Menu ENN Search

Traitement de la malnutrition aiguë modérée avec des produits alimentaires ou des conseils nutritionnels : une analyse systématique

Par Natasha Lelijveld, Alexandra Beedle, Arghanoon Farhikhtah, Eglal Elrayah Elamin, Jessica Bourdaire et Nancy Aburto 

Natasha Lelijveld est enseignant-chercheur à l'Université de Southampton. Auparavant, elle a travaillé dans le cadre de recherches sur la malnutrition aiguë et chronique à l'hôpital des enfants malades de Toronto, à l'University College de Londres, à la London School of Hygiene and Tropical Medicine ainsi que pour l'initiative No Wasted Lives à Action contre la Faim. 

Alexandra Beedle vient d'obtenir son diplôme de master en nutrition pour la santé mondiale à la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Depuis l'obtention de son diplôme, elle a travaillé pour plusieurs sociétés de conseil et de recherche, et s'apprête à rejoindre l'équipe chargée de la nutrition pour le Programme Alimentaire Mondial au Soudan du Sud. 

Arghanoon Farhikhtah est spécialiste en nutrition au siège du Programme Alimentaire Mondial. Son travail se concentre essentiellement sur les liens entre les aliments et la sécurité nutritionnelle, l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, ainsi que la mise en œuvre de solutions mobiles innovantes pour la collecte des données sur la nutrition et les changements de comportement. Elle possède un master en sciences de la nutrition et diététique, et est diététicienne agréée.

Eglal Elrahyah Elamin exerce en tant que médecin spécialisé en médecine communautaire avec une expérience dans les milieux cliniques, opérationnels et académiques. Elle a récemment terminé son master en santé maternelle et de l'enfant, et est actuellement chargé de cours au département de médecine communautaire de l'université Al-Neelain à Khartoum, au Soudan.

Jessica Bourdaire a plus de 10 ans d'expérience dans le secteur de la nutrition humanitaire. Elle possède une licence en soins infirmiers et un master en sciences de la nutrition. Elle travaille actuellement comme spécialiste en prise en charge communautaire de la malnutrition aiguë au siège du Programme Alimentaire Mondial, où elle contribue à générer des preuves sur le traitement de la malnutrition aiguë.

Nancy Aburto a plus de 15 ans d'expérience dans le domaine de la nutrition à l'échelle mondiale et est actuellement cheffe de l'Unité « nutrition spécifique » au sein de la Division de la nutrition au siège du Programme Alimentaire Mondial. Elle est titulaire d'un doctorat en sciences de la santé de l'Université Emory et d'un master de l'Université de Géorgie.

Lieu : International

Ce que nous savons : Il y a un manque de directives internationales sur le traitement le plus approprié pour la malnutrition aiguë modérée (MAM). 

Qu'apporte cet article : Une analyse systématique menée en 2018 a synthétisé les preuves actuelles de l'efficacité du traitement des enfants atteints de MAM par des interventions alimentaires, comparé à l'absence de traitement ou à la gestion au moyen de conseils nutritionnels. Puisqu'une seule étude éligible avait été identifiée, les critères d'inclusion ont été élargis et 11 études ont finalement été considérées. Sept études ont déterminé que les interventions alimentaires étaient supérieures en termes de résultats anthropométriques, en comparaison avec le counseling et/ou les suppléments de micronutriments en poudre. Deux études n'ont trouvé aucun avantage notable aux interventions par les produits alimentaires par rapport à un contrôle. Enfin, deux études se sont avérées non concluantes. Les résultats sont certainement influencés par le type de suppléments alimentaires fournis, le dosage et la durée du traitement, ainsi que la quantité, le contenu et l’adhérence aux programmes de counseling. Davantage de recherches sont nécessaires dans ce domaine, en particulier des études mesurant l'insécurité alimentaire et les résultats fonctionnels au-delà des progrès anthropométriques.  

