Menu ENN Search

Mise en place de réseaux SUN dans les États fragiles et touchés par un conflit

Read an English version of this article here

Équipe de gestion des connaissances SUN de l’ENN

Le Mouvement SUN est « un groupement de mouvements nationaux dirigé par des gouvernements qui s’engagent à améliorer l’impact et les résultats en matière de nutrition, et ce, avec des partenaires qui veulent les aider à atteindre leurs objectifs » (feuille de route SUN 2016-2020). Une des caractéristiques propres au modèle adopté par le Mouvement SUN est les réseaux SUN qui ont été conçus pour formaliser l’approche des différentes parties prenantes par rapport au Mouvement. Au niveau national, quatre réseaux sont recommandés : un réseau de la société civile, un réseau commercial, un réseau des Nations Unies et un réseau des donateurs. Ils rassembleront les acteurs clés qui sont à même d’avoir une influence sur la nutrition. Pour donner un caractère officiel aux engagements pris par le gouvernement en matière de nutrition, pour les financer et pour les soutenir, il est crucial que tous les réseaux s’alignent sur le gouvernement. Le Mouvement a pris racine dans différents contextes nationaux. Par conséquent, les réseaux fonctionneront de façon différente et à des degrés différents au sein de cadres très variables. En plus des sections nationales des réseaux SUN, il existe une structure globale de soutien grâce à des organisations hôtes pour chacun des quatre réseaux.

Entre mars et juin 2018, ENN a réalisé une carte des réseaux. Cet exercice a été mené par l’équipe ENN de spécialistes régionaux en gestion des connaissances. Ces spécialistes sont basés dans 17 pays SUN où l’ENN participe au programme ATN (Assistance technique pour la nutrition). Pour mener à bien ce travail, plusieurs discussions ont été engagées avec les directeurs des réseaux et d’autres personnes œuvrant au niveau national, ainsi qu’avec l’appui des réseaux ENN existants au sein du Mouvement SUN au niveau national. Des entretiens ont eu lieu avec près de 50 personnes (principalement des présidents de réseaux, mais aussi d’autres parties prenantes clés) venant des 17 pays. On leur a demandé quels ont été les progrès réalisés sur le terrain par les réseaux afin d’obtenir des exemples de réussite et de bonnes pratiques, mais aussi une vision globale de la manière dont les réseaux se développent dans tous les pays. ENN se concentre sur son travail d’assistance technique en matière de nutrition dans ces 17 États fragiles et/ou touchés par un conflit, car on ne sait pas encore clairement dans quelle mesure la structure du Mouvement SUN peut répondre aux besoins de ces États et en quoi le travail en tandem avec la structure humanitaire peut aider à obtenir des résultats positifs à long terme dans le domaine de la nutrition.

Le réseau de l’Alliance de la société civile (ASC) au Myanmar : de grands progrès

En 2014-2015, le réseau de l’Alliance de la société civile (ASC) au Myanmar a été officialisé avec l’aide de Save the Children. Le réseau a été mis en place avec un comité directeur de 10 membres. Sept de ses membres appartiennent à des organisations non gouvernementales internationales et trois à des organisations non gouvernementales locales. L’ASC SUN est dirigée par trois personnes spécialisées basées dans les bureaux de pays de Save the Children, qui se concentrent principalement sur le travail de l’ASC. Les activités ont été les suivantes : aider le gouvernement à élaborer un plan d’action national multisectoriel sur la nutrition, promouvoir le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel et signaler les violations du « Code ».

L’importante élaboration récente de l’ASC est la création du premier chapitre sous-national de la région d’Ayeyarwady (Delta). Cette plateforme ASC sous-nationale a réuni non seulement différents organismes non gouvernementaux chargés de la nutrition dans ce district, mais également le gouvernement régional, les parlementaires et d’autres responsables de haut niveau travaillant dans le domaine de la nutrition.

Selon le responsable de l’ASC, l’un des principaux enseignements tirés de son expérience aux niveaux national et sous-national est le pouvoir de parler d’une seule voix en tant que groupe de parties prenantes, écouté et pris au sérieux d’une manière qui ne le serait pas par un seul organisme. Pour beaucoup de membres de l’ASC, ceci est une excellente incitation à continuer leur participation.

