Menu ENN Search

Expériences de la coordination 'Whole of Syria' pour la nutrition

Par Saja Farooq Abdullah et Lindsay Spainhour Baker

Read an English version of this article here

Le Dr Saja Abdullah travaille actuellement en tant que coordinatrice de 'Whole of Syria' (WoS) avec le bureau de l'UNICEF MENARO. Saja est médecin et titulaire d'une maîtrise en santé communautaire. Elle a plus de 23 ans d'expérience en santé et en nutrition dans des contextes d'urgence et de développement au Yémen, en Syrie et en Irak avec les Nations Unies, des ONG internationales et le gouvernement. Parmi ses postes précédents on peut citer Responsable de la nutrition pour l'UNICEF et Coordinateur du cluster de la nutrition, dans les deux cas au Yémen.

Lindsay Baker est la co-coordinatrice Wos du secteur de la nutrition détachée auprès du secteur de la nutrition par Action Contre la Faim en Jordanie. Lindsay est titulaire d'une maîtrise ès sciences en santé internationale. Elle a passé les 13 dernières années en Asie du Sud et en Afrique de l'Est à travailler dans des domaines techniques, de gestion et de coordination pour des organisations liées à la santé et à la nutrition.

Les résultats, les interprétations et les conclusions dans cet article sont ceux des auteurs. Ils ne représentent pas nécessairement les points de vue de l'UNICEF, de ses directeurs exécutifs ou des pays qu'ils représentent et ne doivent pas leur être attribués.

Lieu : Ensemble de la Syrie

Ce que nous savons : La coordination de la fourniture de l'aide humanitaire en Syrie est complexe et difficile.

Qu'apporte cet article  : Une approche de coordination de toute la Syrie (WoS) a été établie en 2015 pour rassembler les acteurs humanitaires intervenant en Syrie et dans les pays voisins (opération transfrontalière)  afin d'accroître l'efficacité globale de la réponse. Il constitue un cadre global, un plan de réponse commun et une structure de coordination d'appui. Le secteur de la nutrition de WoS est coordonné par le coordinateur WoS (UNICEF) basé à Amman, avec ACF comme co-coordinateur. Les mécanismes de coordination de la nutrition fonctionnent au niveau «hub» (Turquie, Syrie et Jordanie). Le Secteur de la nutrition de WoS assure une contribution appropriée et unitaire pour l'aperçu des besoins humanitaires, les rapports de suivi périodiques, le plan d'intervention humanitaire et les exercices connexes (tels que les plans opérationnels conjoints). La valeur ajoutée à ce jour comprend la coordination entre les hubs ayant une présence géographique commune pour éviter la duplication ; assurer la complémentarité, renforcer la collaboration entre la nutrition et la sécurité alimentaire ; un plus grand partage d'informations entre les hubs ; une coordination souple et réactive ; et une planification conjointe. Des investissements considérables ont été consacrés au développement des capacités nationales. L'approche WoS a contribué à rehausser le profil de la nutrition, avec une augmentation significative du nombre de partenaires nutritionnels fournissant des activités de nutrition et des demandes de financement. Les défis qui restent à relever comprennent un financement limité ; une information insuffisante sur la situation nutritionnelle dans les endroits difficiles d'accès et assiégés ; une capacité insuffisante des partenaires en matière de nutrition ; des déplacements continus de population et des lignes de front en constante évolution.

Les défis auxquels les organisations humanitaires sont confrontées dans leurs efforts pour soulager les souffrances de la population syrienne et apporter une assistance pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires sont considérables. Les partenaires humanitaires fournissent une assistance en Syrie dans trois centres opérationnels (la Syrie, la Turquie et la Jordanie) qui s'engagent à travailler ensemble dans le cadre d'une approche «Whole of Syria» (WoS). Cet article décrit le développement, les caractéristiques et la valeur ajoutée de cette approche en matière de coordination pour la nutrition.

Contexte

La nutrition n'était pas une priorité en Syrie au début de l'urgence en raison de la faible prévalence de la malnutrition aiguë globale (MAG), du manque d'informations sur la situation nutritionnelle et de la capacité insuffisante des pays à comprendre et à mettre en œuvre les programmes de nutrition. Le secteur de la nutrition n'a été créé à Damas qu'en mars 2013 après un plaidoyer intense. Avant la création du secteur, il y avait des partenaires limités qui menaient des activités de nutrition non coordonnées pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes venant de pays voisins en Syrie. En 2014, une série de résolutions des Nations Unies (ONU) a permis l'assistance humanitaire transfrontalière officielle dans les zones contrôlées par l'opposition. La résolution 2165 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée à l'unanimité le 14 juillet 2014, autorise les agences humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires à «emprunter les routes traversant les lignes de conflit et les postes frontaliers de Bab al-Salam, Bab al-Hawa, Al Yarubiyah et Al-Ramtha». Outre ceux qui sont déjà utilisés, «pour fournir une aide humanitaire aux personnes dans le besoin en Syrie. Dans le cadre de cet arrangement, le Gouvernement syrien est informé à l'avance de chaque envoi d'aide humanitaire. Un mécanisme de surveillance de l'ONU a été créé pour superviser et confirmer le caractère humanitaire des envois. Le système de cluster transfrontalier a ensuite été activé et l'approche WoS développée.

