Menu ENN Search

Action intégrée post-Rome : expériences du nord-est du Nigeria

Par Kirathi Reuel Mungai et Adeola Goriola Makanjuola

Read an English version of this article here

Kirathi Reuel Mungai est un spécialiste de la nutrition qui travaille actuellement avec l'UNICEF en tant que coordinateur du secteur de la nutrition au Nigeria, basé à Borno. Il a travaillé comme nutritionniste en santé publique au Kenya, au Soudan du Sud et au Nigeria au cours des 11 dernières années pour l'UNICEF, Action contre la Faim, Concern Worldwide, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le gouvernement du Kenya. Il a également travaillé en tant que coordinateur du groupe Nutrition au Soudan du Sud.

Adeola Goriola Makanjuola est un expert en gestion de l'information et en technologie avec dix ans d'expérience dans les télécommunications dans les situations d'urgence humanitaire. Il est actuellement détaché d'iMMAP auprès de l'UNICEF en tant que responsable de la gestion de l'information pour le secteur de la nutrition dans le nord-est du Nigeria. Auparavant, il a travaillé comme agent du système d'information géographique pour la Matrice de suivi des déplacements de l'Organisation internationale pour les migrations (DTM) au Nigéria.

Les auteurs aimeraient remercier l'Agence chef de file de l'UNICEF, le Programme alimentaire mondial (PAM), les partenaires du secteur de la nutrition et les donateurs ainsi que le Groupe de la sécurité alimentaire du Nigéria pour leurs contributions aux travaux décrits dans cet article.

Lieu : Nigéria

Ce que nous savons : Les conflits dans le nord-est du Nigeria ont entraîné des déplacements de population massifs et une situation nutritionnelle instable.

Qu'apporte cet article : La coordination du secteur de la nutrition est dirigée par le gouvernement avec le soutien de l'UNICEF. Avant l'appel à l'action de Rome sur la prévention intégrée de la famine, le secteur de la nutrition était engagé avec le secteur de la sécurité alimentaire et d'autres secteurs dans des activités conjointes de programmation et de prévention. Les priorités du plan d'action de Rome pour l'après-Rome comprenaient le développement d'évaluations multisectorielles et d'orientations associées pour inclure la nutrition, la sécurité alimentaire, EAH et la santé ; collecte de fonds conjointe ; et développement d'un ensemble d'interventions communes. Les réalisations à ce jour comprennent la planification d'urgence conjointe et le ciblage géographique ; la disponibilité accrue des données et participation des partenaires au Cadre Harmonisé1; et des fonds de programmation multisectorielle garantis. Parmi les défis importants figurent l'accès limité et militarisé aux personnes touchées ; la désignation incohérente des limites administratives ; et les outils conçus pour une planification sectorielle plutôt qu'intégrée. La programmation conjointe a présenté des occasions de lier les programmes d'urgence et de développement.

Contexte nutritionnel du nord-est du Nigeria

Le conflit dans le nord-est du Nigeria a considérablement affecté les infrastructures physiques, perturbé les services sociaux et provoqué le déplacement d'environ 1,7 million de personnes, avec la majorité des personnes déplacées internes dans l'État de Borno, à l'épicentre de la crise (DTM, 2017). Plus de la moitié des personnes déplacées internes, principalement des femmes et des enfants de moins de 18 ans (dont 56% sont des filles de moins de 17 ans), vivent à l'extérieur des camps destinés aux personnes déplacées internes dans des communautés locales surpeuplées, dans des abris de fortune. Des mesures de protection et de sécurité insuffisantes sont en place pour cette population, qui connaît un risque accru de violence sexiste, de harcèlement, d'épidémie, d'insécurité alimentaire et de malnutrition.