 

Le réseau universitaire et de recherche au Pakistan : Définir les rôles

Le réseau universitaire et de recherche, créé en mai 2016, avait pour objectif d’harmoniser les recherches sur la nutrition et à combler le fossé entre le secteur universitaire, les décideurs politiques et les praticiens. Au départ, les organismes étaient réticents à s’engager avec la plateforme, car leur rôle n’était pas clairement défini. Cependant, cette préoccupation a été atténuée par des réunions avec le coordinateur du réseau universitaire SUN, qui a expliqué en détail comment la plateforme mettrait en relation les organismes de recherche et les établissements universitaires aux niveaux national et mondial. En conséquence, 40 institutions académiques et organismes de recherche ont signé et élaboré un plan opérationnel. Les travaux ont inclus : un exercice national de priorisation de la recherche ; obtenir des fonds pour la recherche (par exemple, la Commission de l’enseignement supérieur au Pakistan a également financé 104 études de recherche différentes) ; développer des activités conjointement avec le réseau d’entreprises SUN (par exemple, à Peshawar, où un programme de nouilles fortifiées dirigé par une université a été associé à l’un des plus grands fabricants de produits alimentaires du Pakistan [Knorr]) ; et mener des formations sur la recherche en nutrition. Un centre de gestion des connaissances est prévu. Toutes les études et tous les documents pertinents seront archivés et accessibles via un portail Web.

Le développement de produits nutritionnels au Pakistan constitue un modèle pour les autres pays et joue un rôle important dans la diminution de la malnutrition infantile dans la région

Le réseau des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC) : améliorer l’alignement et travailler ensemble

Le réseau des Nations Unies en RDC a réuni huit organismes des Nations Unies travaillant sur la nutrition dans le pays (à savoir la FAO, l’OMS, le FNUAP, l’UNICEF, l’UNOPS, le PNUD et le HCR). Son objectif initial était d’élaborer une stratégie multisectorielle commune en matière de nutrition dans les régions les plus vulnérables du pays. Lors d’une journée de réflexion en réseau en 2016, les organismes ont passé du temps à réfléchir à leur rôle individuel et collectif dans la lutte contre la malnutrition dans le pays et ont finalisé une feuille de route dont l’objectif était de renforcer la cohérence des actions et soutenir la planification conjointe en matière de nutrition. Les travaux se sont ensuite concentrés sur la réalisation d’un inventaire nutritionnel dans lequel les interventions nutritionnelles des Nations Unies étaient cartographiées — là où plusieurs organismes étaient présents, le groupe du réseau des Nations Unies a examiné la complémentarité, les lacunes, les possibilités d’amélioration de la collaboration et l’optimisation des mécanismes de prestation. Le gouvernement a estimé que cela constituait un outil utile, car il offrait une visibilité sur la programmation en matière de nutrition allant au-delà du travail du groupe dans le pays. Les activités supplémentaires comprenaient : l’élaboration d’un descriptif commun pour la nutrition, l’élaboration de propositions de financement conjointes, la révision des politiques et le soutien aux comités provinciaux de la nutrition, ainsi que l’élaboration de trois plans de nutrition au niveau provincial. De nombreux facteurs ont facilité le succès du réseau des Nations Unies en RDC, tels que : veiller à ce que tous les acteurs comprennent bien l’utilisation d’une optique multisectorielle pour la nutrition, avoir des techniciens compétents à tous les niveaux et un bon processus de facilitation.

L’exercice de cartographie du réseau a révélé un certain nombre de domaines qu’il est utile de prendre en compte lors de la configuration de réseaux, dans des États fragiles ou touchés par un conflit, notamment :