Activation pré-cluster/ secteur des défis spécifiques à chaque pays et approche WOS

La coordination a été difficile au début de la mise en place d'un secteur de la nutrition en Syrie (Damas). Les partenaires sur le terrain et les bailleurs de fonds ne considéraient pas les questions de nutrition comme des priorités et les donateurs donnaient la priorité aux autres secteurs parce que la prévalence de la malnutrition aiguë (MAG) chez les enfants de moins de cinq ans était faible et les activités liées à l'alimentation du nourrisson et des jeunes enfants n'étaient pas classées comme des interventions d'urgence. En outre, le concept de coordination du secteur de la nutrition - son rôle et sa valeur ajoutée - n'a pas été pleinement compris par les partenaires en Syrie. Par conséquent, le secteur a commencé avec peu de partenaires ; ceux-ci étaient principalement des agences des Nations Unies (UNICEF,  Programme alimentaire mondial (PAM) et OMS), le Ministère de la Santé (MoH) et le Croissant-Rouge arabe syrien ( SARC). Cependant, après un plaidoyer intensif, il a considérablement augmenté, engageant les ONG locales dans la réponse, avec le soutien technique et opérationnel des trois agences des Nations Unies. Dans les premières années, le secteur s'est concentré sur le renforcement des capacités des ONG locales, du personnel du SARC et du ministère de la Santé (MoH), tout en fournissant des services préventifs, suivi par la mise en place d'interventions curatives..

La riposte à la nutrition a fait face à des défis majeurs en matière de rapports et d'analyse de situation en temps opportun, aggravés par l'absence de processus de validation clairs et de capacités nutritionnelles inadéquates dans le pays. Il y avait également des défis pour les plateformes transfrontalières de la Turquie et de la Jordanie avant et pendant l'activation des clusters/ groupes de travail sur la nutrition et avant l'approche WoS. En Jordanie, les activités de nutrition ciblant les enfants de moins de cinq ans et les femmes occupaient une petite place dans le groupe de travail sur le secteur de la santé. En Turquie, avant l'activation du cluster, l'absence d'un rôle officiel des Nations Unies a empêché l'accès à certains financements humanitaires, tels que le Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires. Les approvisionnements nutritionnels ont également été peu pris en compte dans les convois transfrontaliers inter-organisations.

Les défis communs à tous les centres comprenaient un partage insuffisant de l'information entre les centres opérationnels. Ce qui entraînait des lacunes dans la programmation et des chevauchements ; un accès limité aux personnes touchées dans les zones difficiles d'accès et assiégées ; une capacité limitée des organismes exerçant des activités de nutrition, en particulier sur la gestion de la malnutrition aiguë au niveau communautaire, l'alimentation du nourrisson et des jeunes effants et les évaluations. Le manque de communication entre les centres, rendant difficile la coopération et l'échange d'informations entre les acteurs humanitaires ; et une application variée de normes et d'outils différents par des organisations menant des activités de nutrition.

Approche de WoS

Mécanisme de coordination

L'approche de WoS constitue un cadre complet, un plan de réponse commun et une structure de coordination d'appui. Rassemblant plus de 270 acteurs internationaux et nationaux, il vise à assurer la cohérence stratégique et opérationnelle de la fourniture de l'aide humanitaire en Syrie. L'approche soutient l'utilisation de diverses modalités de réponse pour s'assurer que l'aide humanitaire, y compris les fournitures thérapeutiques et préventives, atteigne les personnes dans le besoin à travers le pays par les voies les plus directes. Cela comprend des programmations régulières, des convois inter-agences, des largages aériens, des activités transfrontalières et de la programmation à distance. Au besoin, les modalités sont complétées pour maximiser la valeur et l'opportunité.

Le secteur Nutrition Wos1fait partie de la structure globale du WoS qui comprend des responsables sectoriels (agences des Nations Unies) et des co-responsables (ONG) et le Groupe de coordination intersectoriel (ISG), présidés conjointement par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (UNOCHA) et les ONG internationales, avec la participation du chef de file / co-chef de secteur au niveau WoS (voir la Graphique 1 pour la structure de coordination). Un groupe de pilotage stratégique se trouve au-dessus de l'ISG, avec des représentants issus des principales agences des Nations Unies et du forum régional des ONG. Le secteur de la nutrition pour le WoS fournit des conseils techniques et politiques à travers le ISG à la SSG de WoS pour soutenir la prise de décision tout au long du cycle de planification humanitaire. Les décisions finales et stratégiques concernant la coordination WoS sont prises par le SSG.

