Menu ENN Search

Facteurs opérationnels dans l'intégration de la nutrition dans les programmes d'agriculture et de moyens d'existence au Zimbabwe

Par Anne-Marie Mayer, Rose Ndolo et Jane Keylock

Read an English version of this article here

Anne-Marie Mayer travaille comme consultante pour des programmes à l'interface de l'agriculture et de la nutrition. Elle est titulaire d'un doctorat en nutrition internationale avec épidémiologie et science du sol de l'Université Cornell et a travaillé pour des organisations non gouvernementales, des universités et des organisations internationales dans le domaine de l'agriculture sensible à la nutrition au cours des 20 dernières années.

Rose Ndolo est conseillère principale du programme de nutrition pour World Vision UK, fournissant un appui technique aux programmes nationaux pour la conception et la mise en œuvre de programmes nutritionnels multisectoriels. Elle a plus de 14 ans d'expérience dans la programmation nutritionnelle et l'influence des politiques aux niveaux national et international.

Jane Keylock est spécialiste de la nutrition et de la sécurité alimentaire et associée chez NutritionWorks. Elle fournit une assistance technique et un soutien aux politiques et programmes multisectoriels aux ministères, aux agences des Nations Unies et aux organisations de la société civile en Afrique et en Asie.

Lieu : Zimbabwe

Ce que nous savons : L'agriculture sensible à la nutrition a émergé comme une nouvelle approche avec des principes directeurs sur la conception des programmes ; cependant, il existe actuellement peu d'orientations sur la mise en œuvre de tels programmes.

Ce que cet article apporte en plus

Une étude de cas réalisée par des consultants travaillant pour World Vision UK a été entreprise en tant qu'exercice d'apprentissage pour World Vision, ses partenaires et un public plus large de praticiens, de chercheurs et de décideurs. Il montre qu'il existe de nombreuses opportunités et de nombreux défis pour concevoir, mettre en œuvre et évaluer des programmes multisectoriels pour la nutrition. Il est important d'établir des objectifs clairs, une théorie du changement et un cadre de suivi impliquant non seulement les parties prenantes du programme mais aussi les communautés, le gouvernement et le secteur privé. Les programmes multisectoriels sont difficiles à mettre en œuvre en raison de leurs secteurs traditionnellement séparés. Une bonne approche consiste à coordonner à tous les niveaux, à comprendre le contexte, à évaluer les hypothèses, à se mettre d'accord sur les objectifs, à être participatif, à harmoniser le matériel de formation et à prêter attention aux conséquences imprévues. Il est essentiel d'intégrer pleinement la dimension de genre pour optimiser le passage de l'agriculture à la nutrition. Cibler les agriculteurs ayant la plus grande capacité d'accroître la productivité agricole pourrait exclure les plus pauvres et les plus vulnérables, ce qui rendrait les objectifs nutritionnels insaisissables. Un guide pratique pour mettre en œuvre et évaluer les programmes multisectoriels de nutrition sous les contraintes réelles rencontrées par les responsables de la mise en œuvre est nécessaire et d'autres études de cas aideraient à atteindre cet objectif.

Introduction

Si les orientations actuelles sur les programmes sensibles à la nutrition sont utiles pour la conception et l'évaluation (FAO, 2013; SPRING, 2014), la mise en œuvre des programmes multisectoriels n'a pas été aussi bien décrite. Cette recherche cherche à mieux comprendre les questions liées à la mise en œuvre de programmes d'agriculture et de moyens d'existence sensibles à la nutrition en utilisant une étude de cas du projet Ensuring Nutrition, Transforming and Empowering Rural Farmers and Promoting Resilience in Zimbabwe (ENTERPRIZE). Les voies conceptuelles entre l'agriculture et la nutrition (SPRING, 2014) et les principes directeurs pour la conception des programmes agricoles pour la nutrition (FAO, 2013) ont été utilisés dans la conception du programme ENTERPRIZE.

ENTERPRIZE est un projet multisectoriel dans la province centrale du Mashonaland au Zimbabwe, dirigé par World Vision Zimbabwe (WVZ). Il s'agit de l'un des trois sous-projets du volet Productivité agricole et nutrition (APN) géré par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). L'APN est l'une des trois composantes du Livelihoods and Food Security Programme (LFSP) financé par le Department for International Development (DFID) du Royaume-Uni. Il comprend également le volet développement des marchés (MD) dirigé par Palladium (une société internationale de conseil et de gestion) et le volet suivi, rapport et évaluation (MR&E) dirigé par Coffey (qui fournit des services d'aide au développement international).

