Menu ENN Search

Défendre la nutrition au Gabon

Un entretien avec Yves Fernand MANFOUMBI, ministre gabonais de l’Agriculture, de l’Élevage et du Programme GRAINE1 entre octobre 2016 et février 2017.

En tant que ministre, Manfoumbi a reconnu le fait que la malnutrition constituait une barrière considérable au développement socioéconomique et environnemental du pays. Le 21 décembre 2016, il a présenté une demande pour que le Gabon rejoigne le mouvement SUN (Scaling Up Nutrition - Renforcer la nutrition). En 2017, il a été décerné le titre de champion mondial de la nutrition du Mouvement SUN et, à ce titre, siège comme président honoraire de la plateforme de nutrition multisectorielle SUN au Gabon, participant à des réunions et agissant comme catalyseur et défenseur de la nutrition sur le terrain.

1. Quand vous êtes-vous senti concerné par la nutrition et son importance dans le développement de votre pays ?

Après ma nomination au poste de ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et du Programme GRAINE, j’ai bien entendu pris contact avec tous les partenaires, parmi lesquels la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) qui m’a informé sur la deuxième Conférence internationale sur la nutrition, le forum du XXIe siècle consacré aux problèmes de nutrition dans le monde. À l’issue de cette conférence, l’assemblée représentant 187 pays a approuvé les deux documents finaux, à savoir la Déclaration de Rome sur la nutrition2 dans laquelle les pays s’engagent à éradiquer la faim et à prévenir la malnutrition sous toutes ses formes, et le Cadre d’action3 qui est le guide technique visant à faciliter la mise en œuvre de la Déclaration en définissant des stratégies claires et spécifiques pour concrétiser les engagements qui y sont pris. En tant qu’économiste financier, j’ai été très sensible à l’impact de la nutrition sur le PIB et au fait qu’un dollar investi dans la nutrition puisse en rapporter 16 de plus.4 Cela a réellement déclenché un déclic chez moi.

2. Quels sont, selon vous, les principaux problèmes nutritionnels au Gabon ?

Le Gabon est l’un de ces pays qui font « fausse route » pour ce qui est de la réalisation de quatre sur six indicateurs adoptés lors de la 65e Assemblée mondiale de la Santé (WHA) en 2012. Des progrès substantiels restent à accomplir pour atteindre les cibles relatives au retard de croissance et à l’émaciation qui touchent respectivement 18 pour cent et 3 pour cent des enfants de moins de 5 ans ; à l’anémie qui touche plus de la moitié des femmes en âge de procréer ; au surpoids chez les enfants de moins de cinq ans, associé à une prévalence de 8 pour cent et à la prévalence de l’allaitement maternel exclusif qui affiche le taux particulièrement faible de 6 pour cent5 Les carences en micronutriments chez les femmes et les enfants sont des défis majeurs en matière de santé publique.

3. Qu’est-ce qui a poussé votre pays à rejoindre le mouvement SUN en 2016 ?

À la suite d’une demande que nous avons présentée en décembre 2016, le Gabon a obtenu l’adhésion au mouvement SUN en janvier 2017 avec l’endossement au plus haut niveau du président de la République par délégation au Premier ministre. Nous l’avons fait afin que le Gabon puisse participer au dialogue qui nous permet d’interagir avec d’autres pays SUN et le système d’assistance du Mouvement, d’affiner nos compétences, d’améliorer notre compréhension des principaux enjeux et de parvenir à un accord sur des actions prioritaires, dans le but de s’assurer que nous sommes en bonne voie pour produire des résultats.

Classes vertes à l'école d'Okala, Libreville

4. Comment le fait d’être membre du Mouvement SUN a-t-il aidé le Gabon ?

L’adhésion au mouvement SUN offre l’avantage d’aider les pays à célébrer les progrès réalisés par les autres pays SUN dans la mise en œuvre de leurs plans nationaux pour la nutrition, à mieux comprendre les enjeux et à déterminer ensemble des solutions à envisager.

5. En tant que ministre de l’Agriculture, pouvez-vous nous expliquer comment fonctionne la plateforme nutrition multisectorielle de SUN, et de quelles façons les secteurs collaborent pour cibler la malnutrition ?