La situation nutritionnelle dans le nord-est du Nigeria a été instable après la crise. On estime que 450 000 enfants sont exposés à la malnutrition aiguë sévère (MAS) dans la région, dont beaucoup ont besoin d'un accès urgent au traitement. Un système de surveillance de la nutrition mène des enquêtes de février à mars, de juillet à août et d'octobre à novembre de chaque année. Les données de ces enquêtes pour 2017 suggèrent jusqu'à présent que la prévalence de la malnutrition aiguë globale (MAG) a diminué entre les deux premiers cycles : de 11,4% (9,7-13,3, IC 95%) à 8,0% (6,7-9,4 ; IC 95%) à Yobe, et de 11,3% (9,7-13,0 ; IC 95%) à 6,7 (de 5,4-8,3 ; IC 95%) à Borno. Cependant, des poches de malnutrition élevée subsistent, principalement observées dans les zones présentant des difficultés d'accès et dans les zones où l'intensité de l'action humanitaire est insuffisante ; des taux de MAG dépassant les seuils d'urgence de 15% sont signalés à Jakusko et dans le nord de Yobe, Karasuwa, Machina, Nguru, Yunusari et Yusufari.

Dispositifs de coordination au Nigeria

Les dispositifs de coordination humanitaire ont été modifiés pour incorporer les efforts du gouvernement fédéral et des États pour renforcer les liens avec les acteurs humanitaires. Le Comité présidentiel sur l'initiative du nord-est (PCNI) a été établi par le Président Muhammadu Buhari pour servir d'organe national principal de stratégie, de coordination et de conseil pour toutes les interventions humanitaires, les efforts de transformation et de développement dans le nord-est. Le PCNI travaille en étroite collaboration avec d'autres organismes publics tels que l'Autorité nationale de gestion des situations d'urgence (NEMA). Au niveau fédéral, la coordination du secteur (groupe) de la nutrition est présidée par le chef de la nutrition sous la direction du directeur de la santé familiale. Au niveau de l'État, la coordination du secteur de la nutrition est présidée par le directeur de la santé primaire et codirigée par l'UNICEF. Pour plus de détails sur la coordination de la nutrition au Nigeria, voir l'article dans ce numéro de Field Exchange.

Priorités, capacités et état de préparation du secteur de la nutrition

Le Secteur de la nutrition a élaboré une stratégie d'intervention humanitaire pour 2017 qui vise à sauver des vies en renforçant les services de nutrition pour gérer et prévenir la malnutrition aiguë dans les États d'Adamawa, de Borno et de Yobe. Elle vise les objectifs suivants :

Objectif du secteur de la nutrition #1: Améliorer l'accès équitable à des services vitaux de qualité pour la prise en charge de la malnutrition aiguë chez les enfants âgés de 6-59 mois et les femmes enceintes et allaitantes (PLW) grâce à l'identification, l'orientation et le traitement systématiques des cas de malnutrition aiguë.

Objectif #2 du secteur de la nutrition: Promouvoir l'accès aux services de prévention de la dénutrition pour les groupes vulnérables (enfants de moins de cinq ans et PLW), en mettant l'accent sur l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant en situation d'urgence (ANJE), la supplémentation en micronutriments et l'alimentation complémentaire générale.

Les partenaires de la nutrition ont précisé la stratégie dans un plan d'intervention, qui définit les priorités et les stratégies clés à mettre en œuvre par tous les partenaires du secteur pour répondre à la crise nutritionnelle. Le plan d'intervention identifie les priorités suivantes :

Conscients de la complexité et de l'imprévisibilité de l'espace opérationnel au nord-est du Nigéria, les partenaires du secteur de la nutrition ont identifié des actions de préparation pour faire face à des événements tels que les inondations et une hostilité accrue entraînant de nouveaux déplacements. Celles-ci sont saisies dans le plan d'intervention du secteur de la nutrition. Les actions en matière de nutrition sont également incluses dans d'autres plans de préparation et d'urgence, notamment le plan d'intervention intersectoriel en cas de catastrophes, dirigé par l'autorité de gestion des situations d'urgence de l'État, et les plans d'urgence alimentaires et nutritionnels conjoints pour les périodes d'inondation et creuses.