ENTERPRIZE vise à bénéficier directement à 25 500 agriculteurs et indirectement à 75 650 ménages en améliorant la sécurité alimentaire et nutritionnelle par le biais d'activités coordonnées, principalement dans les secteurs de l'agriculture, de la finance et de la santé. Il s'agit d'un projet complexe avec des liens entre de nombreux secteurs et des partenariats couvrant le gouvernement, les organisations non gouvernementales (ONG), les institutions financières et le secteur privé. La graphique 1 montre la théorie originale du changement (ToC) pour ENTERPRIZE. Le budget total du projet à ce jour est de 5,3 millions de dollars US sur une période de 40 mois.

La nutrition dans ENTERPRIZE comprend des actions "spécifiques à la nutrition" et "sensibles à la nutrition". Les activités spécifiques à la nutrition comprennent la communication pour le changement de comportement (CCC), comme la promotion de l'alimentation du nourrisson et du jeune enfant (IYCF), l'amélioration de l'hygiène, les comportements de recherche de santé et les démonstrations culinaires. Les activités sensibles à la nutrition comprennent les chaînes de valeur des aliments riches en nutriments ; une stratégie d'autonomisation des femmes ; le soutien à la production de cultures diversifiées ; la promotion des cultures biofortifiées ; la formation des agriculteurs ; et la promotion des méthodes de gestion, de transformation et de conservation post-récolte. Le projet soutient le Comité de sécurité alimentaire et nutritionnelle de district1 (DFNSC) et les comités au niveau des quartiers. Le ciblage variait selon les composantes. Des actions spécifiques à la nutrition ont été ciblées pour les 1 000 premiers jours (femmes enceintes et allaitantes (FEA)) par le biais de groupes de soins, indépendamment de la classification socio-économique. Les actions sensibles à la nutrition ont ciblé les agriculteurs à revenu moyen en utilisant les groupes d'agriculteurs, conformément aux directives de ciblage du PSLT.

Un cadre logique spécifique à ENTERPRIZE a été développé à partir du cadre logique plus large de l'APN LFSP. Les indicateurs nutritionnels suivants ont été inclus : prévalence des ménages souffrant de faim modérée ou grave (sur la base de l'échelle de la faim du ménage (HHS)) ; diversité alimentaire du ménage (sur la base du score de consommation alimentaire du ménage (HFCS) et du régime alimentaire minimum acceptable (MAD)) ; proportion des ménages achetant des aliments nutritifs (y compris des produits biofortifiés) ; proportion des ménages produisant divers aliments nutritifs (y compris des cultures biofortifiées) ; et proportion des ménages ayant des comportements nutritionnels positifs (y compris la consommation diversifiée, l'allaitement maternel exclusif et l'eau améliorée, l'assainissement et l'hygiène (WASH)). Les mesures de l'état nutritionnel (dépérissement et retard de croissance) n'ont pas été incluses.

Graphique 1 : ENTREPRIZE la théorie originale du changement (ToC)

Ceci est uniquement disponible en anglais - désolé pour tout inconvénient causé

Méthodes

L'étude de cas vise à combler le manque de données probantes sur les facteurs opérationnels dans la mise en œuvre de programmes d'agriculture et de moyens d'existence sensibles à la nutrition. L'étude de cas a été réalisée d'octobre 2016 à janvier 2017, au cours de la deuxième année du projet. Les questions des entretiens ont été conçues pour répondre à la question centrale :

"En cherchant à rendre les programmes d'agriculture et de subsistance sensibles à la nutrition, quelles sont les opportunités et les défis opérationnels auxquels les programmes font face ? Quelles leçons peut-on tirer de l'expérience concrète ?"

Une analyse documentaire a été effectuée sur les programmes multisectoriels en matière de nutrition afin de tirer des leçons des expériences antérieures. Les facteurs clés de succès des programmes ont été identifiés : l'adoption d'un vocabulaire et d'un programme communs ; la conception et le plan d'engagement profond avec les communautés et les gouvernements ; une approche de portefeuille pour la nutrition afin de maximiser les résultats nutritionnels ; des directives claires dès la phase de conception pour tenir les acteurs responsables des efforts de coordination et de collaboration planifiés ; un système d'assistance technique robuste pour assurer une mise en œuvre de qualité ; et l'établissement d'un environnement plus solide pour la collaboration, l'apprentissage et l'adaptation (diverses sources, y compris SPRING and Feed the Future 2016). Ces facteurs ont servi de base à l'évaluation d'ENTERPRIZE.