Graphique 1 : Structure de coordination de WoS (Whole of Syria)

en traduction - Version française bientôt disponible

Évolution de l'approche

Après l'adoption de l'approche WoS, le secteur de la nutrition au niveau de WoS a été coordonné par le spécialiste régional de la nutrition de l'UNICEF basé à Amman, tandis qu'ACF a été élu coprésident et a nommé un spécialiste de la nutrition pour le soutien à la coordination. En 2016, l'UNICEF a recruté un coordonnateur de la nutrition WoS à durée déterminée et un responsable de la gestion de l'information, tous deux basés à Amman, en Jordanie. Action Contre la Faim Espagne a détaché un membre du personnel international en tant que co-coordinateur pour le secteur WoS, basé à Amman.

Parallèlement à la coordination de WoS sur la nutrition, il existe également des mécanismes de coordination de la nutrition au niveau national dans chaque centre (voir Graphique 2). En Syrie, le Secteur de la nutrition est basé à Damas et est dirigé par un coordonnateur du Secteur de la nutrition de l'UNICEF avec le Ministère de la santé, sous lequel il existe cinq Secteurs nutritionnels infranationaux sur le terrain. En Turquie, le groupe de travail non-officiel sur le secteur transfrontalier est passé à une approche par clusters en 2015, avec des équipes d'intervention rapide fournissant une capacité de coordination accrue. Un coordonnateur du groupe sectoriel Nutrition de l'UNICEF a été nommé début 2016 à long terme à Gaziantep et un coordinateur a été recruté par GOAL. Le rôle de coordinateur est assuré par des agences et est actuellement géré par Physicians Across Continents (PAC). En Jordanie, il n'existait pas de forum de coordination nutritionnelle autonome : la nutrition faisait partie du groupe de travail sur la santé et la nutrition dirigé par l'OMS et aucun partenaire nutritionnel ne répondait de la Jordanie. Avec la nomination du coordinateur de la nutrition WoS par l'UNICEF en février 2016, le personnel a pris la responsabilité supplémentaire de coordonner le groupe de travail sur la nutrition dans le hub jordanien et a commencé à mobiliser des partenaires nutritionnels basés à Amman pour la réponse transfrontalière sud-syrienne. À la fin de 2016, un groupe de coordination autonome pour la nutrition, sous la direction de l'UNICEF, avait été créé, avec au moins cinq ONG partenaires qui exécutent des activités de nutrition transfrontalières dans le sud de la Syrie. En 2017, un coordinateur de la réponse transfrontalière de la Syrie du Sud en Jordanie a été élu et est désormais composé de collaborateurs issus de Syria Relief and Development.

Graphique 2 : Arrangement de coordination nutritionnelle pour la Syrie

Responsabilités du secteur de la nutrition WoS

Le Secteur de la nutrition de WoS est chargé d'assurer une contribution appropriée et unique pour l'aperçu des besoins humanitaires, les rapports de suivi périodique, le plan d'intervention humanitaire et tous les exercices connexes, tels que les plans opérationnels conjoints. Le Secteur de la nutrition de WoS a identifié quatre objectifs stratégiques dans le HRP 2017, qui ont tous des programmes humanitaires et de résilience étroitement liés (voir Encadré 1). L'objectif stratégique (SO1), par exemple, aborde les principaux problèmes de nutrition ayant des conséquences à court terme, mais qui contribuent également à des problèmes à long terme, tels que le retard de croissance. L'objectif du SO1 est donc de prévenir les carences en micronutriments, promouvoir, protéger et soutenir les pratiques recommandées pour l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants en cas d'urgence et optimiser la nutrition maternelle. De même, pour (SO2), alors que l'accent est mis sur la manipulation du traitement de la malnutrition aiguë chez les enfants et les femmes pour sauver des vies, les interventions visant à prévenir les conséquences à long terme (retard de croissance) sont également importantes. Le SO2 prend également en considération le renforcement des capacités dans le pays en matière de préparation et de planification d'urgence en cas de poches de malnutrition aiguë. Les SO3 et SO4 sont tous les deux essentiels pour assurer la mise à jour des informations sur la nutrition pour l'alerte rapide et l'action précoce, ainsi que pour la programmation à long terme grâce au développement de capacités nationales sur des systèmes d'information solides et fondés sur des preuves. Ceci est également applicable à la coordination car le développement des capacités et la programmation conjointe intelligente sont nécessaires pour maximiser l'impact et utiliser efficacement les ressources disponibles.