Le nombre de partenaires intervenant en termes de nutrition dans le nord-est du Nigéria a continué d'augmenter depuis le début de 2017 (voir la graphique 1). Actuellement, le secteur de la nutrition compte 25 partenaires, dont 14 organisations non gouvernementales internationales (ONGI), trois organisations des Nations Unies (ONU), trois donateurs et trois observateurs. La capacité d'intervention a été renforcée par les ressources humaines déployées par les partenaires et la capacité accrue d'intensification dans les zones nouvellement accessibles, où les besoins en termes de services de nutrition sont immenses.

En collaboration avec le gouvernement de l'État, le gouvernement fédéral a également renforcé l'intervention en cas d'urgence en déployant 25 équipes de santé et de nutrition, composées de 12 travailleurs de santé supplémentaires (qui travaillent en deux groupes pour des périodes alternées de deux semaines) dans 25 zones gouvernementales locales pour renforcer les ressources humaines actuelles.

Graphique 1 : Carte des partenaires fournissant des services de nutrition  

Ceci est uniquement disponible en anglais - désolé pour tout inconvénient causé

Préparation d'intervention en cas de famine pré-Rome du secteur de la nutrition

Avant l'appel à l'action de Rome sur la prévention intégrée de la famine, le secteur de la nutrition était engagé avec la sécurité alimentaire et d'autres secteurs dans des activités conjointes de programmation et de prévention impliquant :

L'adhésion du pays aux engagements de Rome

Après la réunion de Rome et l'appel à l'action sur la prévention de la famine, les coordinateurs du secteur de la nutrition et de la sécurité alimentaire au Nigeria ont entrepris des consultations pour obtenir l'adhésion des différentes parties prenantes dans le pays. Le plan d’action de pays, rédigé à Rome par les coordonnateurs de groupe pays Nutrition et sécurité alimentaire, a été présenté aux homologues gouvernementaux et partenaires dans les deux secteurs, accompagnées d’un exposé sur l’appel de Rome à l’action. Le plan d'action validé a ensuite été présenté aux responsables des agences chefs de file (sécurité alimentaire et nutrition). Une mise à jour du plan d'action a été entreprise au sein du Groupe de travail sur la coordination humanitaire, composé de tous les acteurs humanitaires du Nord-Est et d'autres organismes gouvernementaux. La mise en œuvre a été supervisée par un groupe de travail composé de trois partenaires des secteurs de la nutrition et de la sécurité alimentaire. Le plan final a été partagé avec le Groupe de la sécurité alimentaire mondiale (GFSC) et le Groupe de nutrition global (GNC).

Plan du pays : mises en avant et progrès

La nécessité de mener des évaluations conjointes multisectorielles (impliquant les quatre groupes : nutrition, sécurité alimentaire, EAH et santé) a été identifiée; une ligne directrice sur l'évaluation conjointe existait mais devait être contextualisée pour faciliter l'évaluation multisectorielle dans la région. La situation de financement (écart) des deux secteurs a nécessité une attention particulière ; Le plaidoyer sur la nécessité de financer des interventions alimentaires et nutritionnelles pour éviter une famine a conduit à une collecte de fonds conjointe basée sur une approche intégrée de la prévention de la famine. La présence sur le terrain des deux secteurs était nécessaire pour maximiser l'impact de l'intervention de chaque secteur ; un ensemble de mesures conjointes impliquant à la fois des partenaires de la sécurité alimentaire et de la nutrition a donc été demandé, en particulier dans les zones à accès limité. Pour renforcer l'engagement mutuel et la collaboration, les deux secteurs ont également ressenti le besoin d'élaborer un cadre de responsabilisation conjoint.

À la fin d'octobre 2017, les initiatives suivantes avaient été réalisées :

Progrès du secteur de la nutrition à ce jour

Le secteur de la nutrition a estimé à 110 millions de dollars les besoins financiers pour répondre à la crise en 2017. À la fin du mois de septembre 2017, le secteur avait reçu 87 millions de dollars (78% des fonds requis). Avec le plaidoyer en cours et l'intérêt des donateurs, il est très probable que le secteur réalisera un financement à 100%. Par conséquent, le secteur de la nutrition est sur la bonne voie et devrait atteindre 90% de ses objectifs d'ici la fin de 2017 (voir la graphique 2).