Introduction

Les directives internationales sur le traitement le mieux adapté de la malnutrition aiguë modérée (MAM) sont insuffisantes. De plus, les stratégies nationales de traitement divergent. Certaines directives nationales pour le traitement de la MAM recommandent la distribution de produits alimentaires supplémentaires, tandis que d'autres recommandent que les personnes chargées des enfants atteints de MAM bénéficient uniquement de conseils nutritionnels. Les opinions divergent quant à la nécessité d’utiliser des produits alimentaires supplémentaires dans le cadre du traitement de la MAM, et quant à savoir si ces produits offrent de meilleurs résultats par rapport à l'absence de traitement ou à une gestion au moyen de conseils nutritionnels. Avec l'augmentation des maladies non transmissibles dans les environnements à faibles revenus et de l'incompréhension des causes exactes, il est important d’être convaincu de l'efficacité des interventions pour le traitement de la MAM afin d'optimiser la survie immédiate ainsi que la bonne santé sur le long terme (Shrimpton and Rokx, 2012). De plus, les interventions utilisant des produits alimentaires peuvent s'avérer coûteuses et non durables. Par conséquent, des preuves concrètes doivent être apportées afin de déterminer leur efficacité sur la santé des enfants par rapport à des méthodes alternatives.  

Cette analyse vise à identifier et à synthétiser les preuves actuelles de l'efficacité du traitement des enfants atteints de MAM avec des interventions alimentaires, en comparaison avec l'absence de traitement ou avec la gestion au moyen de conseils nutritionnels. Grâce à l'identification de l'état actuel des connaissances et la mise en avant des lacunes, nous espérons apporter des informations utiles pour l’élaboration de directives internationales et les recherches futures dans le cadre du traitement de la MAM. 

Méthodes 

En octobre 2018, nous avons réalisé une analyse documentaire systématique qui identifie les études ayant comparé le traitement des enfants atteints de MAM (âgés de 6 à 59 mois) avec des produits alimentaires par rapport à la gestion au moyen de conseils nutritionnels ou à l'absence d'intervention, et ce en utilisant le processus Population, Intervention, Contrôle et Résultat (PICO en anglais) (Tableau 1). Nous avons effectué nos recherches dans les bases de données Pubmed, Cochrane et ScienceDirect, ainsi que dans les ressources cataloguées des sites suivants : ENN, Valid International, Evidence Aid et State of Acute Malnutrition.

Tableau 1: Processus PICO pour la stratégie de recherche

Résultats

Nous avons analysé un total de 673 résumés de publications et identifié une seule étude qui répondait aux exigences du processus PICO. En raison de ce nombre très limité d'études éligibles, nous avons élargi les critères d'inclusion et identifié deux études qui ont fourni des suppléments de micronutriments en poudre au groupe de contrôle, et huit études qui ont recruté les enfants d'après des définitions de la MAM différentes des définitions communes actuelles. Les enfants atteints de MAM faisaient toutefois partie de l'échantillon. Par exemple, le recrutement pouvait être basé sur un faible rapport poids-pour-âge ou un périmètre brachial (PB) <12,9 cm. 
Sept études sur 11 ont déterminé que les produits alimentaires s'avéraient supérieurs en termes d'efficacité anthropométrique, en comparaison avec le counseling et/ou la distribution de suppléments de micronutriments en poudre. Deux études n'ont trouvé aucun avantage notable à l'intervention utilisant des produits alimentaires par rapport au contrôle. Enfin, deux études se sont avérées non concluantes. Le Tableau 2 présente une synthèse des résultats. 

Tableau 2 : Synthèse des résultats de l'analyse systématique


* RCT = Essais cliniques contrôlés et randomisés. MNP = Micronutriments en poudre. WSB++ = Farine mélangée blé-soja enrichie. Les indices Z sont obtenus en utilisant les références de l'OMS de 2006, sauf si stipulé autrement.

Discussion

La majorité des études inclues dans cette analyse systématique ont révélé que les produits alimentaires donnaient de meilleurs résultats pour la prise de poids que les conseils nutritionnels ou les apports en micronutriments. Ceci a été en particulier démontré avec des aliments supplémentaires de qualité et administrés à l'enfant sur une période suffisamment longue.