  1. S’assurer du soutien gouvernemental aux réseaux : les parties prenantes ont noté que le soutien et le leadership du gouvernement aux réseaux sont essentiels. Les réseaux ne se développent pas simplement de manière organique ; le soutien du gouvernement est nécessaire pour assurer la mise en place initiale et l’intégration des nouveaux réseaux. Dans un premier temps, les gouvernements doivent être convaincus de la « valeur ajoutée » des réseaux. De plus, il est important que les réseaux puissent conserver leur indépendance pour promouvoir la responsabilité. Les relations réseau-gouvernement les plus efficaces observées semblaient être celles où il existe une relation critique constructive et une communication solide autour des activités et des priorités. Les résultats reflètent ceux notés dans le rapport d’évaluation indépendant et complet de 2015 du Mouvement SUN, qui déclarait : « … l’appropriation et le leadership au niveau du pays sont les facteurs déterminants du succès les plus importants : acheter… par les gouvernements… était essentiel pour garantir la priorité plus élevée accordée à la nutrition, un engagement clair en faveur des résultats et une capacité accrue à fournir des résultats concrets ». Il incombe aux gouvernements de veiller à ce que les réseaux obtiennent « une place à table » et à ce que le « point focal SUN, nommé par le gouvernement, joue un rôle crucial en tant que dirigeant officiel du Mouvement SUN dans chaque pays.
  2. Construire sur ce qui existe déjà dans le pays : une différence essentielle entre les réseaux est que certains rassemblent des acteurs pour la première fois alors que d’autres construisent à partir de structures de coordination et d’une architecture de nutrition existantes et déjà actives. Dans de nombreux États fragiles et touchés par un conflit, il existe un mécanisme dynamique de coordination des groupes de protection de la nutrition pouvant être adapté au SUN. Là où il n’existe pas encore de plateformes de coordination en place, on considère que SUN a apporté quelque chose de nouveau au pays (par exemple au Tchad et au Myanmar). Toutefois, dans certains pays où des mécanismes étaient en place, les réseaux étaient parfois considérés comme faisant double emploi, et n’apportant donc aucune valeur ajoutée. Dans d’autres cas, les réseaux SUN ont efficacement mis à profit les mécanismes existants, y compris l’architecture humanitaire (par exemple, Somalie et Soudan du Sud).
  3. Éviter l’arrêt-démarrage des réseaux : Plusieurs personnes interrogées ont noté qu’un manque de continuité des réseaux au niveau des pays a limité la capacité des réseaux à devenir des acteurs établis au sein de l’architecture nationale de la nutrition et à exécuter les plans. En conséquence, un certain nombre de pays ont dû « créer des réseaux » pendant plusieurs années, au lieu de pouvoir atteindre une phase de mise en œuvre pour atteindre leurs buts et objectifs. Le changement de leadership, le financement irrégulier et la « double casquette » des organisateurs occupant un emploi à temps plein ont été toutes les raisons données pour expliquer ce problème de manque de continuité. Les parties prenantes ont recommandé des financements supplémentaires pour les États fragiles et touchés par des conflits afin d’y soutenir un réseau de délégués impliqués, ainsi que des ressources apportant des résultats positifs et de la continuité. L’exemple du Pakistan nous montre également la valeur d’un investissement initial ainsi que d’une phase d’installation afin d’établir durablement des réseaux et d’assurer l’adhésion du gouvernement au projet.
  4. Apprendre des mécanismes du Réseau de la société civile : Le Réseau semble être le plus visible et le mieux établi des réseaux du Mouvement SUN dans les 17 pays observés. Le travail de cartographie a révélé que dans les États fragiles et touchés par un conflit, le Réseau met souvent en place des actions avec un nombre impressionnant d’intervenants et des processus de gouvernance forts. Il a été indiqué que d’autres réseaux pourraient s’inspirer du Réseau et de son procédé d’installation.
  5. Personnaliser les actions : Les 17 États fragiles et touchés par un conflit sont organisés en réseaux très différents les uns des autres. Or, nous avons un « modèle » unique de fonctionnement des réseaux au niveau mondial ; il serait probablement plus pertinent que les pays basent l’installation et la mise en œuvre de leurs réseaux selon la cartographie de ceux déjà en place et à travers une analyse contextuelle.

More like this

NEX: Construire des réseaux parlementaires pour la nutrition en Afrique de l’Ouest

Read an English version of this article here Un nombre croissant de pays reconnaissent le rôle potentiel que les parlementaires peuvent jouer dans la mise en exergue de...

NEX: Coordonner la nutrition au Mali : entretien avec le point focal de SUN

Read an English version of this article here Le Mali est confronté à des niveaux élevés de malnutrition (dont 38,5 % de prévalence de retard...

FEX: Nutrition au Soudan du Sud : surmonter les défis des systèmes d’information nutritionnelle

Le secteur de la santé au Soudan du Sud, la plus jeune nation d'Afrique, a connu une forte croissance malgré les insécurités et les crises qui ont...