Graphique 2 : Progrès réalisés par rapport aux objectifs de 2017 (septembre 2017)

en traduction - Version française bientôt disponible

Principaux défis dans la mise en œuvre du plan d'action national intégré

Malgré d'importants efforts d'intensification au cours des six à neuf derniers mois et une attention mondiale accrue, les besoins humanitaires ont continué à augmenter, et la capacité d'intervention a été réduite. Alors que de plus en plus de zones deviennent accessibles à la suite de l'insurrection, la demande envers les partenaires existants ne cesse d'augmenter, mais ils ont une capacité logistique et une présence opérationnelle limitées pour répondre à ces besoins. La plupart des partenaires sont dans le pays depuis moins d'un an et font face au défi de mobiliser les ressources humaines expérimentées nécessaires pour soutenir la crise en évolution rapide. Les agences doivent opérer dans un environnement hautement précaire, dominé par les militaires, avec une capacité extrêmement limitée des autorités civiles dans les zones de gouvernement local (LGA) pour assister la livraison humanitaire et fournir des services de base et essentiels. De vastes zones de Borno en particulier sont inaccessibles ou seulement partiellement accessibles à la communauté humanitaire, qui est obligée de compter sur - et dans une certaine mesure être dirigée par - l'armée nigériane dans la livraison de l'aide. Des progrès ont été accomplis dans l'établissement d'une interface civilo-militaire avec l'armée nigériane ; Cependant, il reste encore du travail à faire. Les paramètres doivent être convenus à l'intérieur de la communauté humanitaire, puis à l'extérieur avec le gouvernement et l'armée ; par exemple, en ce qui concerne les escortes armées et la présence militaire lors d'activités humanitaires.

Un autre défi est que les noms des limites administratives des LGA, des quartiers et des colonies ne sont pas cohérents. Cela entrave l'harmonisation de la base de données des opérations communes (qui fait quoi, où, quand et pour qui) et rend difficile l'identification des chevauchements d'activités entre les secteurs. L'aperçu des besoins humanitaires multisectoriels (HNO) / plan d'intervention humanitaire (HRP) a été le plus difficile à défendre car les outils sont limités à la planification en silo (les fiches de projets en ligne sont spécifiques à un secteur et ne permettent pas une planification multisectorielle). La coordination humanitaire d'urgence est relativement récente et l'engagement des partenaires à la coordination n'est pas encore optimal - la plupart n'ont pas les ressources humaines et la capacité suffisantes pour répondre et engager la coordination.

Prochaines étapes pour renforcer la mise en œuvre du plan d'action

Les plans immédiats sont de continuer à mettre en œuvre des actions en attente, en particulier le développement de tableaux de bord conjoints et de cartes de présence. L'analyse du Cadre Harmonisé de la situation alimentaire et nutritionnelle en octobre 2017 éclairera le processus et la planification du HRP 2018-2019, et la cartographie conjointe de la vulnérabilité pour la sécurité alimentaire et la nutrition éclairera l'établissement des priorités. L'accent sera mis sur les partenaires qui répondent aux populations hors-camp et aux personnes déplacées en milieu urbain. Les discussions sur l'harmonisation de la méthodologie d'évaluation conjointe et le calendrier d'une évaluation conjointe de la nutrition et de la sécurité alimentaire seront également finalisées.

Réflexions et leçons tirées

Le rôle crucial du gouvernement dans la réponse humanitaire en tant que chef de file et son soutien à la décentralisation de la coordination au niveau de l'État a facilité un engagement accru avec les partenaires et une responsabilisation accrue puisque toutes les activités d'intervention sont maintenant alignées sur les priorités gouvernementales.

La programmation conjointe a permis aux secteurs de la nutrition et de la sécurité alimentaire de relier l'urgence au relèvement et au développement précoces grâce à des approches novatrices telles que les transferts monétaires qui ont permis de revitaliser les marchés et de stocker des aliments nutritifs.

