les enquêtes systématiques faites sur la satisfaction des utilisateurs à la fin des déploiements afin de recueillir des informations auprès d’un grand nombre de personnes impliquées. L’équipe organise maintenant des séminaires en ligne post-déploiement pour encourager la discussion concernant la situation sur le terrain, partager des informations sur le déploiement et améliorer le suivi et l’adoption des recommandations. L’équipe explore également les possibilités de soutenir et de renforcer les capacités techniques des acteurs nationaux et locaux. Par exemple, une demande de déploiement a été soumise par le Ministère de la Santé du Soudan du Sud pour soutenir IYCF-E. Des moyens pour soutenir techniquement la Fédération internationale de la Croix-Rouge (IFRC) et leurs sociétés nationales sont explorés, et une série de séminaires en ligne a été lancée sur des sujets détaillés dans chaque domaine technique spécifique visant à renforcer les capacités des acteurs nationaux.

Façon de progresser

Il est impératif que Tech RRT puisse travailler de concert avec les pays exposés aux catastrophes et aux situations d’urgence sur les initiatives de préparation aux situations d’urgence, en particulier en période de « calme ». Ces efforts, conjugués à un soutien accru et à un renforcement des capacités des acteurs locaux, qu’ils soient des gouvernements ou des ONG locales/nationales, permettront de renforcer la résilience des pays et les aider à réagir rapidement dans les situations d’urgence pour atténuer leurs effets.

Tous les conseillers Tech RRT travaillent déjà avec les pays pour intégrer la nutrition dans le programme d’autres secteurs, mais à ce jour, cela n’a pas été l’objectif principal d’un déploiement. Ce domaine critique doit être renforcé en apportant un soutien spécifique aux pays et/ou aux organisations pour développer un programme sensible à la nutrition, afin d’intégrer au minimum la nutrition dans les secteurs de la santé, de l’eau, de l’assainissement et de la sécurité alimentaire.

Enfin, il est nécessaire d’élargir la base de financement du Tech RRT. Grâce à un financement de OFDA/USAID, Tech RRT a été en mesure de soutenir plusieurs situations d’urgence depuis 2015. Le financement commun permettrait à Tech RRT de mieux répondre à un plus grand nombre de situations, y compris des situations impliquant des réfugiés et des situations qui ne sont pas considérées comme humanitaires, et favoriserait une portée et des délais plus flexibles (qui ne sont pas limités au mandat ou au cycle de financement d’un seul donateur). Un financement fiable, pluriannuel et multi-donateurs offrira la plus grande flexibilité pour pouvoir offrir un soutien prévisible et cohérent d'une équipe d'experts dans les situations et les domaines techniques où cela est le plus nécessaire.

Pour avoir de plus amples d'informations veuillez contacter Andi Kendle.

Read more...

Références

Richardson and Ververs, 2015. Evaluation of the support provided by the Global Nutrition Cluster to national coordination platforms, Leah Richardson and Mija-tesse Ververs, February 2015, Recommendation #12, page 49. http://nutritioncluster.net/wp-content/uploads/sites/4/2015/06/UNICEF_report_homeprint.pdf

 

 

 

More like this

FEX: Conseiller en évaluation de l’équipe d’intervention technique rapide (RRT) : expériences au Soudan du Sud, au Mozambique, en Irak et au Yémen

Par Scott Logue Read an English version of this article here Scott Logue est le conseiller en évaluation de l'équipe d'intervention technique rapide (Tech RRT)...

FEX: Support pour l'équipe technique d'intervention rapide (Tech RRT) pour l'ANJE-U : Observations faites en Irak

Par Sebsibie Teshome, conseiller de la Tech RRT pour l'ANJE-U, détaché par Save the Children et Daniel Hadgu Takea, conseiller de la Tech RRT pour le...

FEX: Soutien technique du RTT pour l'intervention ANJE-U à Alep, en Syrie du Nord

Par Isabelle Modigell Read an English version of this article here Isabelle a été conseillère technique en ANJE-U pour RRT de 2016 à 2017, avant...

FEX: Conseillère Tech RRT chargée de la NNJE-U et de la GCMA : expériences au Niger, en Haïti et au Nigeria

Par Michele Goergen Read an English version of this article here Michele Goergen est conseillère Tech RRT en NNJE-U et GCMA depuis un an et demi....

FEX: Équipe d'intervention rapide du groupe mondial sur la nutrition

Par Ayadil Saparbekov Read an English version of this article here Ayadil Saparbekov occupe depuis 2013 le poste de coordinateur adjoint du Groupe mondial sur la nutrition...

