Menu ENN Search

Renforcer et améliorer la nutrition au sein du programme des repas scolaires au Kirghizistan

Read an English version of this article here

Emma Khachatryan dirige le programme des repas scolaires pour le Programme alimentaire mondial (PAM) en République kirghize. Elle possède dix ans d’expérience au sein des programmes de développement pour les adolescents, les enfants et les réfugiés.

Nurshaim Tilenbaeva est spécialiste de la santé publique et a précédemment travaillé comme Responsable de Politique du Programme de Nutrition au bureau national du PAM en République kirghize.

Introduction

La République kirghize est un pays enclavé d’Asie centrale, d’une population de 6,2 millions d’habitants. La situation alimentaire du pays n’a cessé de s’améliorer au cours de la dernière décennie, avec une réduction de la présence d’anémie par carence en fer chez les femmes en âge de procréer et chez les enfants âgés de 0 à 5 ans (EM5), ainsi qu’une diminution du retard de croissance chez les EM5, passant de 23 % en 2009 à 13 % en 2014. Cependant, des niveaux élevés de carences en micronutriments (en particulier anémie et carence en iode) persistent, des zones à fort taux de retard de croissance subsistent (par exemple : 21 % dans la province de Djalal-Abad et 16,4 % dans la province de Naryn), et des cas de surpoids émergent de façon problématique chez les EM5 (7 % en 2014). Le taux d’émaciation est plutôt minime, estimé à 2,8 % en 2014. Nous estimons également que 43 % d’enfants en âge d’être scolarisés en République kirghize ont une carence en iode et que 32 % d’entre eux sont affectés par une carence en vitamine A1.

Malgré des améliorations graduelles de l’économie et une diminution importante du taux de pauvreté, celle-ci affecte toujours un quart de la population, en particulier dans les zones rurales et parmi les femmes et les enfants. La pauvreté est liée au faible niveau de sécurité alimentaire, puisque les personnes en situation de pauvreté dépensent 68 % de leur budget en nourriture. L’insécurité alimentaire dans le pays est saisonnière ; en outre, elle correspond à la pauvreté affectant 25 % de la population générale et 32 % des enfants.1 La dépendance envers la nourriture importée augmente également, ce qui rend les prix des produits alimentaires internes sensibles aux fluctuations internationales du marché.

Optimiser le programme des repas scolaires

Depuis 2013, le PAM travaille avec le gouvernement kirghize et avec des partenaires multisectoriels afin d’améliorer le programme national des repas scolaires (PRS) en s’alignant sur les normes de qualité de la communauté internationale. À ce jour, 450 écoles pilotes ont introduit des repas scolaires améliorés, ce qui représente 15 % des écoles et atteint 113 000 enfants d’écoles primaires dans les sept provinces du pays. Dans le cadre du PAM, le nouveau Plan national stratégique du Kirghizistan (2018-2022) verra 350 écoles supplémentaires recevoir un soutien financier et technique afin d’améliorer leurs repas.

Ce soutien comprend : une assistance technique aux écoles, dont l’assistance dans la reconstruction et la rénovation des cuisines/cantines ainsi que des infrastructures sanitaires de l’école ; l’introduction de nouveaux menus nourrissants ; la formation du personnel (de gestion et de cuisine) ; ainsi qu’un suivi des menus quotidiens. Les partenaires ont travaillé à développer une politique nationale en matière de nutrition scolaire, et la capacité nationale pour une gestion efficace du PAM. Le programme soutient la reproduction ainsi que l’institutionnalisation de repas variés et nourrissants dans toutes les écoles primaires (pour les enfants âgés de 6 à 9 ans).

Une des améliorations principales apportées aux repas scolaires consiste à avoir remplacé le morceau de pain et la tasse de thé traditionnels par une gamme variée de recettes et de menus répondant aux exigences nutritionnelles, notamment du porridge chaud, des soupes et des salades. De la farine de blé enrichie est également fournie pour cuisiner. Les cuisiniers scolaires ont reçu une formation à la préparation des repas.

Plus de 5000 élèves kirghizes bénéficient de repas scolaires nutritifs.