Encadré 1 : Objectifs stratégiques de nutrition de WoS pour le HRP 2017

  1. Renforcer les services de nutrition préventive pour sauver la vie des populations vulnérables axées sur les pratiques d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants appropriées en cas d'urgence, les interventions en micronutriments et la nutrition maternelle optimale.
  2. Améliorer l'accès équitable à des services de nutrition curative de qualité et salvateurs grâce à l'identification systématique, à l'orientation et au traitement des cas de malnutrition aiguë chez les enfants de moins de cinq ans et chez les femmes enceintes et allaitantes.
  3. Renforcer un système robuste et fondé sur des preuves pour la nutrition, avec une capacité de prise de décision pour informer la programmation basée sur les besoins.
  4. Établir des programmes de nutrition coordonnés et intégrés entre les secteurs concernés et par leur intermédiaire grâce à une meilleure coordination et à une programmation conjointe.

Le secteur de la nutrition de WoS est responsable de la coordination des évaluations sectorielles et de l'identification des besoins. Il a un rôle de coordination opérationnelle qui implique la coordination des interventions pour assurer la complémentarité et éviter les chevauchements et les doubles emplois, ainsi que pour évaluer et prioriser les lacunes à l'échelle du pays. En outre, le WoS facilite un accord sur des messages de sensibilisation conjoints au niveau sectoriel dans des centres au besoin et apporte un soutien stratégique au secteur niveau hub / chefs de groupe, y compris le partage des meilleures pratiques et des connaissances, le renforcement des capacités et des conseils stratégiques. De cette façon, le WoS aide à standardiser les approches de réponse à travers les hubs et à assurer la préparation et la complémentarité entre les différents programmes, tout en travaillant de manière cohérente vers l'objectif de «ne pas nuire».

Valeur ajoutée de la coordination WoS

L'équipe de coordination du secteur de la nutrition de WoS apporte une valeur ajoutée dans ce contexte particulièrement difficile de plusieurs façons :

<Coordination des réponses nutritionnelles entre les centres lorsque plus d'un centre répond dans une zone géographique : Par exemple, le secteur de la nutrition au niveau de WoS effectue une couverture et une analyse des lacunes chaque mois. À la suite de l'analyse, les alertes mensuelles sont partagées avec les centres, où une présence géographique commune est identifiée pour éviter toute duplication et améliorer la complémentarité.

<Renforcement des capacités : Ce programme a ciblé le personnel de partenaires nutritionnels clés pour établir une liste de personnes formées sur des sujets importants concernant la nutrition dans les centres, telles que les enquêtes SMART, l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants en situation d'urgence et la coordination des clusters. Cette initiative assurera un bon niveau de préparation, de sorte que les ressources formées puissent organiser des formations en cascade dans leurs centres respectifs si la réponse justifie une intensification.

<Améliorer la collaboration intersectorielle : Grâce à des efforts conjoints de collaboration entre les secteurs de la nutrition et de la sécurité alimentaire au niveau WoS, des outils communs d'information, d'éducation et de communication ont été finalisés entre les deux secteurs et partagés avec les partenaires. Des outils d'évaluation conjoints ont été convenus et des procédures opérationnelles standard pour utiliser des plates-formes de livraison communes sont en cours de développement. En outre, le secteur de la nutrition à travers les centres s'est engagé et a activement participé à l'exercice de classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire lancé en 2017.

<Faciliter le partage d'informations entre les centres : Une communication régulière entre les coordinateurs nutritionnels et les coordinateurs au niveau du hub implique des réunions trimestrielles en face à face et des réunions téléphoniques toutes les deux semaines minimum (plus souvent si nécessaire) pour discuter des problèmes communs et d'accord sur des normes. Un protocole de partage d'informations pour le secteur de la nutrition a été élaboré et utilisé par les coordinateurs, les responsables de la gestion de l'information et les partenaires à travers les centres. Ceci facilite l'échange d'informations entre les centres et les WoS, en particulier les informations relatives à la capture et le suivi de la réponse en cours, tels que l'outil de secteur 4Ws (qui, quoi, où, quand). Le site Web du secteur de la nutrition de WoS est accessible à tous les partenaires de la nutrition travaillant en Syrie ; c'est un lieu unique pour obtenir tous les rapports, formations et outils : www.humanitarianresponse.info/en/operations/whole-of-syria/nutrition

Coordination souple et adaptable : Dans le nord-est de la Syrie, les coordinateurs WoS de tous les secteurs ont pris la responsabilité de coordonner la réponse entre les acteurs du nord-est opérant de l'autre côté de la frontière irakienne et Qamishli (secteur subnational du hub de Damas) , en facilitant le partage d'informations sur les lacunes de la réponse à la crise de Raqqa et en attribuant des rôles aux partenaires en fonction de leur capacité d'accès et de leur capacité opérationnelle.

