Menu ENN Search

Fournir une couverture pour les programmes de nutrition au niveau du district au Baloutchistan, Pakistan

Hassan Hasrat est président-directeur général de la Society for Community Action Process (SCAP-Balochistan), une ONG locale. Il a 10 ans d’expérience dans le développement de la santé, de la nutrition et de la communauté.

Shah Mohammad est gestionnaire du programme et des opérations de SCAP-Balochistan, avec 15 ans d’expérience dans le développement communautaire.

Introduction

Le Baloutchistan est la province la moins développée des quatre provinces du Pakistan, avec une proportion élevée d’enfants âgés de moins de 5 ans en retard de croissance (52 pour cent)1 et émaciés (16 pour cent). De plus, la prévalence de l’anémie chez les enfants de ce groupe d’âge est de 57 pour cent, et chez les femmes en âge de procréer est de presque 49 pour cent. On estime que de nombreux facteurs contribuent à la malnutrition des enfants au Baloutchistan, y compris : les pratiques sous-optimales d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) ; les infections fréquentes chez les enfants (surtout les maladies diarrhéiques et la rougeole) ; les carences nutritionnelles, le décès ou la maladie de la mère ; l’absence ou l’insuffisance de suppléments en micronutriments ; et l’insécurité alimentaire des ménages et l’inégalité des genres2.

Accent sur la nutrition au niveau des districts

En réponse à la situation nutritionnelle difficile dans la province, le Département de la santé du Baloutchistan a lancé le Programme de nutrition pour les mères et les enfants (BNPMC) en 2016, par le biais de la Cellule de nutrition, située au sein du Département. Le Programme de nutrition pour les mères et les enfants met en place des activités nutritionnelles reconnues (voir la liste ci-dessous) auprès de la population rurale et urbaine des sept districts sélectionnés, visant avant tout les populations défavorisées économiquement et socialement. La population totale de ces districts est de 1 654 613, et il est estimé que la population cible comprend 132 369 femmes enceintes et allaitantes (FEA) et 254 615 enfants âgés de moins de 5 ans. L’élaboration du BNPMC a comporté des consultations afin de convenir des rôles et des responsabilités avec l’ensemble des parties prenantes, au nombre desquelles le Département de la Santé, le gouvernement du district, Peoples Primary Health Initiative (PPHI) (programme gouvernemental de partenariats publics-privés, fournissant des services de santé dans les unités sanitaires de base des districts) et les ONG locales.

Le rôle principal de la cellule de nutrition est de définir les politiques aux niveaux national et provincial (ce dernier pour la mise en œuvre). En outre, elle fournit la supervision et le leadership pour une programmation efficace aux niveaux de la province et du district, établit des normes et des directives techniques (y compris comment atteindre la population cible), fournit une assistance technique, réalise le suivi et l’évaluation, supervise la recherche opérationnelle, joue un rôle de plaidoyer auprès d’autres secteurs, tels que celui de l’agriculture et de l’élevage.

La mise en œuvre du programme, surtout la prestation des services, reste dans le domaine des districts, où les activités sont réalisées par le biais des partenariats avec d’autres secteurs publics et privés. La majorité des partenariats est conclue avec le Programme national de planning familial et de soins de santé primaire (à travers le Programme des travailleuses de la santé, un cadre d’agents de santé communautaire offrant des services de soins de santé primaires), la PPHI et les organisations dirigées par les ONG et la communauté.

Le BNPMC s’articule autour des cinq axes suivants :

1. S’attaquer à la malnutrition chez les enfants en renforçant la disponibilité et l’accessibilité du soutien à l’ANJE et des services de prise en charge communautaire de la malnutrition aigüe dans les districts ciblés et chez les femmes enceintes et allaitantes, à l’aide de séances de communication sur le changement des pratiques de nutrition, de santé et d’hygiène ;

2. S’attaquer carences en micronutriments, y compris par la supplémentation en vitamine A pour les enfants âgés de 6 à 59 mois et l’expansion de l’iodation du sel et de l’enrichissement de la farine de blé, etc. ;

