Menu ENN Search

Construire des réseaux parlementaires pour la nutrition en Afrique de l’Ouest

Read an English version of this article here

Un nombre croissant de pays reconnaissent le rôle potentiel que les parlementaires peuvent jouer dans la mise en exergue de la nutrition. Ambarka Youssoufane d’ENN a interviewé certains parlementaires du Tchad et du Burkina Faso pour savoir ce qu’ils pensaient de plaider en faveur d’une situation nutritionnelle améliorée dans leurs pays ainsi que dans la région.

Des parlementaires travaillant ensemble au niveau régional

Un réseau parlementaire régional pour la nutrition en Afrique de l’Ouest et centrale a été créé en 2013, à la suite d’un atelier sur la nutrition organisé à Brazzaville, en République du Congo, auquel ont initialement participé des parlementaires de 10 pays (Burkina Faso, Cabo Verde, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, Sénégal et Tchad). Un certain nombre de pays, dont le Burkina Faso et le Tchad, ont mis en place des réseaux parlementaires nationaux à la suite de cette réunion, mais il a été difficile pour les pays de prendre l’initiative et de faire progresser le programme de nutrition au niveau parlementaire. 

Le bureau régional d’Action contre la faim (ACF) a également commencé à soutenir les pays et le réseau régional en organisant une manifestation parallèle, lors du lancement du Rapport mondial sur la nutrition en Afrique de l’Ouest en 2016, afin de sensibiliser les parlementaires aux questions de nutrition dans la région et pour encourager le plaidoyer en faveur de la nutrition. En 2017, une réunion conjointe de parlementaires de 20 pays (coorganisée par l’UNICEF, l’Union interparlementaire et Alive & Thrive) a porté sur quatre thèmes principaux :

1. L’importance de la sécurité nutritionnelle pour le développement et la croissance économique ;

2. Les problèmes de sous-nutrition (retard de croissance, émaciation et carences en micronutriments), la préoccupation émergente de la surcharge pondérale et de l’obésité chez les enfants de la région, et les exemples de succès dans leur traitement ;

3. Surmonter les obstacles structurels et environnementaux à la nutrition et voir comment les parlements peuvent tirer parti de leurs pouvoirs pour réaliser des progrès législatifs, budgétaires et politiques dans la promotion de la nutrition maternelle et infantile ; et

4. Créer un engagement politique pour faire avancer un programme en faveur de la nutrition.

Tous les parlementaires participants se sont engagés à créer ou à renforcer les réseaux existants dans leurs pays respectifs et à prendre un ensemble de deux ou trois engagements dans les autres. À ce jour, 11 d’entre eux, sur un total de 20, ont mis en place un réseau national de parlementaires pour la nutrition. Beaucoup ont pu organiser un retour d’informations sur la réunion régionale auprès de leur parlement national, et même, pour certains, des activités de sensibilisation.

La mise en place d’un réseau parlementaire est particulièrement difficile, étant donné que les parlementaires n’ont pas une connaissance approfondie de la nutrition, changent souvent de poste, et manquent de fonds pour s’organiser ou mener des activités de sensibilisation. Des partenaires tels que l’UNICEF, l’ACF et les réseaux de la société civile SUN ont dispensé des formations au renforcement des capacités, mais le taux de rotation est élevé dans les parlements. Au Sénégal, par exemple, certains des premiers responsables du réseau n’ont pas été réélus. Le soutien de partenaires extérieurs tel que l’UNICEF est essentiel pour mettre en place un réseau de parlementaires pour la nutrition. Au Sénégal, ils ont produit un guide d’action à l’intention des parlementaires en matière de nutrition pour surmonter les difficultés liées au changement de poste des parlementaires et aux connaissances dans ce domaine.

Participants au colloque de l’IPU/UNICEF sur les investissements dans le domaine de la nutrition avec les membres du parlement, lors du colloque parlementaire de 2017, Burkina Faso

Tchad

Trois députés qui sont également membres du Réseau parlementaire pour la nutrition du pays, Rakis Ahmed Saleh, Selguet Achta Aguidi et Sodja Addjobma Nikamor, ont assisté à la première réunion du réseau Afrique de l’Ouest et centrale en 2013, ce qui les a amenés à créer leur propre réseau de pays. Depuis, le nombre de membres est passé de neuf en 2014 à 22 membres actuels, en partie grâce aux journées d’information et de sensibilisation organisées par le réseau à l’intention des parlementaires.