Des entretiens ont été menés à Harare avec les partenaires nationaux de WVZ, ENTERPRIZE et APN. Cela a été suivi par des visites de trois jours dans les districts de Guruve et de Mount Darwin, où 16 discussions de groupe ont été menées avec les équipes ENTERPRIZE de district, les DFNSC, les groupes internes, les groupes d'épargne et de prêt (ISAL), les agents de santé communautaire et de vulgarisation agricole, les groupes de soins et les groupes d'agriculteurs. Le rapport reflète la situation au moment de l'étude.

Il y avait des limites à la méthode. Certains partenaires clés n'ont pas été interviewés, notamment les partenaires du secteur privé (acteurs de la chaîne de valeur), DFID Zimbabwe (donateur LFSP), Palladium (chef de file du MD), Coffey (chef de file du MR&E) et HarvestPlus (responsable de la promotion de la biofortification). L'évaluation n'a donc pas permis de recueillir des opinions précieuses dans des domaines clés, notamment les chaînes de valeur et la MR&E. Une autre limite est que les sites d'entrevue et les répondants n'ont pas été choisis au hasard, mais choisis par le projet et que, par conséquent, leur sélection peut avoir introduit un biais. Il y avait aussi une tendance vers des réponses positives, peut-être liées aux attentes des bénéficiaires.

Résultats

Évaluation du besoin et du contexte : Plusieurs enquêtes ont été réalisées pendant la phase de démarrage du projet, y compris une analyse contextuelle, une enquête de référence, une enquête sur les connaissances, les attitudes et les pratiques (KAP), une analyse des obstacles pour affiner les activités de communication pour le changement de comportement (BCC) et une analyse de genre pour développer la stratégie de genre. Ces études ont guidé la conception d'ENTERPRIZE. Les analyses sur les différences socio-économiques en matière de malnutrition n'ont pas été effectuées, mais elles auraient permis d'éclairer davantage les critères de ciblage.

Développement d'une théorie du changement (ToC) : Les vecteurs des activités du programme à l'amélioration de la nutrition n'ont pas été inclus dans le diagramme original de la théorie du changement (ToC) mais ont été dessinés lors des réunions avec les partenaires du projet pendant l'évaluation (Graphique 2). Les théories du changement (ToC) présentées dans les documents de projet ne décrivaient pas clairement les façons dont les activités du projet pouvaient avoir un impact sur les résultats en matière de nutrition. Le potentiel d'impact nutritionnel serait amélioré si ces voies avaient été surveillées afin de comprendre et de réagir aux changements pendant la mise en œuvre du projet. La nutrition était un résultat substantiel avec des approches et des interventions claires pour les PVVIH et les jeunes enfants, mais les voies d'impact pour les autres composantes n'ont pas été définies lors de la conception du projet.

Les parcours de genre sont forts dans ce projet et le Système d'apprentissage par l'action sur le genre (GALS) (voir encadré 1) est un élément clé qui facilite les autres parcours. La composante GALS a soutenu d'autres activités du programme, comme la mise en place de formations. Comme les femmes ont une plus grande influence dans leurs communautés, les hommes semblent plus disposés à assumer un éventail plus large de tâches qu'auparavant. Les témoignages des répondants suggèrent également que GALS a eu un fort impact positif sur la nutrition grâce au pouvoir des femmes d'influencer les décisions du ménage en matière d'alimentation et de nutrition.

Encadré 1 : Système d'apprentissage par l'action sur le genre (GALS) 

GALS est un processus de facilitation participative dirigé par des facilitateurs locaux formés et reproduit par l'intermédiaire de "champions" formés au sein de la communauté. Il comprend une série d'outils qui permettent aux membres du ménage de négocier leurs besoins et leurs intérêts et de trouver des solutions novatrices et équitables pour les hommes et les femmes. GALS commence par un dialogue au niveau de l'agriculture et de la famille sur la planification des ressources et de la main-d'œuvre, la vision familiale, l'identification des chaînes de valeur préférées, la cartographie du marché et l'analyse des principales contraintes et opportunités de production et de commercialisation. 

L'évaluation a révélé que les activités de la chaîne de valeur dans le cadre du programme étaient conçues pour augmenter les revenus, plutôt que pour produire des aliments nutritifs et abordables destinés à la consommation locale ou à distance. Cela peut limiter l'impact du programme sur les résultats nutritionnels. Bien que les critères de sélection des cultures de la chaîne de valeur comprennent celles qui sont nutritives, y compris le maïs et les haricots biofortifiés, il reste encore du travail à faire au-delà de la production pour améliorer la sensibilité nutritionnelle de l'ensemble de la chaîne de valeur. L'amélioration de la disponibilité de l'eau pour l'agriculture ou la santé n'a pas été incluse dans la conception du projet ; cela s'est avéré être une limitation importante du projet dans le contexte de la sécheresse qui sévissait au Zimbabwe au moment de l'évaluation.