<Harmonisation des évaluations et du suivi : Le secteur de la nutrition WoS a mené des initiatives harmonisées entre les programmes transfrontaliers dans le nord et le sud de la Syrie, comme le système de surveillance nutritionnelle atteignant les zones difficiles d'accès à Ar Raqqa et Ghouta orientale pour combler le trou et l'analyse de la barrière articulaire pour l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants dans le nord et le sud du pays.

Planification conjointe : le secteur de la nutrition de WoS facilite la planification conjointe et a conduit les processus de développement HNO et HRP à générer un plan unique systémique et consolidé. Le dernier HRP pour la Syrie peut être téléchargé sur : www.humanitarianresponse.info/en/operations/whole-of-syria/document/2017-syrian-arab-republic-humanitarian-response-plan.

<Actions pour appuyer les pratiques appropriées d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants : distribution aléatoire généralisée des substituts du lait maternel par différents acteurs, y compris ceux qui fournissent des services de santé, la nutrition et l'alimentation, est un problème permanent. Le secteur de la nutrition de WoS a travaillé dur ces deux dernières années pour surmonter ces obstacles afin de permettre une réponse nutritionnelle cohérente, coordonnée et efficace à la population syrienne. Les mesures prises sur l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants comprennent l'élaboration d'une stratégie opérationnelle en cas d'urgence pour la frontière programmation croisée ; une déclaration conjointe publiée par les partenaires transfrontaliers pour protéger et promouvoir les pratiques recommandées par le soutien de l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants ; et le développement de procédures opérationnelles standard  pour la distribution ciblée de substitut de lait maternel.

<Initiatives visant à intégrer les services de nutrition dans les systèmes et programmes existants : Grâce au plaidoyer, à la sensibilisation et au renforcement des capacités, le secteur de la nutrition a réussi à mieux faire connaître la nutrition dans le contexte de la Syrie. Par exemple, en étroite coordination avec le ministère de la Santé, le centre de la Syrie a intégré le dépistage du périmètre brachial (PBMH) dans une campagne de vaccination contre la rougeole en mai / juin 2017. En conséquence environ un demi-million d'enfants souffrant de malnutrition aiguë ont été reçus dans plus de 600 établissements de santé par le Ministère de la Santé avec l'appui de l'UNICEF. Le dépistage fait partie des efforts visant à identifier les enfants souffrant de malnutrition aiguë et les relier aux centres de traitement qui fournissent des services de CMAM. Dans les plaques tournantes de la Turquie et de la Jordanie, une campagne de sensibilisation intensive à l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants a eu une influence positive sur les partenaires. Les activités de nutrition ont été intégrées dans les services de santé essentiels aux trois niveaux (primaire, secondaire et tertiaire) et le système de surveillance nutritionnelle a été intégré dans le système d'Alerte Précoce qui surveille les maladies transmissibles, l'Eau, l'Assainissement et l'Hygiène et les programmes du Programme Elargi de Vaccination (PEV).

Plaidoyer pour un financement et des approvisionnements accrus : Les efforts de plaidoyer interne de l'équipe du Secteur de la nutrition de WoS ont largement contribué à identifier et à obtenir des financements d'UNOCHA pour des interventions nutritionnelles qui, à leur tour, ont augmenté le financement des ONG locales syriennes. Les efforts de plaidoyer externes par l'équipe de coordination WoS ont mis en lumière les besoins en matière de nutrition au-delà de la malnutrition aiguë, attirer l'attention sur les poches de malnutrition, les mauvaises pratiques de l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, les carences en micronutriments et les conséquences du sous-financement. Cela a accru la visibilité des besoins nutritionnels en Syrie. Les coordinateurs WoS ont également contribué à la planification du convoi inter-agences en informant sur les besoins et les lacunes afin de s'assurer que les fournitures nutritionnelles nécessaires sont incluses.

Collaboration intersectorielle au niveau WoS

En 2016, les deux Secteurs de la sécurité alimentaire et de la nutrition au niveau de WoS ont pris l'initiative d'explorer des thèmes communs et des opportunités sur lesquels travailler conjointement afin de maximiser l'efficacité de la réponse et d'atteindre des résultats partagés. Les deux coordinateurs ont atteint leurs homologues du monde entier, qui ont fourni un soutien pour la première nutrition, un atelier sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, qui s'est déroulé au niveau WoS en octobre 2016 en Jordanie et auquel ont assisté les coordonnateurs mondiaux du cluster sécurité nutritionnelle et alimentation ainsi que les partenaires et coordonnateurs à l'échelle des pays. Lors de l'atelier un ensemble de possibilités a été identifié et des recommandations ont été faites pour promouvoir une meilleure collaboration opérationnelle inter-groupes autour de quatre domaines : l'évaluation et l'analyse ; la distribution générale de vivres en tant que plateforme de livraison pour des interventions spécifiques à la nutrition ; la fourniture de messages sur la nutrition dans les programmes de FLS ; et le renforcement des capacités.