3. La communication sur le changement des comportements - en coordination avec les canaux de communication pour le changement des pratiques socioculturelles et nutritionnelles qui pourraient conduire à la malnutrition, par le biais du plaidoyer tel que la mise au point et la diffusion des matériaux, les programmes de radio, le théâtre communautaire, etc. ;

4. Le renforcement des dispositions institutionnelles - l’objectif du BNPMC est de définir les rôles et responsabilités, de bâtir les capacités et de renforcer les mécanismes institutionnels pour la coordination des secteurs (tandis que le secteur public finance un poste de directeur adjoint de la nutrition au niveau provincial, toutes les activités au niveau des districts sont soutenues par des postes que financent les partenaires de développement) ; et

5. Le renforcement des systèmes de suivi et d’évaluation - une unité de suivi et d’évaluation a été établie au sein de la cellule de nutrition du Département de la santé pour coordonner les activités de suivi dans la province.

Le cout total du BNPMC est de 1 492,62 millions PKR (14,21 millions USD), dont 80 pour cent ont été fournis par la Banque mondiale (par le biais du Partenariat pour l’amélioration du Fonds fiduciaire pour la nutrition) et 20 pour cent par le gouvernement du Baloutchistan. La majorité du financement a été allouée au renforcement des dispositions institutionnelles (41,3 pour cent), comprenant le programme de recrutement, l’assistance technique pour le renforcement des capacités, le renforcement des mécanismes de coordination, etc., à la lutte contre la malnutrition chez les enfants et les femmes enceintes et allaitantes (37 pour cent) et au traitement du problème des carences en micronutriment (13,6 pour cent). Le SCAP Baloutchistan a reçu un financement de 48 millions PKR (0,45 million USD) pour le programme, par le biais du Département de santé.

Mères recevant une séance d'éducation nutritionnelle de la part d'agents de nutrition communautaire

Le partenariat avec une ONG locale

L’exercice de cartographie du Département de la santé a établi que plus de la moitié des zones de chaque district n’étaient pas couvertes par le BNPMC. Une ONG locale, SCAP-Baloutchistan, a été sélectionnée comme partenaire pour la mise en œuvre de services nutritionnels dans deux districts mal desservis, Nushki et Kharan, de janvier 2017 à juin 2018. SCAP a formé un nouveau cadre de 70 fournisseurs de services communautaires, y compris des travailleurs de nutrition communautaire et le personnel du projet, sur les objectifs et les activités du BNPMC dans les deux districts.

En plus de la prise en charge communautaire de la malnutrition et l’alimentation supplémentaire des femmes enceintes et allaitantes, le programme se concentre également sur les activités de prévention. Par exemple, 31 928 femmes en âge de procréer sont soutenues sur les pratiques améliorées de l’ANJE, la santé et l’hygiène, et l’importance de l’éducation de la femme et les interventions de santé, comme la vaccination. Afin de prévenir l’anémie, des comprimés de fer et d’acide folique seront fournis à 2 554 femmes dans les zones non couvertes, avec d’autres stratégies telles que le vermifuge et la promotion de la diversité et la qualité alimentaires. Au total, 250 groupes de soutien communautaires (Groupes de soutien pour les mères et pères) ont été formés et mobilisés, chaque groupe comprenant environ 20 ménages. Les groupes ont nommé une personne ressource de leur communauté, qui a suivi une formation de renforcement des capacités afin de diriger les séances de groupe selon les méthodes de SCAP, en utilisant les outils d’information, d’éducation et de communication (IEC).

Les services nutritionnels mis en œuvre par SCAP Baloutchistan assureront le suivi d’un certain nombre de cibles, notamment l’allaitement exclusif chez les enfants âgés de 0 à 6 mois (une hausse de 40 pour cent à 50 pour cent) ; le régime minimum acceptable pour les enfants âgés de 6 à 24 mois (une hausse de 15 pour cent du niveau de base) ; et une hausse de 50 pour cent chez les femmes enceintes qui reçoivent des comprimés de fer et d’acide folique et adhèrent au traitement. Le programme a déjà couvert 89 pour cent des bénéficiaires ciblés avec son premier tour de dépistage communautaire et de services de sensibilisation : un total de 238 468 enfants âgés de moins de 5 ans et 120 778 femmes enceintes et allaitantes ont été atteints ou dépistés.