Le financement des repas scolaires

Malgré les limites du budget de l’État, la République kirghize a alloué des fonds pour le financement de repas pour les élèves à un taux de 7 à 10 soms kirghizes (0,10 à 0,15 USD) par enfant par jour depuis 2006, soit une allocation totale de 620 000 000 soms kirghizes (10 000 000 USD). Le gouvernement prend également en charge les salaires des cuisiniers et des aides de cuisine (la dépense totale pour le PRS revient à 2 % du budget de l’éducation nationale).

L’intérêt et la priorisation accordés à la nutrition infantile en République kirghize ont également eu pour résultat un soutien important de la part des autorités locales en faveur du programme, par exemple en fonds pour la rénovation, la maintenance et les autres coûts liés au fonctionnement des cantines. Le programme kirghize est unique dans son approche intégrée et dans l’effort collectif mené par l’État, le PAM et les collectivités locales. Les collectivités/parents contribuent non seulement à l’organisation des repas, mais gèrent et suivent aussi de près les opérations. Les parents et les commerces locaux participent à la création des menus, la cuisine, l’approvisionnement en nourriture, le suivi des dépenses, le contrôle de la qualité de la nourriture et des exigences sanitaires, ainsi qu’à la résolution des problèmes lorsqu’ils surviennent.

Travailler avec des secteurs multiples

Le programme reconnait le besoin de travailler avec d’autres secteurs, tels que celui de l’eau, assainissement et hygiène (EAH), afin d’optimiser les gains en matière de nutrition. Les améliorations des infrastructures comprennent l’eau chaude et froide, l’épuration des eaux usées et les toilettes. Les cuisines scolaires reçoivent des équipements modernes afin de préparer des repas chauds, et la nourriture est préparée et consommée dans de bonnes conditions d’hygiène selon les normes sanitaires nationales. Une formation sur les pratiques d’hygiène est également fournie à tous les membres de la communauté scolaire, notamment par le biais de jeux interactifs sur la nutrition et l’hygiène pour les enfants.

L’agriculture, ou plus particulièrement une approche « de la ferme à l’école », constitue un autre élément important du programme. La promotion et le soutien des « fermes » et des potagers dans les écoles dans le but de faire pousser de la nourriture aident à réduire le coût des repas scolaires et permettent d’avoir un meilleur contrôle sur la qualité des produits issus de l’agriculture. Actuellement, près de 85 écoles ont des fermes et des potagers qui ne servent pas seulement à faire baisser le prix des repas et à les rendre plus variés, mais aussi, dans certains cas, de source de revenus pour financer les besoins supplémentaires de l’école. De plus, ce système permet d’améliorer l’économie locale. Il offre des possibilités d’emploi pour les fermiers, des opportunités commerciales aux communautés locales et renforce le marché local.

Participation communautaire

Il est crucial que les collectivités locales (et parfois les comités de village), ainsi que les parents et les grands-parents, s’impliquent dans le programme. Une surveillance et un suivi quotidiens, une participation dans la gestion des repas (comme la collecte de fonds et l’achat de produits supplémentaires), un contrôle quotidien de la qualité de la nourriture et l’apport d’un soutien pour la gestion journalière du PRS sont indispensables pour le processus et des facteurs-clés de réussite pour la pérennité du programme.

À l’heure de défendre l’importance des repas scolaires auprès du gouvernement et de donateurs éventuels, l’engagement des parents et de la collectivité est crucial. Les parents sont les mieux placés pour fournir les arguments qui montrent les avantages du droit qu’ont leurs enfants à une alimentation saine.

Défis du programme

Le principal défi pour la mise en place du programme visant à améliorer les repas scolaires est son coût élevé, et plus particulièrement l’investissement initial comme la remise à neuf. Les infrastructures nécessaires pour organiser tous les jours les repas, comme les bâtiments, les installations sanitaires et de distribution d’eau manquent dans près de 25 % des écoles. La réhabilitation des écoles et l’achat de matériel demandent des investissements financiers considérables. Même si le gouvernement local s’implique et s’engage, on observe souvent des retards et des restrictions dans l’attribution des fonds. Pour répondre à ces problèmes, le PAM (Programme alimentaire mondial) et les collectivités locales soutiennent et font pression à la fois sur les processus administratifs d’allocation budgétaire. Ils se tournent aussi vers d’autres sources de financement comme les donateurs privés, les entrepreneurs locaux et les organisations non gouvernementales.