Cet atelier stratégique a été suivi d'un atelier opérationnel en mars 2017, où le plan d'action a été consolidé avec la participation de tous les hubs et partenaires clés, y compris les coordinateurs WoS et co-coordinateurs du FSL et les coordinateurs et co-coordinateurs nutrition et pays. Des résultats concrets et réalisables ont été identifiés dans chacun des quatre domaines, ainsi que des opportunités pour les deux secteurs de travailler ensemble.

Un SOP / protocole d'accord (MOU) pour la coordination intersectorielle de la nutrition et de la sécurité alimentaire sur l'utilisation de la distribution alimentaire générale comme plate-forme de prestation des interventions nutritionnelles a été rédigé et approuvé en mars 2017 au niveau WoS. C'était un résultat du deuxième atelier intersectoriel conjoint. Il décrit un ensemble de services recommandés à fournir conjointement par le biais de diverses plateformes de prestation (voir l'encadré 2), les critères d'éligibilité, les responsabilités respectives en matière de nutrition et de sécurité alimentaire et un plan d'action. Les services sont façonnés et décidés en fonction du contexte, de la capacité des partenaires et des ressources disponibles. Il a été convenu d'inclure la vulnérabilité de la nutrition (les enfants de moins de cinq ans et PLW) comme critère de vulnérabilité de la sécurité alimentaire. Conformément au plan d'action figurant dans le SOP/ MOU, un groupe consultatif stratégique intersectoriel sera créé (à la fois au niveau WoS et au niveau du hub) pour servir d'organe d'orientation stratégique ; pour la planification, la mise en œuvre et le suivi continus de l'approche conjointe ; et mettre à jour les SOP. Les termes de référence (TDR) du groupe sont en cours de développement.

Encadré 2 : Ensemble de services conjoints sur la nutrition et la sécurité alimentaire

Première plate-forme : des aliments prêts à manger pendant cinq jours à deux semaines maximum pour les nouvelles personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays

Interventions nutritionnelles : Distribution de biscuits à haute énergie pour les enfants de moins de cinq ans (6-59 mois) et PLW.

Plate-forme deux : colis alimentaires réguliers remis sur une base mensuelle en GFD pour une période d'un an, avec une évaluation trimestrielle de la situation de vulnérabilité. Les interventions nutritionnelles comprennent : l'apport de HEB, de Plumpy'Doz et de poudre de micronutriments ; la messagerie nutritionnelle ; l'évaluation PBMH des mères et des enfants ; la révision du panier alimentaire pour assurer la valeur nutritionnelle ; et l'adhésion aux normes Sphère

<Troisième plate-forme : Programme de transferts monétaires et formules de bons (CBT) ciblant les groupes les plus vulnérables et basé sur une évaluation spécifique selon le mode de distribution. Interventions nutritionnelles : Inclure les PLWs et les enfants de moins de cinq ans comme critères d'éligibilité ; fournir des recommandations aux partenaires et aux bénéficiaires sur la valeur nutritionnelle des différents aliments locaux selon leur disponibilité sur le marché ; et conseiller sur un repas sain et équilibré.

Quatrième plateforme : Les écoles

Interventions nutritionnelles : Fourniture d'HEB, messages nutritionnels et suppléments de micronutriments.

<Cinquième plate-forme : Programmes de moyens de subsistance ciblant les personnes sur la base de critères de vulnérabilité alimentaire et de sécurité alimentaire conjoints avec des interventions de subsistance.

Sixième plateforme : Programmes agricoles

Interventions nutritionnelles : Élaboration d'une programmation agricole sensible à la nutrition basé sur les ateliers de renforcement des capacités actuellement en cours dans tous les centres.

Les groupes cibles et les critères d’éligibilité

Sécurité Alimentaire : Critères de Vulnérabilité

Nutrition : Enfants de moins de cinq ans et PLWs

 Un ensemble de matériels IEC harmonisés pour la nutrition a été mis à la disposition des partenaires pour une utilisation opérationnelle quotidienne. Ces sujets couvraient des sujets tels que les conseils aux travailleurs sur la distribution de nourriture ; les aides au travail sur la distribution de micronutriments en poudre ; les dépliants / brochures sur les messages généraux pour une bonne nutrition, l'allaitement maternel (affiche, flyer, livre de contes), l'alimentation complémentaire, la sécurité alimentaire, les cartes de conseil sur l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants, Plumpy'Doz et HEB. Les outils sont disponibles en arabe sur : www.ennonline.net/iectoolsnutritionarabic

Après la finalisation des outils d'évaluation conjoints (questionnaire), les partenaires transfrontaliers de la Turquie et de la Jordanie ont mené une évaluation conjointe de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans 80 sous-districts, atteignant 8 808 ménages. L'évaluation a recueilli des informations sur les pratiques clés de l'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants. La qualité des données collectées a été remise en question et plusieurs limitations ont été détectées. Par conséquent, il n'a pas pu être utilisé pour le HNO 2018 mais sera utilisé pour générer des leçons pour l'apprentissage futur. Le retour d'information aux partenaires de la sécurité alimentaire a été donné suite à l'analyse pour améliorer la qualité de la collecte de données à l'avenir.