Le projet soutient la production et la commercialisation d'aliments divers, mais une question clé est de savoir quels aliments sont disponibles et abordables pour les pauvres (agriculteurs ou non agriculteurs) dans la pratique. Cela aurait été utile que le projet explore certains liens entre la production et la consommation (qui produit quoi et qui consomme quoi). Les hypothèses du cadre logique du projet n'ont pas été évaluées et pourraient avoir une incidence sur les résultats nutritionnels, comme "l'accès aux aliments nutritifs à partir des marchés", "aucune instabilité macroéconomique ou grave" et "aucune sécheresse grave ou prolongée". 

Graphique 2 : théorie du changement ENTERPRIZE (basée sur les discussions des partenaires)

Ceci est uniquement disponible en anglais - désolé pour tout inconvénient causé 

Ciblage : Les activités spécifiques à la nutrition sont convenablement ciblées sur les 1 000 premiers jours (PVVIH et enfants de moins de deux ans), quelle que soit la classification socio-économique. Cependant, les groupes d'agriculteurs ont ciblé les agriculteurs à revenu moyen ayant la capacité d'accroître la productivité et non les plus pauvres ou les mieux nantis. Bien que l'examen ait permis de constater que les agriculteurs les plus pauvres et les plus aisés ont également eu accès au soutien, le fait d'omettre les plus pauvres et les plus vulnérables dans les activités ciblées est une limitation clé du programme qui réduit le potentiel d'amélioration de la nutrition.

Intégration ou co-localisation et coordination : Au cours des premières années précédant la création et le fonctionnement du DFNSC, les défis de coordination des formations et autres activités communautaires étaient courants, entraînant des conflits entre les activités des agriculteurs et celles des groupes de soins. Au fur et à mesure que le comité a évolué, il y a eu des changements positifs à cet égard. 

Les activités ENTERPRIZE sont co-localisées au niveau du district (les mêmes districts sont inclus dans toutes les activités). Au sein des quartiers, cependant, les mêmes ménages ne sont pas nécessairement ciblés pour toutes les activités. Les équipes ENTERPRIZE de district sont également regroupées sous un même toit, ce qui facilite la coordination.  D'autres initiatives telles que des visites d'apprentissage dans le cadre d'autres projets du PSLT ont favorisé la communication intersectorielle. Le manuel de formation Healthy Harvest2 intègre naturellement l'agriculture et la nutrition "de la ferme à l'assiette" et la formation en nutrition DFNSC aide à mieux comprendre les liens entre l'agriculture et la nutrition. Toutefois, il y a eu des problèmes de coordination, comme l'absence de stratégie claire et de ressources pour les DFNSC, ainsi que des priorités et des objectifs différents pour chaque secteur. En outre, la vulgarisation agricole ne dispose pas de ressources suffisantes pour la formation à la nutrition dans la pratique.

Activités de formation, de renforcement des capacités et de communication pour le changement de comportement : Le projet est exécuté par l'intermédiaire des structures gouvernementales et il a appuyé la création de la DFNSC dans le cadre de sa formation initiale et de ses réunions permanentes ; WVZZ participe à la DFNSC en tant que membre d'ONG. Le DFNSC et WVZ travaillent ensemble sur les formations communautaires et les activités de suivi et le DFNSC est impliqué dans la formation du personnel de vulgarisation de quartier qui sont des facilitateurs de première ligne sur le terrain.

La formation en nutrition est dispensée par l'intermédiaire de groupes de soins, avec une formation en cascade pour atteindre le groupe cible des "1000 premiers jours". On parle aussi de nutrition dans la formation des vulgarisateurs agricoles dans le manuel Healthy Harvest. Le DFNSC a reçu une certaine formation en nutrition, mais le niveau de dotation en personnel pour la nutrition n'est probablement pas adapté à la portée du travail pour fournir les composantes nutritionnelles complètes. A l'avenir, le projet bénéficiera d'un programme d'enseignement commun sur la nutrition dans tous les secteurs.

Mise en œuvre : Le projet a été bien adapté au contexte et mis en œuvre selon les délais et objectifs, même pendant la grave sécheresse de 2016. Plusieurs facteurs ont permis une mise en œuvre réussie, y compris des politiques gouvernementales de soutien, un fort accent sur le genre, des modèles de formation en cascade efficaces, comprenant des démonstrations pratiques et des messages de CCC sur mesure, et des ressources humaines fortes. Cependant, il y a eu plusieurs défis liés à la mise en œuvre, comprenant :

Questions de ressources et de coordination autour de la formation : Les ressources pour la formation ont été limitées, et on a noté parfois une mauvaise communication entre les différents partenaires gouvernementaux et partenaires d'ONG impliqués.