La plateforme multisectorielle regroupe différents ministères, la société civile, les partenaires techniques et financiers et a été mise en place sous la direction du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et du Programme GRAINE (MAEPG). Actuellement, neuf ministères y sont représentés (y compris les ministères de la Santé, de l’Agriculture, du Commerce, de l’Infrastructure, de l’Éducation et de la Protection sociale) ainsi que cinq réseaux (gouvernement, Nations Unies, donateurs, société civile et secteur privé). La plateforme se réunit régulièrement (au moins une fois par mois, plus s’il y a des activités spécifiques) et discute des problèmes de nutrition, de la politique nationale en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNSAN), de la stratégie d’orientation du mouvement SUN et du plan d’action de la politique, etc. Les capacités des membres de la plateforme multisectorielle sont regroupées de manière à ce que chacun comprenne son rôle dans la résolution des problèmes de sécurité alimentaire et nutritionnelle au Gabon. Les « classes vertes », un projet agricole visant à produire des aliments nutritifs dans les écoles par le biais de jardins scolaires, illustre la collaboration des secteurs. L’éducation nutritionnelle sera mise en œuvre dans les écoles grâce aux efforts conjugués des ministères de l’Éducation et de la Santé.

6. Parlez-nous de la nouvelle politique nationale en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PINSAN) (2018-2025). Comment a-t-elle été mise au point ?

En ma qualité de ministre, j’ai œuvré dès ma nomination en octobre 2016 afin que le Gabon dispose d’un document de politique nationale en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNSAN). Cela répond à l’une des recommandations de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition.

Une formation sur la nature multisectorielle de la nutrition et sur le rôle de chaque secteur a été organisée avec l’appui technique de la FAO, de l’UNICEF et de l’OMS, pour encourager les membres de la plateforme à améliorer leur contribution à la PNSAN. Chaque secteur a apporté son soutien à la rédaction du document et j’ai suivi les différentes étapes du processus pour les amener au plus haut niveau.

En mars 2017, j’ai parrainé l’organisation de l’atelier de validation du document de la PNSAN et, en juillet 2017, le Conseil de ministres a entériné le document validé, permettant ainsi au Gabon de disposer, 9 mois après ma prise de fonction, d’un cadre stratégique de référence et d’orientation pour tous les secteurs et acteurs concernés.

Les ressources financières seront mobilisées par le gouvernement avec le soutien des partenaires. REACH apportera son appui technique à l’élaboration d’un cadre de coordination entre le gouvernement et le système des Nations Unies, et MQSUN+ aidera à mettre au point un plan d’action chiffré pour la PNSAN.

7. La PNSAN comprend-elle des interventions visant à lutter contre la prévalence du surpoids, de l’obésité et de la malnutrition ?

La PNSAN prend en compte toutes les interventions de lutte contre la faim et la malnutrition ; de ce fait, elle intègre les interventions sensibles à la nutrition, mais aussi les interventions spécifiques à la nutrition, faisant entrer en ligne de compte toutes les formes de malnutrition. En collaboration avec la FAO, le gouvernement a lancé un projet visant à élaborer des recommandations alimentaires nationales et un guide alimentaire pour le Gabon, afin de susciter une prise de conscience au sujet de l’alimentation saine.

8. Quel rôle voyez-vous pour le secteur privé en matière de malnutrition ?

Le secteur privé a un rôle de responsabilité sociale à jouer dans la lutte contre la malnutrition, c’est pourquoi un fort plaidoyer est nécessaire afin de l’amener à financer des interventions sur le terrain. Une initiative actuellement en discussion avec l’agro-industrie est l’enrichissement de l’huile de cuisson en vitamine A.

9. Quels conseils donneriez-vous pour lutter contre la malnutrition à d’autres pays qui connaissent des problèmes similaires à ceux du Gabon ?

Les autres pays doivent s’assurer qu’ils disposent d’un cadre de politiques juridiques qui prend toute la problématique en compte ; la nutrition étant multisectorielle, ses causes doivent être mises au jour afin de proposer des solutions et de déterminer le rôle de chacun dans la mobilisation des bénéficiaires aux fins d’interventions durables.

Read more...

1Le programme GRAINE (Gabonaise des Réalisations Agricoles et des Initiatives des Nationaux) est une priorité majeure du gouvernement, qui a pour but de limiter les importations de produits agricoles, d’améliorer la santé alimentaire, de créer des emplois durables et de promouvoir le développement économique.

2www.fao.org/resources/infographics/infographics-details/en/c/266118/

3www.fao.org/3/a-mm215e.pdf

4Institut international de recherche sur les politiques alimentaires. 2014. Global Nutrition Report 2014 : Actions and Accountability to Accelerate the World’s Progress on Nutrition (Rapport mondial sur la nutrition : action et responsabilité pour accélérer l’amélioration de la nutrition dans le monde). Washington, DC.

5Rapport mondial sur la nutrition (GNR) 2017. Rapport mondial sur la nutrition (2017). Profils nutritionnels par pays : Gabon. Bristol, Royaume-Uni : Les initiatives de développement.

More like this

FEX: Nutrition au Soudan du Sud : surmonter les défis des systèmes d’information nutritionnelle

Le secteur de la santé au Soudan du Sud, la plus jeune nation d'Afrique, a connu une forte croissance malgré les insécurités et les crises qui ont...