Conclusions

La coordination WoS sur la nutrition a joué un rôle déterminant dans la mise en place d'un partage d'informations bien organisé et systématique pour améliorer la couverture efficace et effective de la réponse nutritionnelle. La mise en place de forums de coordination autonomes pour la nutrition a permis une meilleure reconnaissance des priorités nutritionnelles, initialement diluées dans le cadre du groupe de travail sur la santé ; facilité une collaboration plus efficace entre les partenaires et entre les secteur s; et a permis une planification et une action conjointes pour répondre aux priorités nutritionnelles à court et à long terme. À partir de seulement trois organisations parties prenantes dans le HRP 2014 (OMS, PAM et UNICEF) avec une demande totale de 29,9 millions USD, ce nombre est passé à 20 en 2018, demandant 70,7 millions USD.

De nombreux défis pour le secteur de la nutrition demeurent en Syrie. Ceux-ci comprennent un financement limité ; le manque d'informations nutritionnelles provenant de certains endroits difficiles d'accès et assiégés tels que Dier ez Zor et Raqqa ; l'insuffisance des capacités des partenaires autour de la nutrition ; les déplacements de population continus ; et les lignes de front en constante évolution. L'intégration des activités de nutrition dans les secteurs de la santé et de l'alimentation est en cours de négociation et de développement. Le Secteur de la nutrition de WoS a travaillé dur avec le secteur de la sécurité alimentaire pour développer des outils d'évaluation conjoints, mener des évaluations et des analyses conjointes et convenir de messages éducatifs communs pour les acteurs de la nutrition et de la sécurité alimentaire. Cependant, il existe des possibilités d'aller plus loin, telles que l'intégration de la nutrition dans la conception et la mise en œuvre des programmes de transferts monétaires en Syrie, en particulier dans les zones où l'accès aux fournitures est limité et en collaboration avec d'autres secteurs.

Grâce à son fonctionnement unique et au 3RP2, la structure du WoS a renforcé l'importance de la mise en place de mécanismes de coordination régionaux et sous-régionaux pour la nutrition qui peuvent améliorer et coordonner une réponse connectée entre les pays ; échanger des expériences entre des contextes similaires et avec ceux qui sont touchés par une crise similaire ; et servir de mécanisme de réponse rapide pour le soutien technique dans les domaines de coordination et techniques.

 

Pour plus d'informations, veuillez contacter Saja Abdullah or Lindsay Baker.

Read more...

Footnotes

1Le terme «secteur» est utilisé pour décrire les forums/mécanismes existants de coordination nutritionnelle au niveau WoS et Damas/Syrie, tandis que le terme «cluster» est utilisé par Gaziantep/Turquie et le terme «groupe de travail» est utilisé par les hubs de Amman/Jordanie pour décrire le même concept. Les trois termes sont tout aussi pertinents et les forums de coordination partagent la même fonction dans les trois centres opérationnels, mais des fonctions légèrement différentes au niveau du WOS, comme il est décrit dans cet article. La décision quant au terme à utiliser est prise par les dirigeants humanitaires dans les centres respectifs, sur la base d'un consensus entre les acteurs.

23RP est le plan régional pour les réfugiés et la résilience 2017-2018 en réponse à la crise syrienne. www.3rpsyriacrisis.org/the-3rp/

More like this

FEX: Expériences de coordination du secteur Nutrition en Syrie

Par Muhiadin Abdulahi Read an English version of this article here Muhiadin Abdulahi travaille avec l'UNICEF Syrie comme Coordinateur du secteur/groupe Nutrition depuis...

FEX: Développement et valeur ajoutée du groupe nutritionnel en Turquie

Par Wigdan Babikir Makki Madani Read an English version of this article here Dr Wigdan Madani est la coordinatrice du Group Nutritionnel pour la Turquie, basée au...

FEX: Soutien technique du RTT pour l'intervention ANJE-U à Alep, en Syrie du Nord

Par Isabelle Modigell Read an English version of this article here Isabelle a été conseillère technique en ANJE-U pour RRT de 2016 à 2017, avant...

FEX: Équipe d'intervention rapide du groupe mondial sur la nutrition

Par Ayadil Saparbekov Read an English version of this article here Ayadil Saparbekov occupe depuis 2013 le poste de coordinateur adjoint du Groupe mondial sur la nutrition...