Plusieurs aspects du programme fonctionnent bien dans les districts :

  • l’ONG a formé les ressources humaines sur les services de logistique afin d’assurer la présence de services nutritionnels sur les sites fixes du PTA ;
  • les réunions du Conseil de coordination du district ont lieu régulièrement pour garantir la participation d’autres parties prenantes/services et décideurs ; et
  • la coordination se heurte a peu d’obstacles au niveau du district, principalement parce que le Service de santé du district est joue un rôle actif dans la mise en œuvre du programme et dans la fourniture des services nutritionnels de soutien.

Défis à relever et enseignements tirés

De nombreux défis sont associés au travail dans les zones rurales où les services sont faibles et les centres de santé sont mal équipés et difficiles d’accès. Environ 65 pour cent des districts couverts par SCAP sont totalement dépourvus de services. D’autres obstacles à surmonter comprennent les idées fausses de la communauté sur les différentes interventions, surtout la fourniture de supplémentation en fer et acide folique et l’alimentation thérapeutique prête à l’emploi pour les enfants atteints de malnutrition aiguë sévère, du fait du manque d’éducation et de sensibilisation.

SCAP s’est livrée à une autonomisation communautaire globale afin d’accroitre l’engagement et la participation des personnes, bien que cela soit freiné par le manque de services. La promotion du travail d’équipe au sein de SCAP s’est révélée être un autre facteur essentiel à la mise en œuvre réussie du programme. L’ONG a engagé des cadres différents pour ce faire, et a formé son propre personnel à garantir la qualité des services en se basant sur des directives mondiales lors du travail au niveau du district. SCAP compte mener un large plaidoyer pour une reproduction plus étendue de ce modèle et une mise en échelle visant à atteindre les populations vulnérables dans d’autres parties du Baloutchistan.

Read more...

1National Nutrition Survey/Enquête nationale sur la nutrition (NNS, 2011).

2Conclusions du NNS 2011, des rapports et du suivi au niveau local.

More like this

NEX: Développement du second plan national de l’action pour la nutrition au Bangladesh

M. Islam Bulbul, médecin, est gestionnaire adjoint des programmes des Services nationaux de la nutrition et spécialiste technique au sein de la division de la...

NEX: Partenariat entre les travailleuses de santé communautaire et de nutrition au Rajasthan, Inde

Piyush Mehra est le directeur général de l'Antara Foundation. Depuis plus de trois ans, il dirige des programmes de santé et de nutrition maternelle et...

NEX: Engagement communautaire à travers le leadership local : Accroître l'accès aux services de nutrition dans un contexte de conflit au Yémen

Dr Fatima AK Sallam est chef de projet chez Soul for Development, une ONG locale yéménite. Elle est un médecin qualifié. Khaled Albably est...

FEX: Soutien aux personnes âgées en Éthiopie grâce à la GCMA.

Par Kidist Negash Weldeyohannis Read an English version of this article here Kidist Negash Wedeyohannis est directrice régionale de programme de santé et de...

NEX: Progresser vers une programmation multisectorielle en Mauritanie

Mohamed Ould Saleck est le coordinateur du Programme National de Nutrition du Ministère des Affaires sociales, de l'Enfance et de la Famille en Mauritanie. Contexte Un...

FEX: Stratégies de distribution de micronutriments en poudre pour améliorer la couverture et l'observance chez les enfants âgés de 6 à 23 mois dans le cadre d'une stratégie d'ANJE au Cambodge

Read an English version of this article here Par Sarah Gibson, Hou Kroeun et Gary Mundy Sarah Gibson est nutritionniste en santé publique et travaille actuellement...

FEX: Programme de subventions pour le développement de l'enfance (CDGP) dans le nord du Nigeria : influencer les programmes de politiques sociales sensibles à la nutrition dans l'État de Jigawa

Par Fatima Adamu, Maureen Gallagher et Paul Xavier Thangarasa Read an English version of this article here Fatima Adamu est chargée de communication pour Action...

FEX: Evaluation de l'impact de WASH dans l'intervention nutritionnelle sur la morbidité et la malnutrition aiguë au Niger

Read an English version of this article here Par Saidou Tamboura, Dr Moussa IssaLende et Lucia Pantella Tamboura Saïdou travaille dans le domaine de la nutrition et de...