La présence sur le terrain a été renforcée pour tous les partenaires grâce à l'opérationnalisation de «centres humanitaires» dans des endroits où les partenaires humanitaires n'avaient auparavant aucune présence physique. Les centres ont permis aux partenaires de travailler plus étroitement avec les bénéficiaires et ont amélioré le suivi et la supervision de la qualité des activités de réponse.

Déconstruire la mentalité de silo des secteurs a été important, permettant un engagement accru avec d'autres secteurs (EAH et Santé) et une utilisation accrue de l'argent dans l'intervention d'urgence, qui a conduit à des plans de renforcement des subventions en espèces multi-usages dans le HRP de 2018.

La planification de l'action et les engagements décrits dans cet article ont augmenté la fréquence de l'engagement entre les clusters nationaux et mondiaux et ont facilité l'apprentissage des autres pays confrontés à des situations de quasi-famine.

Le soutien requis du GNC et de ses partenaires est nécessaire pour continuer à progresser, notamment :

Les progrès réalisés à ce jour résultent du travail de nombreuses parties prenantes. Les acteurs étatiques ont été très favorables aux activités de coordination aux niveaux fédéral et étatique. L'investissement du gouvernement nigérian dans les interventions d'urgence sanitaire et nutritionnelle dans le Nord-Est pour soutenir l'aide humanitaire et les besoins de relèvement a été et demeure crucial. Les engagements des agences co-responsables du cluster à soutenir le personnel de coordination sont également grandement appréciés. Le GNC a fourni un soutien inestimable par le biais d'appels téléphoniques mensuels pour soutenir, guider et recevoir des mises à jour de la réponse aux quatre pays touchés par la famine. Enfin, le soutien des donateurs nous a permis de garder l'intervention en termes de nutrition sur la bonne voie.

Pour plus d'informations, contacter Kirathi Reuel Mungai.

Read more...

Footnotes

1Le cadre régional actuel qui vise à prévenir la crise alimentaire en identifiant rapidement les populations touchées et les mesures appropriées pour améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, similaire à la classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire (IPC).

More like this

FEX: Expériences de la coordination 'Whole of Syria' pour la nutrition

Par Saja Farooq Abdullah et Lindsay Spainhour Baker Read an English version of this article here Le Dr Saja Abdullah travaille actuellement en tant que coordinatrice de...

FEX: Développement et valeur ajoutée du groupe nutritionnel en Turquie

Par Wigdan Babikir Makki Madani Read an English version of this article here Dr Wigdan Madani est la coordinatrice du Group Nutritionnel pour la Turquie, basée au...

FEX: Groupe de nutrition en Somalie : pack de prévention intégrée famine

Par Samson Desie Read an English version of this article here Desie Samson est spécialiste de la nutrition et travaille actuellement comme coordonnateur du groupe de...

FEX: Expériences de coordination du secteur Nutrition en Syrie

Par Muhiadin Abdulahi Read an English version of this article here Muhiadin Abdulahi travaille avec l'UNICEF Syrie comme Coordinateur du secteur/groupe Nutrition depuis...

FEX: Groupe nutrition du Yémen : programme intégré famine-prévention

Par Anna Ziolkovska Read an English version of this article here Anna Ziolkovska est actuellement coordonnatrice du Groupe nutrition au Yémen. Anna est titulaire...

FEX: De groupe à coordination de Secteur de Nutrition : direction gouvernementale dans la coordination pour une réponse en cas d'urgence de nutrition effective dans État de Borno, Nigeria

Par Maureen L Gallagher, Kirathi Reuel Mungai, Ladi Linda Ezike et Dr Helni Mshelia Read an English version of this article here Maureen L. Gallagher est spécialiste...

FEX: Expériences SUN: leçons du Pakistan

Par Muhammad Aslam Shaheen et Dr Ali Ahmad Khan Read an English version of this article here Muhammad Aslam Shaheen est le chef de la section Nutrition au Ministère de...