Les subventions publiques pour les repas ne sont pas suffisantes pour pouvoir fournir une nourriture variée et nutritive. Bien que le menu varié préconisé par PAM prenne en compte les ingrédients disponibles au niveau local et leurs prix pour pouvoir utiliser au mieux les fonds disponibles, on doit encore demander une contribution supplémentaire aux parents, s’élevant plus ou moins à 4 soms (0,05 USD) par jour et par enfant, qu’ils peuvent régler en liquide ou en nature (fruits et légumes de leur propre production ou transfert). La collecte et la gestion des fonds ne se font pas toujours sans heurts et ne sont pas toujours bien acceptées. Il est donc capital d’œuvrer avec les parents et les collectivités locales, non seulement pour obtenir un meilleur soutien pour le financement, mais aussi une organisation et une gestion pratiques de la collecte de fonds ainsi que le maintien du budget.

Enseignements tirés et étapes suivantes

La mise en place de meilleurs repas scolaires, à tous les niveaux, demande un certain nombre de dispositions législatives et règlementaires relatives aux besoins nutritionnels, à la sécurité alimentaire et aux normes d’hygiène, des règlements relatifs aux marchés publics, des exigences en matière de construction et de génie et bien d’autres exigences. Progressivement, et ce, grâce au travail accompli, on a décelé lacunes et incohérences. En effet, plusieurs de ces documents n’ont pas été remis à jour depuis des années ou n’ont, tout simplement, jamais existé. La révision de ces cadres stratégiques et normatifs demande beaucoup de temps et autant de travail. C’est le principal défi à l’heure de mener un programme qui suit deux lignes en parallèle : la mise en place et le soutien des politiques menées.

Pour que la mise en place du programme soit un succès, il est capital de faire un suivi régulier. Le programme pour les repas scolaires en a besoin. Il faut aussi s’assurer de sa bonne coordination et que toutes les parties prenantes prennent en compte les développements du programme et qu’elles y participent.

C’est maintenant au Ministère de l’éducation de faire les prochains pas, avec le soutien du PAM. Il faut trouver de nouveaux modèles d’organisation des repas scolaires et de rentabilité pour ces écoles où les infrastructures manquent pour pouvoir servir des repas chauds aux élèves. Près de 500 écoles dans tout le pays sont dans ce cas.

Read more...

1Enquête en grappes à indicateurs multiples Kirghizistan, 2014.

More like this

FEX: Comment fonctionnent les programmes d’alimentation scolaire locaux et à bas coût ? Enseignements tirés du Malawi

Par Devon Jaffe-Urell, Bernard Chigaya, Alexander Mwangonde, Victor Kadzinje, Paul Nguluwe, Edward Joy et Helen Moestue Read an English version of this article here Devon...

FEX: Résultats et enseignements tirés des efforts déployés par le PAM pour aider les adolescentes au Niger

Par Alexandra Pirola, Benedict Tabiojong Mbeng et Mica Jenkins Read an English version of this article here Alexandra Pirola a travaillé en tant que responsable des...

FEX: Potentiel des programmes agricoles à être affectés par la nutrition dans le cadre de l'alimentation scolaire : leçons d'Haïti

Par Nathan Mallonee, Jason Streubel, Manassee Mersilus et Grace Heymsfield Read an English version of this article here Nathan Mallonee est directeur de...

FEX: Intégrer la nutrition dans un programme d'alimentation scolaire pour les personnes déplacées à l'interne de leur pays et les enfants des rues vulnérables dans le nord-est du Nigéria

Par Greg Sclama Read an English version of this article here Gregory Sclama est professeur adjoint du développement international et d'économie à...

NEX: Éditorial

Read an English version of this article here Bien que nous n'avions prévu aucun thème particulier pour NEX11, un point commun (et récurrent) a...

NEX: Défendre la nutrition au Gabon

Un entretien avec Yves Fernand MANFOUMBI, ministre gabonais de l'Agriculture, de l'Élevage et du Programme GRAINE1 entre octobre 2016 et février 2017. En tant...