NEX: Mise en place de réseaux SUN dans les États fragiles et touchés par un conflit

Read an English version of this article here Équipe de gestion des connaissances SUN de l'ENN Le Mouvement SUN est « un groupement de mouvements nationaux...

NEX: Coordonner la nutrition au Mali : entretien avec le point focal de SUN

Read an English version of this article here Le Mali est confronté à des niveaux élevés de malnutrition (dont 38,5 % de prévalence de retard...

NEX: Éditorial

Read an English version of this article here Bien que nous n'avions prévu aucun thème particulier pour NEX11, un point commun (et récurrent) a...

NEX: Construire des réseaux parlementaires pour la nutrition en Afrique de l’Ouest

Read an English version of this article here Un nombre croissant de pays reconnaissent le rôle potentiel que les parlementaires peuvent jouer dans la mise en exergue de...

NEX: La prévention du retard de croissance en Indonésie : Éveiller les consciences au niveau infranational

Read an English version of this article here Akim Dharmawan (Docteur) est le responsable du Secrétariat du Mouvement SUN au Ministère national du...

NEX: Décennie d’action des Nations Unies pour la nutrition : le Brésil, l’Équateur et l’Italie s’engagent

Read an English version of this article here Trudy Wijnhoven est responsable de la nutrition et le point focal technique de la Décennie d'action pour la nutrition des...

NEX: Éditorial

Écoutez un entretien avec les éditeurs sur la chaine Podcast de l'ENN Nous sommes fiers de présenter ce dixième numéro de Nutrition...

Resource: Transcription du podcast– Rôle de l'initiative REACH dans l'implémentation du SUN au Burkina Faso

Écouter ce podcast en français Ambarka Youssoufane (AY): Spécialiste Régional Gestion des Connaissances Afrique de l'Ouest et du Centre de...

NEX: Collaborer pour la nutrition : les changements au sein des Ministères de la santé et de l’agriculture au Kénya

Read an English version of this article here Lillian Karanja de l'ENN a interviewé Veronica Kirogo, directrice adjointe des services de nutrition et de...

Resource: Transcription du podcast: Évaluation et le renforcement d'un Cadre Commun de Resultats

Écouter ce podcast en anglais Tui Swinnen (TS): Coordinateur Mondial Tamsin Walters (TW): Consultant TS : Bonjour tout le monde et bienvenue au troisième et...

FEX: Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises

Par Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT Read an English version of this article here Andi Kendle est la gestionnaire du programme Équipe technique...

Blog post: Coordination multisectorielle pour la nutrition Tchad : une plateforme multi-acteurs complète et dynamique

CLICK HERE TO READ IN ENGLISH Je suis Ambarka Youssoufane, en tant que Spécialiste Régional Gestion de connaissance pour l'Afrique de l'ouest et du Centre de...

NEX: Faire le bilan des procédures et des objectifs : Évaluations conjointes du Mouvement SUN (2017) au Burkina Faso et au Kenya

Ambarka Youssoufane, spécialiste regionale ENN en gestion de connaissances pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale, et Lillian Karanja,...

NEX: Processus de décentralisation de la gestion et de la coordination de la nutrition au Tchad

Mohamed Cheik Levrak est le Facilitateur international de l'Initiative REACH au Tchad depuis 2013. Antérieurement, il était le Facilitateur national de REACH en...

NEX: Mécanismes de coordination de la nutrition : les quoi, pourquoi et comment

Read an English version of this article here Stefano Fedele, Spécialiste régional de la nutrition de l'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes...

NEX: Un catalyseur pour le renforcement des pays SUN : Expériences de l'Assistance Technique pour le Tadjikistan et les Philippines

L'équipe de gestion des connaissances SUN de l'ENN avec la contribution de « Nutrition International » (NI) et de « Maximising the Quality of...

NEX: Renforcer et améliorer la nutrition au sein du programme des repas scolaires au Kirghizistan

Read an English version of this article here Emma Khachatryan dirige le programme des repas scolaires pour le Programme alimentaire mondial (PAM) en République...

FEX: Quel rôle le secteur privé peut-il jouer pour soutenir la réduction de la malnutrition?

Par Ambarka H. Youssoufane Ambaraka est la spécialiste régional Gestion de connaissance pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre de ENN. Ambarka détient un...

Blog post: Notes de Myanmar – une visite conjointe d’ENN and de Nutrition International

READ THIS BLOG IN ENGLISH J'ai débuté en avril avec une visite d'une semaine au Myanmar; il s'agissait de ma première visite en tant que...

Close

Reference this page

Yves Fernand ManFoumbi (2018). Défendre la nutrition au Gabon. Nutrition Exchange 10 French Edition, July 2018. p18. www.ennonline.net/nex/10/dfendrelanutritionaugabon

(ENN_6040)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.