NEX: Creuser jusqu'au niveau infranational : Mise en oeuvre multisectorielles au Kenya, au Népal et au Sénégal

L'équipe de Gestion des Connaissances SUN de l'ENN Des progrès substantiels ont été accomplis dans la défense de renforcement de programmes...

FEX: Un voyage vers la programmation nutritionnelle multisectorielle au Népal : évolution, processus et perspectives

Par Pradiumna Dahal, Anirudra Sharma et Stanley Chitekwe Read an English version of this article here Pradiumna Dahal est un spécialiste en nutrition avec l'UNICEF...

FEX: Facteurs opérationnels dans l'intégration de la nutrition dans les programmes d'agriculture et de moyens d'existence au Zimbabwe

Par Anne-Marie Mayer, Rose Ndolo et Jane Keylock Read an English version of this article here Anne-Marie Mayer travaille comme consultante pour des programmes à...

FEX: Cluster Nutrition au Soudan du Sud 2017 : ce que la famine nous a appris

Par Isaack Biseko Manyama Read an English version of this article here Isaack Manyama est le coordinateur du cluster Nutrition au Soudan du Sud. Il a vingt-quatre ans...

FEX: Partenariat et responsabilité dans le groupe pour la nutrition au Soudan du Sud (2015-2017)

Par Isaack Biseko Manyama Read an English version of this article here Isaack Manyama est actuellement le coordinateur du groupe pour la nutrition pour le Soudan du Sud. Il...

NEX: Un catalyseur pour le renforcement des pays SUN : Expériences de l'Assistance Technique pour le Tadjikistan et les Philippines

L'équipe de gestion des connaissances SUN de l'ENN avec la contribution de « Nutrition International » (NI) et de « Maximising the Quality of...

FEX: Intervention multi-sectorielle et qui prend en compte la nutrition en cas d'alerte à la sécheresse au Pakistan

Par Ali Dino Kunbher, Shafqat Ullah et Dr Mazhar Alam Ali Dino Kunbher est directeur de programme pour la Welthungerhilfe (WHH) à Sindh, au Pakistan, qui s'occupe...

FEX: La coordination des groupes dans les interventions d'urgence menées par le gouvernement en Éthiopie

Par Amal Tucker Brown, Orla Mary O'Neill et Ki Yeon Yoon Read an English version of this article here Amal Tucker Brown travaille pour l'UNICEF depuis 2007. Elle a...

FEX: Nutrition au Soudan du Sud : surmonter les défis des systèmes d’information nutritionnelle

Le secteur de la santé au Soudan du Sud, la plus jeune nation d'Afrique, a connu une forte croissance malgré les insécurités et les crises qui ont...

FEX: Alerte et réponse rapide à la crise nutritionnelle en RDC

Par Alain Georges Tchamba Read an English version of this article here Alain Georges Tchamba est le coordonnateur pour la nutrition à Cooperazione Internazionale...

FEX: La nutrition dans les interventions de santé d'urgence: les perspectives et développements de l'OMS

By Zita Weise Prinzo, Adelheid Onyango, Dr Ferima-Coulibaly Zerbo, Hana Bekele, Dr Ngoy Nsenga et Adelheid Marschang Read an English version of this article here Zita Weise...

FEX: Expériences de programmation multisectorielle au Malawi

Par Felix Pensulo Phiri Read an English version of this article here Felix Pensulo Phiri est Directeur de la nutrition au Département de la nutrition, et du VIH/sida...

NEX: Appliquer le Compendium d'actions pour la Nutrition : Expériences d’Haïti et de Birmanie

Sansan Myint est coordinatrice REACH1 en Birmanie. Agnes Solano est une ancienne coordinatrice REACH en Haïti. Holly D Sedutto est une consultante pour le réseau...

Close

Reference this page

Kirathi Reuel Mungai et Adeola Goriola Makanjuola (2018). Action intégrée post-Rome : expériences du nord-est du Nigeria. Field Exchange 56, December 2017. www.ennonline.net/fex/56/postromeexpdunordestdunigeria