Le manque d’adhésion aux programmes de conseils nutritionnels est peut-être une des raisons ayant limité leur efficacité chez les groupes de contrôle au sein de ces études. L'analyse per protocol de Nikièma et al (2014) révèle qu'à condition qu'il soit bien suivi, le programme de conseils nutritionnels peut se révéler aussi efficace que l'intervention par suppléments alimentaires. Une autre étude a également souligné de forts taux d'échec au sein du groupe sous conseils nutritionnels (Hossain and Ahmed, 2014) ; en revanche, aucune autre étude n'a présenté de résultats d'analyses per protocol. Il est nécessaire d’explorer de nouvelles solutions pour améliorer l’adhésion aux interventions par conseils nutritionnels. La standardisation de la qualité et des contenus des interventions par conseils nutritionnels mérite également d'être prise en considération.

Il est important de souligner que l'étude de Nikièma et al (2014) a été menée dans un contexte « de sécurité alimentaire relative », ce qui peut représenter un facteur important pour l’efficacité et le succès des interventions par conseils nutritionnels. Une autre étude souligne qu'elle a été menée dans un environnement de sécurité alimentaire relative, dans une zone urbaine en Iran (Javan et al, 2017). Elle a noté que les suppléments alimentaires associés aux conseils nutritionnels peuvent se révéler supérieurs aux les suppléments multivitaminés associés aux conseils nutritionnels ; bien que des guérisons spontanées (P/T>-2) (32 %) ait été notée au sein du groupe sous conseils nutritionnels, ceci était bien inférieur à celles constatées au sein du groupe ayant bénéficié de suppléments alimentaires (80 %). Trois études indiquent que les populations ciblées dans leurs analyses vivent très probablement dans un environnement d'insécurité alimentaire. Roy et al (2005) soulignent que, bien que le gain de poids le plus important ait été obtenu grâce aux suppléments alimentaires, le groupe ayant bénéficié de « conseils nutritionnels intensifs » avait tout de même indiqué un gain pondéral plus satisfaisant que le groupe sous « conseils nutritionnels standards », et ce, malgré un environnement où la sécurité alimentaire n’était pas bonne?; alors que Christian et al (2015) ont conclu que les conseils nutritionnels seuls étaient insuffisants dans des zones d'insécurité alimentaire.

Il est à noter que les études de cette analyse n'ont pas toutes identifié les suppléments alimentaires comme étant supérieurs aux conseils nutritionnels. Le type de suppléments alimentaires, ainsi que le dosage et la durée du traitement peuvent influencer leur efficacité. Les études ont en particulier souligné que la composition des micronutriments administrés ainsi que la qualité des protéines des suppléments alimentaires pouvaient jouer un rôle significatif dans l'efficacité du traitement. La majorité des études ont fourni à leurs patients des suppléments alimentaires sur une durée minimale de trois mois ; cependant, une des études a administré un sachet d'aliment thérapeutique prêt à l'emploi (ATPE) sur 14 jours à ses patients et s'est révélée inefficace dans la prévention de la MAS chez les enfants atteints de MAM en rémission de maladies (van der Kam, 2017). 

Les résultats de cette analyse indiquent que les suppléments alimentaires sont supérieurs aux conseils nutritionnels et/ou aux micronutriments concernant les progrès anthropométriques, lorsque le type de supplément alimentaire, le dosage et la durée du traitement sont appropriés. La qualité, le contenu et l’adhérence aux programmes de conseils nutritionnels doivent également être pris en considération. Ces résultats peuvent servir à guider les décideurs pour améliorer les politiques/recommandations en matière de traitement de la MAM. Les chercheurs devraient également prendre conscience que les études existantes sur ce sujet sont actuellement insuffisantes, en particulier celles qui utilisent les définitions standard en matière de MAM et de guérison, celles qui incluent les mesures de sécurité alimentaire et celles qui incluent des résultats fonctionnels essentiels au-delà des données anthropométriques. 

Pour en savoir plus, veuillez contacter Natasha Lelijveld.

Lelijveld, N, Beedle, A, Farhikhtah, A, Elrayah, EE, Bourdaire, J, Aburto, N. Systematic review of the treatment of moderate acute malnutrition using food products. Matern Child Nutr. 2020; 16:e12898. https://doi.org/10.1111/mcn.12898

Read more...

Références 

Christian P et al. Effect of fortified complementary food supplementation on child growth in rural Bangladesh: a cluster-randomized trial. International journal of epidemiology, 2015. 44(6): p. 1862-1876.