FEX: Action intégrée post-Rome : expériences du nord-est du Nigeria

Par Kirathi Reuel Mungai et Adeola Goriola Makanjuola Read an English version of this article here Kirathi Reuel Mungai est un spécialiste de la nutrition qui...

NEX: Un catalyseur pour le renforcement des pays SUN : Expériences de l'Assistance Technique pour le Tadjikistan et les Philippines

L'équipe de gestion des connaissances SUN de l'ENN avec la contribution de « Nutrition International » (NI) et de « Maximising the Quality of...

FEX: De groupe à coordination de Secteur de Nutrition : direction gouvernementale dans la coordination pour une réponse en cas d'urgence de nutrition effective dans État de Borno, Nigeria

Par Maureen L Gallagher, Kirathi Reuel Mungai, Ladi Linda Ezike et Dr Helni Mshelia Read an English version of this article here Maureen L. Gallagher est spécialiste...

FEX: Comprendre le cadre de résultats communs du mouvement SUN: les enseignements tirés de cinq pays

Par Tamsin Walters, Consultant ENN Ceci est un résumé d'un document ENN qui réunit la réflexion de fond autour du cadre commun des...

NEX: Creuser jusqu'au niveau infranational : Mise en oeuvre multisectorielles au Kenya, au Népal et au Sénégal

L'équipe de Gestion des Connaissances SUN de l'ENN Des progrès substantiels ont été accomplis dans la défense de renforcement de programmes...

Resource: Transcription du podcast: Planification et développement d'un Cadre Commun de Resultats

Écouter ce podcast en anglais Tui Swinnen (TS): Coordinateur Mondial Tamsin Walters (TW): Consultant TS : Bonjour tout le monde et bienvenue dans cette série de...

FEX: Une analyse qualitative rétrospective d'une intervention d'alimentation des nourrissons et des jeunes enfants (ANJE) chez les réfugiés en Europe

Résumé d'une thèse de maîtrise1 Par Alexandra Svoboda Alexandra est étudiante de maîtrise en Nutrition pour la santé...

FEX: Expériences SUN: leçons du Pakistan

Par Muhammad Aslam Shaheen et Dr Ali Ahmad Khan Read an English version of this article here Muhammad Aslam Shaheen est le chef de la section Nutrition au Ministère de...

FEX: Un voyage vers la programmation nutritionnelle multisectorielle au Népal : évolution, processus et perspectives

Par Pradiumna Dahal, Anirudra Sharma et Stanley Chitekwe Read an English version of this article here Pradiumna Dahal est un spécialiste en nutrition avec l'UNICEF...

FEX: L'accès à des recherches de qualité pour l'élaboration de politiques nationales basée sur des données probantes : les expériences du Zimbabwe

Par Willie Ganda Willie Ganda est le Directeur des Recherches, du Développement et de l'Innovation, au Ministère de l'Enseignement Supérieur et du...

FEX: Facteurs opérationnels dans l'intégration de la nutrition dans les programmes d'agriculture et de moyens d'existence au Zimbabwe

Par Anne-Marie Mayer, Rose Ndolo et Jane Keylock Read an English version of this article here Anne-Marie Mayer travaille comme consultante pour des programmes à...

FEX: Groupe de nutrition en Somalie : pack de prévention intégrée famine

Par Samson Desie Read an English version of this article here Desie Samson est spécialiste de la nutrition et travaille actuellement comme coordonnateur du groupe de...

FEX: Introduction à l'édition spéciale

La série d'articles la plus récente du Lancet portant sur la dénutrition maternelle et infantile (Bhutta et al, 2013) a estimé que, même...

Resource: Transcription du podcast: Un voyage vers la programmation nutritionnelle multisectorielle au Népal: évolution, processus et perspectives avec Stanley Chitekwe

Listen to the podcast in English Charulatha Banerjee (CB): Spécialiste Régional Gestion des Connaissances Asie Stanley Chitekwe (SC): Chief de Nutrition UNICEF,...

FEX: Recommandations pour la planification multisectorielle de la nutrition : expériences transversales du Népal et de l'Ouganda

Par Amanda Pomeroy-Stevens, Heather Viland et Sascha Lamstein Read an English version of this article here Amanda Pomeroy-Stevens est Conseillère en recherche et...

FEX: Équipe technique d’intervention rapide en nutrition: Expériences et leçons apprises

Par Andi Kendle, gestionnaire du programme Tech RRT Read an English version of this article here Andi Kendle est la gestionnaire du programme Équipe technique...

Close

Reference this page

Saja Farooq Abdullah et Lindsay Spainhour Baker (2018). Expériences de la coordination 'Whole of Syria' pour la nutrition. Field Exchange 56, December 2017. www.ennonline.net/fex/56/wholeofsyriapourlanut