NEX: Collaborer pour la nutrition : les changements au sein des Ministères de la santé et de l’agriculture au Kénya

Read an English version of this article here Lillian Karanja de l'ENN a interviewé Veronica Kirogo, directrice adjointe des services de nutrition et de...

FEX: La malnutrition aiguë : ce qu'il reste à faire dans les pays d'Asie de l'Est et du Pacifique

Par Cecilia De Bustos, Cécile Basquin et Christiane Rudert Read an English version of this article here Cecilia De Bustos est spécialiste en nutrition et...

Resource: Transcription du podcast: Planification et développement d'un Cadre Commun de Resultats

Écouter ce podcast en anglais Tui Swinnen (TS): Coordinateur Mondial Tamsin Walters (TW): Consultant TS : Bonjour tout le monde et bienvenue dans cette série de...

Resource: Transcription du podcast: Un voyage vers la programmation nutritionnelle multisectorielle au Népal: évolution, processus et perspectives avec Stanley Chitekwe

Listen to the podcast in English Charulatha Banerjee (CB): Spécialiste Régional Gestion des Connaissances Asie Stanley Chitekwe (SC): Chief de Nutrition UNICEF,...

FEX: Partenariat et responsabilité dans le groupe pour la nutrition au Soudan du Sud (2015-2017)

Par Isaack Biseko Manyama Read an English version of this article here Isaack Manyama est actuellement le coordinateur du groupe pour la nutrition pour le Soudan du Sud. Il...

en-net: Tech RRT Webinar (French): Recent Deployments in DRC for IYCF-E and Management of Acute Malnutrition

Quand: Mardi 12 juin 2018
Temps: 14:00-15:00 (heure Kinshasa et Londres), 15:00-16:00 (heure Kananga & Genève), 16:00 - 17:00 (heure...

FEX: Alerte et réponse rapide à la crise nutritionnelle en RDC

Par Alain Georges Tchamba Read an English version of this article here Alain Georges Tchamba est le coordonnateur pour la nutrition à Cooperazione Internazionale...

FEX: Le suivi et l'évaluation des programmes dans les populations instables : Expériences avec la base de données de SENS Global du HCR

Par Mélody Tondeur, Caroline Wilkinson, Valérie Gatchell, Tanya Khara et Mark Myatt Read an English version of this article here Mélody Tondeur est une...

FEX: Comprendre le cadre de résultats communs du mouvement SUN: les enseignements tirés de cinq pays

Par Tamsin Walters, Consultant ENN Ceci est un résumé d'un document ENN qui réunit la réflexion de fond autour du cadre commun des...

Resource: Transcription du podcast : Alerte et réponse rapide aux crises nutritionnelles en RDC avec Alain Tchamba

Écoutez ce podcast en français Ambarka Youssoufane (AY) : Spécialiste régional de la gestion des connaissances d'ENN pour l'Afrique de...

Resource: Transcription of the podcast: Alert and rapid response to nutritional crisis in DRC

Listen to this podcast (en français) Ambarka Youssoufane (AY) : Regional Knowledge Managment Specialist, West/Central Africa Alain Tchamba (AT) : Coordinator at...

FEX: Recommandations pour la planification multisectorielle de la nutrition : expériences transversales du Népal et de l'Ouganda

Par Amanda Pomeroy-Stevens, Heather Viland et Sascha Lamstein Read an English version of this article here Amanda Pomeroy-Stevens est Conseillère en recherche et...

FEX: Analyse des barrières des comportements d'alimentation des nourrissons et jeunes enfants et de la nutrition maternelle chez les personnes déplacées dans le nord et le sud de la Syrie

Read an English version of this article here Par Shiromi Michelle Perera Shiromi Michelle Perera est responsable technique au sein de l'unité technique de...

FEX: Surveillance décentralisée et participative visant à améliorer la qualité des services de la GCMA au Soudan

Par Mueni Mutunga, Rashid Abdulai, et Mohammed Ali Elamin Read an English version of this article here Mueni Mutunga est un spécialiste de la nutrition régional...

NEX: Système de surveillance nutritionnelle en Somalie : Une approche communautaire

Mary Wamuyu est nutritionniste. Elle a une expérience de 4 ans dans le déploiement de projets de nutrition d'urgence au Kenya et 5 ans de plus dans la...

Close

Reference this page

Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT (2018). Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises. Field Exchange 56, December 2017. www.ennonline.net/fex/56/expetleconsapprises

(ENN_5965)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.