Manque d'apprentissage croisé entre les modèles de formation :  Le matériel de formation associé au manuel Healthy Harvest n'est pas disponible dans des formats faciles à utiliser pour la formation en cascade. Il n'est pas prévu de diffuser la formation avec un message différent chaque mois et les obstacles à la pratique n'ont pas été déterminés de façon adéquate. Il serait utile pour le département de vulgarisation agricole d'apprendre de la mise en place du groupe de soutien BCC à ces égards.

Entrées insuffisantes : Il semble y avoir une pénurie chronique de semences pour les cultures autres que le maïs. Même les semences biofortifiées fournies par le projet ont connu des problèmes d'approvisionnement initial. D'autres graines de céréales naturellement nutritives comme les légumineuses, les petites céréales et les légumes connaissent également des problèmes d'approvisionnement. Ceci, associé à un manque d'intrants et d'eau affecte la capacité des agriculteurs à planter les cultures suggérées dans la formation.

Problématiques de prix : Les groupements de produits n'obtiennent pas de bons prix de la part des acheteurs et les acheteurs dictent le prix. Les agriculteurs ont signalé que les prix sur le marché sont bas pour les produits, ce qui affecte la motivation des agriculteurs à cultiver ces cultures.

Défis de la diversification agricole : Pendant la sécheresse de 2015/16, l'agriculture a été mise au défi ; la diversification est devenue difficile car les agriculteurs se sont concentrés sur la production de base. La diversification agricole a également été remise en question par les politiques nationales de soutien au maïs (comme la fourniture de semences de maïs et d'autres intrants).

MR&E : Des efforts considérables sont déployés pour recueillir les données requises par ENTERPRIZE et les partenaires gouvernementaux, par l'intermédiaire du personnel de vulgarisation, des promoteurs communautaires, des mères chefs de file et des fermiers chefs de file. Toutefois, le projet est complexe et l'on recueille plus de données quantitatives de routine que ce qui peut être analysé ; le suivi qualitatif de routine est également limité. Il existe un système de responsabilisation permettant aux bénéficiaires de recevoir des informations sur le projet et de fournir une rétroaction sur les services, mais ce système n'est pas structuré à des fins de suivi nutritionnel. La diffusion des résultats de l'effort considérable de MR&E aux communautés est également sous-développée.

Impacts sur la nutrition : Au départ, la malnutrition chronique (retard de croissance) était de 26,8 % et la malnutrition aiguë globale (MAG) chez les enfants de 6 à 59 mois était de 3,2 % (EDS 2015). Il n'a pas été jugé approprié d'inclure le retard de croissance comme indicateur d'impact, étant donné la courte durée du projet. L'émaciation n'est pas considéré comme un indicateur, qui a depuis lors été identifié comme une occasion manquée et quelque chose à prendre en considération dans les phases futures de ce programme et d'autres programmes. Les communautés ont fait état de plusieurs connaissances positives et de changements de comportement liés à la nutrition ; par exemple, l'utilisation de nouveaux groupes d'aliments pour la bouillie pour enfants ; l'aide aux femmes pour donner la priorité à l'alimentation des jeunes enfants ; l'amélioration des connaissances en matière de nutrition et d'hygiène ; et l'amélioration des pratiques agricoles de conservation. Notablement, des femmes ont signalé que les pratiques alimentaires se sont améliorées parce que l'agriculture de conservation permet d'économiser du temps et d'alléger la charge de travail. Les répondants ont fait état de nombreux défis liés à la sécheresse qui ont un impact sur la nutrition, en particulier le manque d'eau, la réduction de la production agricole, la réduction des revenus des ventes et le manque de diversification agricole. 

Conséquences nutritionnelles involontaires : Les conséquences involontaires potentielles liées à la nutrition n'ont pas été pleinement explorées par ENTERPRIZE. Celles-ci pourraient inclure la production d'aliments hautement transformés à travers la chaîne de valeur, contribuant au "double fardeau" de la malnutrition et des maladies chroniques ; des aliments nutritifs vendus plutôt que consommés à la maison ; et l'exclusion des agriculteurs les plus pauvres, ce qui pourrait les laisser dans une situation relativement pire que les autres.