FEX: Réalisation des possibilités en termes de droits et de moyens de subsistance parmi les populations tribales dans l’Inde rurale.

Par Salomé Yesudas Read an English version of this article here Salomé Yesudas travaille comme consultante sur les systèmes alimentaires locaux et...

NEX: Lutte contre l'anémie chez les adolescents en Afghanistan à travers un programme en milieu scolaire

Read an English version of this article here Dr Zakia Maroof est un spécialiste de la nutrition travaillant pour UNICEF Afghanistan. Dr M Homayoun Ludin est le...

NEX: Exploiter le pouvoir des jeunes leaders : Se prononcer sur la nutrition des adolescents et le mariage d'enfants

Read an English version of this article here Le 'Pouvoir des jeunes' est exploité à travers le monde en tant qu'outil de plaidoyer efficace de la...

NEX: Rompre le cercle vicieux de la malnutrition : concevoir un programme pour l'adolescence au Népal

Read an English version of this article here Min Raj Gyawali est le responsable principal des services de Santé du programme Suaahara II au Népal1. Kabita...

FEX: Nutrition au Soudan du Sud : surmonter les défis des systèmes d’information nutritionnelle

Le secteur de la santé au Soudan du Sud, la plus jeune nation d'Afrique, a connu une forte croissance malgré les insécurités et les crises qui ont...

NEX: Collaborer pour la nutrition : les changements au sein des Ministères de la santé et de l’agriculture au Kénya

Read an English version of this article here Lillian Karanja de l'ENN a interviewé Veronica Kirogo, directrice adjointe des services de nutrition et de...

NEX: Mise en place de réseaux SUN dans les États fragiles et touchés par un conflit

Read an English version of this article here Équipe de gestion des connaissances SUN de l'ENN Le Mouvement SUN est « un groupement de mouvements nationaux...

NEX: Coordonner la nutrition au Mali : entretien avec le point focal de SUN

Read an English version of this article here Le Mali est confronté à des niveaux élevés de malnutrition (dont 38,5 % de prévalence de retard...

NEX: Construire des réseaux parlementaires pour la nutrition en Afrique de l’Ouest

Read an English version of this article here Un nombre croissant de pays reconnaissent le rôle potentiel que les parlementaires peuvent jouer dans la mise en exergue de...

FEX: Partenariat et responsabilité dans le groupe pour la nutrition au Soudan du Sud (2015-2017)

Par Isaack Biseko Manyama Read an English version of this article here Isaack Manyama est actuellement le coordinateur du groupe pour la nutrition pour le Soudan du Sud. Il...

FEX: Renforcement et maintien des services de nutrition pendant les conflits au Yémen : enseignements tirés du sous-groupe national pour la nutrition de Hodeidah

Par Dr Saja Abdullah, Dr Rasha Al Ardi et Dr Rajia Sharhan Read an English version of this article here Dr Saja Abdullah est le chef de la section de la nutrition de...

NEX: Décennie d’action des Nations Unies pour la nutrition : le Brésil, l’Équateur et l’Italie s’engagent

Read an English version of this article here Trudy Wijnhoven est responsable de la nutrition et le point focal technique de la Décennie d'action pour la nutrition des...

FEX: Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises

Par Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT Read an English version of this article here Andi Kendle est la gestionnaire du programme Équipe technique...

FEX: Analyse des barrières des comportements d'alimentation des nourrissons et jeunes enfants et de la nutrition maternelle chez les personnes déplacées dans le nord et le sud de la Syrie

Read an English version of this article here Par Shiromi Michelle Perera Shiromi Michelle Perera est responsable technique au sein de l'unité technique de...

Close

Reference this page

Emma Khachatryan and Nurshaim Tilenbaeva (2019). Renforcer et améliorer la nutrition au sein du programme des repas scolaires au Kirghizistan. Nutrition Exchange 11 French Edition, January 2019. p18. www.ennonline.net/nex/11/repasscolairesaukirghizistan

(ENN_6188)

Close

Download to a citation manager

The below files can be imported into your preferred reference management tool, most tools will allow you to manually import the RIS file. Endnote may required a specific filter file to be used.