« Je dois avouer qu’en tant que parlementaires tchadiens, nous ignorions le problème lorsque nous sommes arrivés à Brazzaville. C’est à travers les discussions que nous avons pris conscience de la gravité de la situation et du problème qui existe dans beaucoup de nos régions. Les exposés que nous avons entendus nous ont appris que la situation ici était très grave. Nous n’en étions pas vraiment conscients auparavant. Quand nous sommes rentrés chez nous, nous en avons parlé au Président de l’Assemblée, à la fois par écrit et en personne. » (Rakis Ahmed Saleh)

Les membres du réseau ont participé activement à l’élaboration de la politique alimentaire et nutritionnelle nationale et ont assisté à des réunions avec divers ministères. Les parlementaires se sont également rendus dans neuf des 23 régions du pays, accompagnés par l’UNICEF, rendant compte de ces missions au réseau et à l’Assemblée nationale sur ce qu’ils décrivent comme le « violent problème de malnutrition » du pays. Ces rapports alimenteront le plan d’action en matière de nutrition qui est en cours de finalisation.

« Nous avons organisé une caravane à N’Djamena et visité les trois principaux hôpitaux pour nous familiariser avec la situation des enfants malnutris hospitalisés. Nous avons été touchés par l’état alarmant de ces enfants à leur arrivée, certains souffrant de malnutrition chronique et d’autres de malnutrition modérée ou naissante. Après ces visites à l’hôpital, nous avons programmé des visites régionales. » (Selguet Achta Aguidi)

Les parlementaires ont souligné que ces visites n’étaient pas ponctuelles : ils considéraient que leur rôle était de sensibiliser les autorités compétentes de chaque région, afin que celles-ci prennent en charge le suivi des activités de lutte contre la malnutrition, et que, à leur tour, les députés assureraient le suivi de ces actions. Certaines régions ont déjà des comités de nutrition en place, mais ils ont un rôle à jouer dans la sensibilisation. Les parlementaires peuvent soutenir ou encourager les administrateurs à mettre en place des cadres là où il n’y en a pas.

« Il existe des points de convergence aux niveaux régional, départemental et sous-préfectoral. Nous faisons pression sur les autorités gouvernementales et décentralisées. Nous soutenons l’action du gouvernement. Nous la complétons, en contribuant à sensibiliser l’opinion publique à ce fléau. Sur le terrain, nous avons également constaté que nous arrivons à faire passer le message, à transmettre l’appel à lutter contre la malnutrition, de diverses manières. De plus, les autorités locales manquent quelque peu de connaissances, mais grâce à nous, elles apprennent à quel point la situation est grave. Nous pensons que le message à ce niveau est très important. » (Sodja Addjobma Nikamor)

Les députés ont souligné l’importance de sensibiliser à l’allaitement maternel exclusif et à la nutrition pendant les 1000 premiers jours de la vie. Sans une telle compréhension chez les parents, les communautés, les professionnels de la santé et les travailleurs sociaux, ils estimaient que « même si nous votons pour un crédit budgétaire supplémentaire, sans prise de conscience ce serait un effort inutile. » Des initiatives comme les radios communautaires qui proposent des émissions sur la nutrition dans les dialectes locaux peuvent être utiles pour diffuser des messages éducatifs.

Le réseau participe actuellement à un certain nombre d’initiatives, notamment l’élaboration d’un projet de loi visant à sanctionner l’importation et la vente de sel non iodé, l’application du code de commercialisation des substituts du lait maternel et la législation sur l’enrichissement des aliments en fer, acide folique et vitamine A. Il a également envisagé de proposer une loi interdisant la commercialisation du Plumpy'Nut, l’aliment thérapeutique utilisé pour traiter la malnutrition chez les enfants, dont on a pu constater la vente à un large public, mais consommé par les adultes.

Burkina Faso

Extraits d’une interview avec Gnoumou Nissan Boureima, parlementaire et maire de Houndé, un département de la province de Tuy, dans la région du Haut-Bassin à l’ouest du pays, qui a été formé en nutrition à l’Université de Constantine en Algérie.

Quel est votre rôle dans le réseau des parlementaires pour la nutrition du Burkina Faso ? Comment a-t-il été créé ?

Je suis le coordinateur du réseau parlementaire pour la nutrition au Burkina Faso. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai rejoint la Direction de la nutrition du Ministère de la santé, où je suis resté sept ans. En 2015, j’ai été élu parlementaire à l’Assemblée nationale et j’ai pensé que la meilleure façon de faire avancer le programme nutritionnel était de créer un réseau parlementaire pour la nutrition. Il a été mis en place en 2016 et compte aujourd’hui 35 membres.

Quel est l’objectif du réseau des parlementaires du Burkina Faso pour la nutrition ?