Développement et durabilité : Le projet ENTERPRIZE contribue au Scaling Up Nutrition Movement (SUN) en soutenant le DFNSC, en contribuant aux systèmes de MR&E et en s'attaquant aux inégalités entre les sexes. Certaines approches agricoles utilisées dans le cadre du projet, comme l'agriculture de conservation et l'agriculture intelligente sur le plan climatique, seront écologiquement durables par rapport aux solutions de rechange à haut niveau d'intrants, de travail du sol et de monoculture ; toutefois, une solution de rechange aux herbicides est nécessaire pour prévenir la contamination des cultures et l'exposition possible des agriculteurs à des risques pour la santé. La question de savoir si le comité sera en mesure de poursuivre les activités conjointes de planification, de coordination et de suivi sans soutien externe au projet reste ouverte.

Tout au long du projet, le gouvernement a dû faire face à des contraintes financières pour financer adéquatement la vulgarisation agricole et nutritionnelle. Il est donc peu probable que le gouvernement reprenne l'ensemble des interventions de ce programme dans un avenir immédiat. Un financement supplémentaire pour ce programme contribuerait à consolider les gains réalisés tout en améliorant l'environnement favorable du secteur public et du gouvernement. Des efforts ont été faits pour travailler avec les ministères au niveau des districts et au niveau national pendant la mise en œuvre et l'apprentissage, et les meilleures pratiques ont été partagées avec les parties prenantes gouvernementales lors d'événements d'apprentissage nationaux. Il y a une volonté au niveau du gouvernement du district de reprendre les activités du projet après la transition, une fois que les finances le permettent. La politique au niveau national a également été influencée par le programme, en particulier en ce qui concerne le soutien aux petites céréales et à la biofortification et les subventions nationales visant à promouvoir l'agriculture de conservation.

Encadré 1 : Points d'apprentissage de l'étude de cas ENTERPRIZE 

  • Lignes directrices : Élaborer un guide pratique pour la conception, la mise en œuvre et l'évaluation de programmes sensibles à la nutrition, en complément des directives existantes.
  • Partenariats : Former des partenariats précoces avec le gouvernement du district, la communauté et le secteur privé pour établir la propriété et comprendre les complémentarités et les compromis.

  • Évaluation des besoins et du contexte : Évaluer les contextes et les groupes environnementaux, sociaux, politiques, culturels, économiques et nutritionnels touchés par la malnutrition, en se basant sur les données existantes lorsque cela est possible.

  • Théorie du changement (ToC), conception du programme et ciblage : Tester les hypothèses de conception par le suivi et les enquêtes et utiliser les résultats pour réviser la TdC, les activités et les approches ; impliquer la communauté et les partenaires dans le développement de la TdC pour vérifier les hypothèses et ouvrir de nouvelles possibilités ; explorer le plein potentiel des chaînes de valeur (et même des "réseaux de valeur" pour analyser l'ensemble du système alimentaire) ; intégrer et financer pleinement une composante de filet de sécurité ; veiller à ce que les groupes les plus pauvres participent aux groupes d'agriculteurs, aux chaînes de valeur, à la production de subsistance et aux activités génératrices de revenus ; inclure une composante genre (comme GALS) ; cibler les bons groupes (1 000 premiers jours pour les activités spécifiques à la nutrition et un groupe plus large pour les activités sensibles à la nutrition, en veillant à ce que les plus pauvres soient inclus).

  • Mise en œuvre et coordination : Autoriser une période de mise en œuvre plus longue que celle qui serait nécessaire pour les programmes monosectoriels ; planifier l'intégration et la coordination lors de la conception du projet ; cibler les obstacles au changement de comportement propres à la communauté ; s'assurer que le financement est flexible pour permettre l'adaptation aux changements observés.

  • Activités de formation et de renforcement des capacités : Inclure l'expertise nutritionnelle dès le stade de la conception ; former tous les groupes impliqués en utilisant un programme d'études et du matériel multisectoriels (moyens de subsistance, agriculture, nutrition et santé) ; développer la communication, la coordination et les compétences de gestion intégrée des données au sein du programme.

  • Surveillance et évaluation (S&E) : Lier la table des matières aux plans de S&E ; impliquer les bénéficiaires dans le suivi participatif ; suivre les données pour considérer l'effet du programme sur les pauvres et les extrêmement pauvres ; inclure un indicateur au niveau du processus de coordination ; inclure un mécanisme pour reconnaître et atténuer les conséquences involontaires (questions ouvertes).

  • Durabilité : Appuyer les structures gouvernementales pour construire la durabilité ; renforcer la responsabilité sociale par le travail de vulgarisation, les filets de sécurité, les approches climatiques intelligentes et l'agriculture durable, le tout soutenu par l'engagement des communautés.