FEX: Le traitement de la malnutrition aiguë sévère par le biais du Plan Intégré pour le Développement de l'Enfant dans l'Etat de Jharkhand, en Inde.

Par Grana Pu Selvi et Colleen Emary Read an English version of this article here Grana Pu Selvi possède un diplôme postuniversitaire en alimentation et...

FEX: Impact des interventions agronomiques et d’élevage sur la diversité alimentaires des femmes et des enfants au Mali

Par Damouko Bonde Read an English version of this article here Damouko Bonde est un spécialiste en suivi et évaluation de projet avec AVSF Mali. Ce projet a...

FEX: Distribution pilote des poudres de micronutriments au Burundi : agir en fonction des enseignements tirés

Par Leni Martinez Del Campo, Emily Sylvia et l'équipe de Concern au Burundi Read an English version of this article here Emily Sylvia vient récemment d'obtenir...

NEX: Retour à l'école : Le rôle des Ecoles des maris dans l'amélioration de la santé et de la nutrition maternelle et infantile au Niger

Ali Idrissa est un agent de terrain pour le projet AGRANDIS Nut1 au Niger pour l'ONG Helen Keller International (HKI). Il supervise 11 villages d'intervention du projet qui...

FEX: Développement et valeur ajoutée du groupe nutritionnel en Turquie

Par Wigdan Babikir Makki Madani Read an English version of this article here Dr Wigdan Madani est la coordinatrice du Group Nutritionnel pour la Turquie, basée au...

NEX: Redressement post-séisme dans les zones urbaines du Népal : Utilisation des hôpitaux pour détecter et traiter la malnutrition infantile et maternelle

Sophiya Uprety est nutritionniste en santé publique et a travaillé en tant que responsable de la nutrition pour l'UNICEF au Népal dans le cadre du...

FEX: Intégrer la nutrition dans un programme d'alimentation scolaire pour les personnes déplacées à l'interne de leur pays et les enfants des rues vulnérables dans le nord-est du Nigéria

Par Greg Sclama Read an English version of this article here Gregory Sclama est professeur adjoint du développement international et d'économie à...

FEX: Réponse nutritionnelle dans le nord-est du Nigéria : approches pour augmenter la disponibilité des prestations de service dans les états de Borno et Yobe.

Read an English version of this article here Par Sanjay Kumar Das, Dr Sule Meleh, Dr Umar Chiroma, Bulti Assaye et Maureen L Gallagher Sanjay Kumar est responsable en...

FEX: Expériences de coordination du secteur Nutrition en Syrie

Par Muhiadin Abdulahi Read an English version of this article here Muhiadin Abdulahi travaille avec l'UNICEF Syrie comme Coordinateur du secteur/groupe Nutrition depuis...

NEX: Cartographie multisectorielle des actions au Burundi et au Myanmar : Vers une coordination plus efficace

Ernest Niyokindi est le chef de cabinet adjoint/deuxième vice-président de la République du Burundi et le point focal gouvernemental du Mouvement SUN. Dr....

FEX: Une approche multi-sectorielle pour améliorer la nutrition : Expériences du projet Nutrition at the Center, au Bangladesh

Read an English version of this article here Par Jahangir Hossain, Nazneen Rahman, Mohammad Hafijul Islam, Md Hasanuzzaman, Khrist Roy et Dlorah Jenkins Jahangir Hossain est...

FEX: Gestion de la malnutrition aiguë chez les nourrissons (GMAN) dans une population de réfugiés sud soudanais en Ethiopie

De Mary T Murphy, Kassahun Abebe, Sinead O'Mahony, Hatty Barthorp et Chris Andert Read an English version of this article here Sinead O'Mahony est conseillère...

Close

Reference this page

Hassan Hasrat and Shah Mohammad (2018). Fournir une couverture pour les programmes de nutrition au niveau du district au Baloutchistan, Pakistan. Nutrition Exchange 10 French Edition, July 2018. p12. www.ennonline.net/nex/10/fournirunecouverturebaloutchistan

(ENN_6044)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.