NEX: Faire le bilan des procédures et des objectifs : Évaluations conjointes du Mouvement SUN (2017) au Burkina Faso et au Kenya

Ambarka Youssoufane, spécialiste regionale ENN en gestion de connaissances pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale, et Lillian Karanja,...

Blog post: Coordination multisectorielle pour la nutrition Tchad : une plateforme multi-acteurs complète et dynamique

CLICK HERE TO READ IN ENGLISH Je suis Ambarka Youssoufane, en tant que Spécialiste Régional Gestion de connaissance pour l'Afrique de l'ouest et du Centre de...

Resource: Transcription du podcast– Rôle de l'initiative REACH dans l'implémentation du SUN au Burkina Faso

Écouter ce podcast en français Ambarka Youssoufane (AY): Spécialiste Régional Gestion des Connaissances Afrique de l'Ouest et du Centre de...

NEX: Éditorial

Read an English version of this article here Bien que nous n'avions prévu aucun thème particulier pour NEX11, un point commun (et récurrent) a...

NEX: Exploiter le pouvoir des jeunes leaders : Se prononcer sur la nutrition des adolescents et le mariage d'enfants

Read an English version of this article here Le 'Pouvoir des jeunes' est exploité à travers le monde en tant qu'outil de plaidoyer efficace de la...

FEX: Expériences SUN: leçons du Pakistan

Par Muhammad Aslam Shaheen et Dr Ali Ahmad Khan Read an English version of this article here Muhammad Aslam Shaheen est le chef de la section Nutrition au Ministère de...

NEX: S'engager pour la nutrition : stratégies de plaidoyer lors de l’élection présidentielle au Sénégal

Read an English version of this article here Les élections nationales offrent une occasion importante de faire une plus large place à la nutrition dans les...

FEX: Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises

Par Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT Read an English version of this article here Andi Kendle est la gestionnaire du programme Équipe technique...

NEX: Processus de décentralisation de la gestion et de la coordination de la nutrition au Tchad

Mohamed Cheik Levrak est le Facilitateur international de l'Initiative REACH au Tchad depuis 2013. Antérieurement, il était le Facilitateur national de REACH en...

FEX: Quel rôle le secteur privé peut-il jouer pour soutenir la réduction de la malnutrition?

Par Ambarka H. Youssoufane Ambaraka est la spécialiste régional Gestion de connaissance pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre de ENN. Ambarka détient un...

NEX: La prévention du retard de croissance en Indonésie : Éveiller les consciences au niveau infranational

Read an English version of this article here Akim Dharmawan (Docteur) est le responsable du Secrétariat du Mouvement SUN au Ministère national du...

FEX: Mouvement SUN: Expériences en Indonésie

Par Nina Sardjunani et Endang L. Achadi Read an English version of this article here Nina Sardjunani est leader du groupe SUN et était auparavant ministre adjoint du...

NEX: Appliquer le Compendium d'actions pour la Nutrition : Expériences d’Haïti et de Birmanie

Sansan Myint est coordinatrice REACH1 en Birmanie. Agnes Solano est une ancienne coordinatrice REACH en Haïti. Holly D Sedutto est une consultante pour le réseau...

NEX: Renforcer et améliorer la nutrition au sein du programme des repas scolaires au Kirghizistan

Read an English version of this article here Emma Khachatryan dirige le programme des repas scolaires pour le Programme alimentaire mondial (PAM) en République...

NEX: Cartographie multisectorielle des actions au Burundi et au Myanmar : Vers une coordination plus efficace

Ernest Niyokindi est le chef de cabinet adjoint/deuxième vice-président de la République du Burundi et le point focal gouvernemental du Mouvement SUN. Dr....

NEX: Collaborer pour la nutrition : les changements au sein des Ministères de la santé et de l’agriculture au Kénya

Read an English version of this article here Lillian Karanja de l'ENN a interviewé Veronica Kirogo, directrice adjointe des services de nutrition et de...

Blog post: Notes de Myanmar – une visite conjointe d’ENN and de Nutrition International

READ THIS BLOG IN ENGLISH J'ai débuté en avril avec une visite d'une semaine au Myanmar; il s'agissait de ma première visite en tant que...

Close

Reference this page

Mise en place de réseaux SUN dans les États fragiles et touchés par un conflit. Nutrition Exchange 11 French Edition, January 2019. p15. www.ennonline.net/nex/11/miseenplacedereseauxsun

(ENN_6192)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.