Fauveau C et al. Limited impact of a targeted food supplementation programme in Bangladeshi urban slum children. Annals of tropical paediatrics, 1992. 12(1): p. 41-46.

Grellety E et al. Effect of mass supplementation with ready-to-use supplementary food during an anticipated nutritional emergency. PLoS One, 2012. 7(9): p. e44549.

Heikens GT et al. The Kingston project. I. Growth of malnourished children during rehabilitation in the community, given a high energy supplement. European Journal of Clinical Nutrition, 1989. 43(3): p. 145-160.

Hossain MI et al. Effects of community-based follow-up care in managing severely underweight children. Journal of pediatric gastroenterology and nutrition, 2011. 53(3): p. 310-319.

Hossain MI and Ahmed T. Efficacy of community-based follow-up, with or without food supplementation and psychosocial stimulation in the management of young moderately wasted Bangladeshi children. 2014.

Javan R, Kooshki A, Afzalaghaee A, Aldaghi M and Yousefi M (2017). Effectiveness of supplementary blended flour based on chickpea and cereals for the treatment of infants with moderate acute malnutrition in Iran: A randomized clinical trial. Electronic physician 9(12): 6078.

Nikièma L et al. Treating moderate acute malnutrition in first-line health services: an effectiveness cluster-randomized trial in Burkina Faso. The American journal of clinical nutrition, 2014. 100(1): p. 241-249

Roy SK et al. Intensive nutrition education with or without supplementary feeding improves the nutritional status of moderately-malnourished children in Bangladesh. Journal of Health, Population and Nutrition, 2005: p. 320-330.

Schlossman N et al. A randomized controlled trial of two ready-to-use supplementary foods demonstrates benefit of the higher dairy supplement for reduced wasting in mothers, and differential impact in infants and children associated with maternal supplement response. Food and nutrition bulletin, 2017. 38(3): p. 275-290.

Shrimpton R and Rokx C (2012). The double burden of malnutrition: a review of global evidence. World Bank.

van der Kam S. (2017). Does a short term nutritional supplementation prevent malnutrition in ill children? PhD thesis.

More like this

FEX: Résultats et enseignements tirés des efforts déployés par le PAM pour aider les adolescentes au Niger

Par Alexandra Pirola, Benedict Tabiojong Mbeng et Mica Jenkins Read an English version of this article here Alexandra Pirola a travaillé en tant que responsable des...

FEX: Éditorial

Nous vous informons que les articles de notre 60ème édition de Field Exchange ont été traduits en français et sont maintenant disponibles sur...

FEX: L'impact de l'éducation nutritionnelle parallèlement au traitement de la malnutrition aiguë modérée à Madagascar.

Par Paul Sanyas, Brigitte Audras, Margot Magnin et Voahangy Rajaobelina Read an English version of this article here Paul Sanyas est un pédiatre qui a...

NEX: Progresser vers une programmation multisectorielle en Mauritanie

Mohamed Ould Saleck est le coordinateur du Programme National de Nutrition du Ministère des Affaires sociales, de l'Enfance et de la Famille en Mauritanie. Contexte Un...

FEX: Le Noma, une maladie négligée

Article de GESNOMA, Winds of Hope, Sentinelles, et Médecins sans Frontières Le Noma (cancrum oris et gangrène fuso-spirillaire ou stomatite...

FEX: Expériences du HCR pour faciliter la continuité de la prise en charge de la malnutrition aiguë dans la région de l'Afrique de l'Est, la Corne de l'Afrique et les Grands Lacs

Par Naser Mohmand Naser Mohmand est actuellement Responsable régional au HCR pour la nutrition et la sécurité alimentaire dans la région de...

FEX: Amélioration de l'efficacité d’un programme de prise en charge communautaire de la malnutrition en Zambie

Par Stefania Moramarco avec le soutien technique de Giulia Amerio, Elisabetta Garuti, Gloria Gozza, Ersilia Buonomo et Leonardo Palombi Stefania Moramarco est une...

FEX: Diminution des cas de MAS et de MAM grâce à un programme de prévention du retard de croissance au Malawi et coûts associés évités

Par Jackson Mason-Mackay, Arghanoon Farhikhtah, Mica Jenkins, Trust Takudzwa Mlambo, Emma Lefu et Nancy Aburto Jackson Mason-Mackay est analyste de programme pour le Programme...