Conclusions

L'effort visant à introduire la "sensibilité nutritionnelle" dans les programmes existants et nouveaux est crucial pour faire face aux problèmes urgents et généralisés de la malnutrition à l'échelle mondiale. ENTERPRIZE a fait des efforts considérables pour intégrer la nutrition dans son projet ENTERPRIZE ; cependant, des défis internes et externes demeurent. Depuis cet examen, ENTERPRIZE a réagi aux leçons apprises pour améliorer la sensibilité à la nutrition en élargissant le ciblage des messages sur la nutrition et le régime alimentaire à des groupes au-delà des PVVIH pour inclure les femmes du quartier, les forums d'hommes et les membres de la famille élargie. L'accès aux villages les plus vulnérables présentant des niveaux élevés de malnutrition a été amélioré grâce à des foires alimentaires communautaires dans ces villages. La formation agricole a été étendue aux groupes de soutien nutritionnels, aux techniciens de santé et aux agents de santé villageois sur les pratiques agronomiques pour le maïs biofortifié, riche en vitamine A et les haricots biofortifiés, riches en fer, la gestion post-récolte, le stockage des aliments et les techniques de conservation. Des groupes de soutien et des agriculteurs ont également été formés dans le module agricole Healthy Harvest pour accroître leurs compétences sur la production alimentaire diversifiée, et des groupes de soins ont été soutenus pour mettre en place des microjardins familiaux et continuer à gérer des jardins communautaires de nutrition pour promouvoir une production inclusive. En outre, les 1 530 producteurs de cultures de référence ont tous reçu une formation sur les messages nutritionnels clés, les procédures de traitement à la récolte et après récolte, la valeur ajoutée et la transformation.

Pour renforcer les pratiques de suivi, le projet a mis en place un suivi trimestriel des activités du DFNSC, un suivi mensuel de l'adoption des services et pratiques agricoles et nutritionnels par le biais de groupes de discussion avec les communautés bénéficiaires, et un suivi mensuel de la responsabilité et de la rétroaction avec les ménages d'agriculteurs. D'autres études de cas et un guide de mise en œuvre aideraient à faire avancer ce travail.

Pour plus d'informations, contactez Rose Ndolo.

Le rapport complet est disponible auprès de World Vision.


Références

DHS (2015). Zimbabwe Demographic and Health Survey, 2015.

FAO (2013). Synthesis of guiding principles on agriculture programming for nutrition

SPRING (2014). Understanding and Applying Primary Pathways and Principles. Improving Nutrition through Agriculture Technical Brief Series. Arlington, VA: USAID/Strengthening Partnerships, Results, and Innovations in Nutrition Globally (SPRING) Project.

SPRING and Feed the Future (2016). Multi-Sectoral Coordination and Collaboration of the Feed the Future Portfolio – A Bangladesh Case Study.


Footnotes

1Le comité multisectoriel du DFNSC est conçu pour coordonner les activités du gouvernement en matière de nutrition au niveau du district. Il comprend l'agriculture, l'élevage, la santé, la santé environnementale, les affaires des jeunes, le développement communautaire et les services sociaux.

2Un manuel de formation nutritionnelle de la FAO à l'intention des agents communautaires sur la bonne nutrition et la culture, la transformation et la préparation d'aliments sains.

More like this

FEX: Potentiel des programmes agricoles à être affectés par la nutrition dans le cadre de l'alimentation scolaire : leçons d'Haïti

Par Nathan Mallonee, Jason Streubel, Manassee Mersilus et Grace Heymsfield Read an English version of this article here Nathan Mallonee est directeur de...

FEX: Intervention multi-sectorielle et qui prend en compte la nutrition en cas d'alerte à la sécheresse au Pakistan

Par Ali Dino Kunbher, Shafqat Ullah et Dr Mazhar Alam Ali Dino Kunbher est directeur de programme pour la Welthungerhilfe (WHH) à Sindh, au Pakistan, qui s'occupe...

FEX: Réalisation des possibilités en termes de droits et de moyens de subsistance parmi les populations tribales dans l’Inde rurale.

Par Salomé Yesudas Read an English version of this article here Salomé Yesudas travaille comme consultante sur les systèmes alimentaires locaux et...

FEX: Le traitement de la malnutrition aiguë sévère par le biais du Plan Intégré pour le Développement de l'Enfant dans l'Etat de Jharkhand, en Inde.

Par Grana Pu Selvi et Colleen Emary Grana Pu Selvi possède un diplôme postuniversitaire en alimentation et nutrition, ainsi qu'en santé publique...