L’objectif du réseau est de promouvoir la nutrition et de contribuer à la lutte contre la malnutrition du point de vue de l’Assemblée nationale. Les parlementaires peuvent demander au gouvernement de financer des interventions dans le domaine de la nutrition pour lutter contre la malnutrition, en plus du financement des donateurs. Actuellement, la plupart des interventions en matière de nutrition dans le pays sont financées par des donateurs extérieurs, mais ce financement n’est pas durable et nous devons amener le gouvernement à considérer la nutrition comme une priorité de développement.

Comment le réseau travaille-t-il pour atteindre ses objectifs ? Quelles activités ont été organisées à ce jour ?

Aucun des parlementaires n’est nutritionniste (bien que certains soient des professionnels de la santé), l’une des premières activités a donc été de sensibiliser nos collègues parlementaires à la nutrition, avec l’aide des réseaux SUN (le réseau ONU, le réseau de la société civile et le point focal gouvernemental). Le réseau de parlementaires s’est employé à élaborer et à adopter des lois sur la nutrition, telles que l’application du Code international sur la commercialisation des substituts de lait maternel et des mesures visant à détaxer les matières premières utilisées pour la production d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi. Nous avons également réussi à adopter une ligne budgétaire nutritionnelle pour la nutrition dans le cadre de la loi de finances 2016, qui a commencé par un milliard de francs CFA (1,75 million de dollars US) et devrait passer à trois-milliards de francs CFA (5,25 millions de dollars US) en 2020.

Le réseau des parlementaires fait-il partie du Mouvement SUN au Burkina Faso ?

Oui, nous participons aux activités de la plateforme multisectorielle SUN, y compris à l’élaboration du plan d’action national multisectoriel sur la nutrition et à la politique de sécurité alimentaire. Je participe personnellement à la réunion nationale SUN avec le point de convergence SUN et les autres coordinateurs du réseau.

Quelles relations entretenez-vous avec d’autres parlementaires en dehors du Burkina Faso ?

En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, nous avons créé un réseau régional pour la nutrition et nous avons organisé un évènement ici, au Burkina Faso, pour réunir des parlementaires de 20 pays. Nous avons également eu des discussions avec le Pérou, où les parlementaires ont réussi à convaincre le gouvernement de réduire le taux de malnutrition grâce à des interventions ambitieuses dans le domaine de la nutrition.

En tant que réseau, disposez-vous d’un soutien externe ?

Oui, nous avons le soutien du réseau de la société civile SUN, qui a fourni des informations et un soutien financier pour participer à des ateliers internationaux. Le réseau SUN ONU nous a également soutenus dans l’organisation de l’atelier de sensibilisation des parlementaires au Burkina Faso.

La cause de la nutrition est-elle entendue par le gouvernement ? Par le Parlement ?

Au Parlement, nous sommes très bien entendus, mais au gouvernement, ce n’est que le début. En tant que député ministériel, j’ai rejoint le Parlement, et je sais donc que la nutrition est délaissée par le secteur de la santé. La question de la nutrition commence à peine à être entendue par le gouvernement, parce que, par exemple, au Ministère de la santé, une ligne budgétaire a été créée pour la nutrition et a même été mobilisée. Il nous reste cependant à créer une ligne budgétaire pour chaque ministère concerné par la nutrition, comme l’agriculture, etc.

Quels sont les facteurs qui ont permis la création d’une ligne budgétaire pour la nutrition ?

La campagne de sensibilisation menée par le réseau de la société civile SUN et soutenue par le réseau parlementaire a réussi à convaincre certains parlementaires de soutenir cette idée. L’environnement aussi y était favorable puisque le Burkina Faso a adopté un nouveau plan de développement visant, entre autres, à développer le capital humain dans le pays. Donc, nous avons commencé par déclarer que le gouvernement ne pouvait pas développer le capital humain sans lutter contre la malnutrition. Cette logique a été comprise par le gouvernement, qui a accepté de créer un budget au moins au niveau du Ministère de la santé. Nous devrons utiliser d’autres outils pour inciter le gouvernement à créer des lignes budgétaires pour la nutrition au sein d’autres ministères concernés par celle-ci.

More like this

NEX: Mise en place de réseaux SUN dans les États fragiles et touchés par un conflit

Read an English version of this article here Équipe de gestion des connaissances SUN de l'ENN Le Mouvement SUN est « un groupement de mouvements nationaux...

NEX: Coordonner la nutrition au Mali : entretien avec le point focal de SUN

Read an English version of this article here Le Mali est confronté à des niveaux élevés de malnutrition (dont 38,5 % de prévalence de retard...

Resource: Transcription du podcast– Rôle de l'initiative REACH dans l'implémentation du SUN au Burkina Faso

Écouter ce podcast en français Ambarka Youssoufane (AY): Spécialiste Régional Gestion des Connaissances Afrique de l'Ouest et du Centre de...