FEX: Préparation et présentation d'un mélange de maïs et de soja : les bienfaits constatés parmi les mères-guides et les soignants d’enfants souffrant de malnutrition modérée au Malawi.

Résumé de recherches publiées1 et non publiées Par Beatrice Lorge Rogers (chercheuse principale), Patrick Webb (chercheur principal), Jocelyn...

FEX: Perspective éditoriale sur le continuum des soins pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë

Par Jeremy Shoham et Marie McGrath, corédacteurs en chef de Field Exchange Pourquoi une édition spéciale de FEX Nous sommes ravis de marquer la 60e...

NEX: Poshan Nanglo : Projet pilote d'un nouvel outil pour le changement de comportement nutritionnel au Népal

Sophiya Uprety est une nutritionniste de santé publique avec 12 ans d'expérience au Népal, contribuant à la politique et aux programmes de...

FEX: Réponse nutritionnelle dans le nord-est du Nigéria : approches pour augmenter la disponibilité des prestations de service dans les états de Borno et Yobe.

Read an English version of this article here Par Sanjay Kumar Das, Dr Sule Meleh, Dr Umar Chiroma, Bulti Assaye et Maureen L Gallagher Sanjay Kumar est responsable en...

NEX: Creuser jusqu'au niveau infranational : Mise en oeuvre multisectorielles au Kenya, au Népal et au Sénégal

L'équipe de Gestion des Connaissances SUN de l'ENN Des progrès substantiels ont été accomplis dans la défense de renforcement de programmes...

FEX: Leçons apprises grâce aux évaluations d’impact des programmes du PAM pour lutter contre la malnutrition aiguë modérée dans le Sahel

Par Jonas Heirman, Mica Jenkins et Jennifer Rosenzweig Jonas Heirman est responsable des activités d'évaluation d'impact auprès du Programme Alimentaire...

FEX: Expériences de coordination du secteur Nutrition en Syrie

Par Muhiadin Abdulahi Read an English version of this article here Muhiadin Abdulahi travaille avec l'UNICEF Syrie comme Coordinateur du secteur/groupe Nutrition depuis...

FEX: Prise en charge de la malnutrition aiguë sévère par les agents de santé communautaires : Premiers résultats de la recherche d'Action contre la faim

Par Pilar Charle-Cuellar, Noemi Lopez-Ejeda, Magloire Bunkembo, Abdias Ogobara Dougnon et Hassane Toukou Souleymane Pilar Charle Cuellar est médecin et titulaire...

FEX: Partenariat et responsabilité dans le groupe pour la nutrition au Soudan du Sud (2015-2017)

Par Isaack Biseko Manyama Read an English version of this article here Isaack Manyama est actuellement le coordinateur du groupe pour la nutrition pour le Soudan du Sud. Il...

FEX: Soutien aux personnes âgées en Éthiopie grâce à la GCMA.

Par Kidist Negash Weldeyohannis Read an English version of this article here Kidist Negash Wedeyohannis est directrice régionale de programme de santé et de...

FEX: Continuum de soin pour la prise en charge des enfants atteints d'émaciation en Inde : opportunités pour une approche intégrée

Par Arjan de Wagt, Eleanor Rogers, Praveen Kumar, Abner Daniel, Harriet Torlesse et Saul Guerrero Arjan de Wagt est chef de la section nutrition au bureau de l'UNICEF Inde...

FEX: Défis de mise en œuvre et réussites d’un projet Ag4Nut mené dans l’est du Burkina Faso

Par Marcellin Ouedraogo, Régina Khassanova et Fanny Yago-Wienne Read an English version of this article here Marcellin Ouedraogo a été en charge des...

Close

Reference this page

Natasha Lelijveld, Alexandra Beedle, Arghanoon Farhikhtah, Eglal Elrayah Elamin, Jessica Bourdaire et Nancy Aburto (2020). Traitement de la malnutrition aiguë modérée avec des produits alimentaires ou des conseils nutritionnels : une analyse systématique. Field Exchange 60 French, July 2019. www.ennonline.net/fex/60/traitementdelamalnutrition

(ENN_6526)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.