FEX: Le traitement de la malnutrition aiguë sévère par le biais du Plan Intégré pour le Développement de l'Enfant dans l'Etat de Jharkhand, en Inde.

Par Grana Pu Selvi et Colleen Emary Read an English version of this article here Grana Pu Selvi possède un diplôme postuniversitaire en alimentation et...

FEX: Les leçons tirées du projet Porridge Mums dans le nord-est du Nigéria

Par Ellyn Yakowenko et Silke Pietzsch Read an English version of this article here Ellyn Yakowenko est directrice associée de recherche à Action Against Hunger...

FEX: Résultats et enseignements tirés des efforts déployés par le PAM pour aider les adolescentes au Niger

Par Alexandra Pirola, Benedict Tabiojong Mbeng et Mica Jenkins Read an English version of this article here Alexandra Pirola a travaillé en tant que responsable des...

NEX: Engagement communautaire à travers le leadership local : Accroître l'accès aux services de nutrition dans un contexte de conflit au Yémen

Dr Fatima AK Sallam est chef de projet chez Soul for Development, une ONG locale yéménite. Elle est un médecin qualifié. Khaled Albably est...

FEX: Soutien aux personnes âgées en Éthiopie grâce à la GCMA.

Par Kidist Negash Weldeyohannis Read an English version of this article here Kidist Negash Wedeyohannis est directrice régionale de programme de santé et de...

FEX: Alerte et réponse rapide à la crise nutritionnelle en RDC

Par Alain Georges Tchamba Read an English version of this article here Alain Georges Tchamba est le coordonnateur pour la nutrition à Cooperazione Internazionale...

NEX: Retour à l'école : Le rôle des Ecoles des maris dans l'amélioration de la santé et de la nutrition maternelle et infantile au Niger

Ali Idrissa est un agent de terrain pour le projet AGRANDIS Nut1 au Niger pour l'ONG Helen Keller International (HKI). Il supervise 11 villages d'intervention du projet qui...

FEX: WASHplus au Mali : Intégration WASH et nutrition, pour des communautés en bonne santé

Par Renuka Bery, Sahada Traore et Lonna Shafritz Read an English version of this article here Renuka Bery est gestionnaire du programme d'intégration du projet...

FEX: Gestion de la MAS aux Philippines : d'un modèle d'urgence à l'adoption de politiques nationales et gouvernementales

Par Aashima Garg, Anthony Calibo, Rene Galera, Andrew Bucu, Rosalia Paje et Willibald Zeck Read an English version of this article here Aashima Garg est une...

FEX: Agriculture résiliente dans le district de Satkhira au Bangladesh

Par Emmanuelle Maisonnave et Julie Mayans Read an English version of this article here Emmanuelle Maisonnave est Chargée du développement des connaissances...

FEX: Renforcer la capacité des services de santé à gérer la malnutrition aiguë sévère au Mali

Par le Dr Malam Kanta Issa Read an English version of this article here Le Dr Malam Kanta Issa a travaillé comme chef de mission pour ALIMA Mali depuis 2015....

FEX: Renforcement des systèmes de santé dans des contextes fragiles : un modèle de partenariat dans l'État du Sud-Ouest, Somalie

Par Kevin Paul Mackey et Siry Ezekiel Kiptum Read an English version of this article here Kevin Mackey est le directeur du développement des programmes et de...

Blog post: Recherche sur la programmation multisectorielle de nutrition : réflexions sur une approche intégrée nutrition et cash et eau, hygiène assainissement

CLICK HERE TO READ IN ENGLISH Il y a quelque temps j'ai eu l'opportunité de participer à un événement régional à Dakar en...

FEX: Responsabilité envers les populations affectées : l'expérience du Groupe de la nutrition en Somalie

Par Samson Desie et Meftuh Omer Ismail Read an English version of this article here Samson Desie est un spécialiste de la nutrition ; il travaille actuellement avec...

FEX: Partenariat et responsabilité dans le groupe pour la nutrition au Soudan du Sud (2015-2017)

Par Isaack Biseko Manyama Read an English version of this article here Isaack Manyama est actuellement le coordinateur du groupe pour la nutrition pour le Soudan du Sud. Il...

FEX: Éditorial

Ce numéro de Field Exchange aborde principalement les thèmes de l'augmentation et l'intégration des programmes relatifs à la nutrition ainsi...

Close

Reference this page

Anne-Marie Mayer, Rose Ndolo et Jane Keylock (2018). Facteurs opérationnels dans l'intégration de la nutrition dans les programmes d'agriculture et de moyens d'existence au Zimbabwe. Field Exchange 57, March 2018. www.ennonline.net/fex/57/facteursoprationnels