NEX: Collaborer pour la nutrition : les changements au sein des Ministères de la santé et de l’agriculture au Kénya

Read an English version of this article here Lillian Karanja de l'ENN a interviewé Veronica Kirogo, directrice adjointe des services de nutrition et de...

NEX: Éditorial

Read an English version of this article here Bien que nous n'avions prévu aucun thème particulier pour NEX11, un point commun (et récurrent) a...

Resource: Transcription du podcast: Évaluation et le renforcement d'un Cadre Commun de Resultats

Écouter ce podcast en anglais Tui Swinnen (TS): Coordinateur Mondial Tamsin Walters (TW): Consultant TS : Bonjour tout le monde et bienvenue au troisième et...

Resource: Transcription du Podcast: Mise en œuvre d'un Cadre Commun de Resultats

Écouter ce podcast en anglais Tui Swinnen (TS): Coordinateur Mondial Tamsin Walters (TW): Consultant TS : Bonjour tout le monde et bienvenue dans le deuxième...

NEX: Appliquer le Compendium d'actions pour la Nutrition : Expériences d’Haïti et de Birmanie

Sansan Myint est coordinatrice REACH1 en Birmanie. Agnes Solano est une ancienne coordinatrice REACH en Haïti. Holly D Sedutto est une consultante pour le réseau...

Resource: Transcription du podcast: Planification et développement d'un Cadre Commun de Resultats

Écouter ce podcast en anglais Tui Swinnen (TS): Coordinateur Mondial Tamsin Walters (TW): Consultant TS : Bonjour tout le monde et bienvenue dans cette série de...

Resource: Transcription du podcast: Un voyage vers la programmation nutritionnelle multisectorielle au Népal: évolution, processus et perspectives avec Stanley Chitekwe

Listen to the podcast in English Charulatha Banerjee (CB): Spécialiste Régional Gestion des Connaissances Asie Stanley Chitekwe (SC): Chief de Nutrition UNICEF,...

Blog post: Coordination multisectorielle pour la nutrition Tchad : une plateforme multi-acteurs complète et dynamique

CLICK HERE TO READ IN ENGLISH Je suis Ambarka Youssoufane, en tant que Spécialiste Régional Gestion de connaissance pour l'Afrique de l'ouest et du Centre de...

NEX: Fournir des produits alimentaires mélangés de haute qualité, produits localement et enrichis en Afrique de l’Ouest

Sofia Condes est une économiste de la santé publique qui travaille pour GAiN dans l'équipe de politique et finance alimentaire, centrée sur...

FEX: Nutrition au Soudan du Sud : surmonter les défis des systèmes d’information nutritionnelle

Le secteur de la santé au Soudan du Sud, la plus jeune nation d'Afrique, a connu une forte croissance malgré les insécurités et les crises qui ont...

FEX: Expériences SUN: leçons du Pakistan

Par Muhammad Aslam Shaheen et Dr Ali Ahmad Khan Read an English version of this article here Muhammad Aslam Shaheen est le chef de la section Nutrition au Ministère de...

NEX: Défendre la nutrition au Gabon

Un entretien avec Yves Fernand MANFOUMBI, ministre gabonais de l'Agriculture, de l'Élevage et du Programme GRAINE1 entre octobre 2016 et février 2017. En tant...

FEX: Recommandations pour la planification multisectorielle de la nutrition : expériences transversales du Népal et de l'Ouganda

Par Amanda Pomeroy-Stevens, Heather Viland et Sascha Lamstein Read an English version of this article here Amanda Pomeroy-Stevens est Conseillère en recherche et...

FEX: Éditorial

Ce numéro de Field Exchange aborde principalement les thèmes de l'augmentation et l'intégration des programmes relatifs à la nutrition ainsi...

Resource: Transcription du podcast : Formation des agents de santé sur la prise en charge de la MAS en milieux hospitalier, Mali

Écoutez ce podcast en français Ambarka Youssoufane (AY) : Spécialiste régional de la gestion des connaissances d'ENN pour l'Afrique de...

FEX: Quel rôle le secteur privé peut-il jouer pour soutenir la réduction de la malnutrition?

Par Ambarka H. Youssoufane Ambaraka est la spécialiste régional Gestion de connaissance pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre de ENN. Ambarka détient un...

FEX: Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises

Par Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT Read an English version of this article here Andi Kendle est la gestionnaire du programme Équipe technique...

Close

Reference this page

Construire des réseaux parlementaires pour la nutrition en Afrique de l’Ouest. Nutrition Exchange 11 French Edition, January 2019. p12. www.ennonline.net/nex/11/construiredesrseauxparlementaires

(ENN_6193)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.